Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Les vrais "dérapages" de Marie-Luce Penchard.

blog--Penchard-ML_UMP.jpg

Lors d'un meeting électoral, le week-end dernier, en Guadeloupe, madame Penchard a parlé un peu vite, et sans réfléchir. Dire qu'on ne pense qu'à la Guadeloupe, et laisser entendre qu'on veillera à ce que les subventions, et autres prébendes, devraient aller avant tout à la Guadeloupe, et nommer les exclus ( par exemple la Réunion) c'est un peu fort quand on est le ministre de l'outre mer, de tout l'outre mer. C'est une gaffe, un "dérapage" comme on dit aujourd'hui dans l'univers médiatique où la précision du langage n'est pas la préoccupation majeure.

Le petit monde de la politique va s'en donner à coeur joie, dans les prochains jours.

En ce qui me concerne, ne faisant point partie de cette basse-cour, je ne lui en ferai ( "frai", comme dirait Marie-Luce!) pas un bien gros grief. 
Que celui qui, dans la chaleur d'un meeting n'a jamais commis d'impair équivalent lui jette la première pierre! 

Et puis, s'agit-il même d'un impair? Et si le "dérapage" n'en était pas un, mais une provocation déguisée, par laquelle, en suscitant des critiques de tout le monde, la conseillère, que je ne nomme pas (est-ce nécessaire?) de Marie-Luce, tentait de provoquer un réflexe chauvin autour de sa...protégée et d'une liste qui a du plomb dans l'aile? 

En fait, il y a d'autres reproches à adresser à la vedette de la liste qu'elle dirige (après Aldo, parait-il ). 

Par exemple, pourquoi Marie-Luce, il y a un an, alors qu'elle était conseiller auprès du président de la République, et pendant que M.Domota prenait en otage toute la Guadeloupe,  ne s'est-elle franchement démarquée de la canaille séparatiste?

Pourquoi Marie-Luce, alors qu'en février 2009, à la même époque Lucette Michaud-Chevry se ridiculisait en jouant aux dominos avec les sbires de l'UGTG, et en dansant dans les rues de Basse-Terre avec les guincheurs d'Akiyo, n'a-t-elle pas tapé sur la table en criant " assez! manman! cesse de jouer à la Man   Mawgritt" . Ce rôle est indigne de toi, et dessert l'avenir de la petite fille que tu déclares aimer plus que tout au monde"!

Pourquoi Marie-Luce ne se démarque t-elle pas, sans ambiguité des guignols de la fameuse Déclaration de basse-Terre (1999) qui a ouvert une nouvelle période de troubles et d'incertitudes pour la Guadeloupe?

Tels sont les vrais, sinon "dérapages", du moins les fautes politiques de notre ministre, qui plombent la "droite" guadeloupéenne, et risquent de la priver du pourcentage de voix qui pourrait lui permettre d'espérer la victoire aux régionales.

Le reste n'est qu'épiphénomène, petit bruit de bouche, glouglou à peine obscène qui sera vite oublié des Guadeloupéens.

Edouard Boulogne.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bourdelat 19/02/2010 16:17


L'an dernier, l'esprit "cigale" faisait chanter "La Guadeloupe et à nous et PATAYO". L'hiver étant venu en métropole, la fourmi SARKOSY se trouva fort dépourvue quand aux Antilles elle est
venue. Notre ministre actuelle a voulu gommer cette réplique sublime mais ô combien traitresse. Après tout est il illogique de privilégier sa famille avant les autres. Elle a au moins un
programme que ses adversaires ont du mal à assumer.  


Oupédisa 19/02/2010 16:12


Le retour du boomerang est violent.
Quand on tombe en parachute c'est parfois à la suite de l'éjection d'un siège.
L'ennui est que MLP a eu son parachutage sans passer par la case siège éjectable.
C'est donc en sens inverse qu'elle vivra la chose.
D'abord l'abjection et ensuite l'éjection.

Alleluia


Georges Tikitak 18/02/2010 10:46


Comme vous dites, cher Scrutateur :"petits bruits de bouche"... C'est là que se situe le problème : nos politiques, y compris aux plus hauts sommets de l'État, jouent à la dînette et ne font rien
d'autre (cf. le grotesque Villepin qui "s'offre" en pâture aux médias pour se livrer tantôt à des pitreries indignes d'un ancien premier ministre, tantôt à des imitations du théâtre de Sophocle
tout aussi déplacées. Vous ne le dites pas, cher Scrutateur, mais Marie-Luce est tout à fait dans la note. À ce rythme-là, mon cousin Paul pourra bientôt rêver lui aussi de la rue Oudinot et, qui
sait, peut-être de Matignon, voire de l'Élysée. Quelle bonne fortune ce serait pour ma famille ! 


archipélien 17/02/2010 22:29


Blogodoooo...

J'aime trop la femme pour etre soupçonné de sexiste mais là ,notre comtesse est coupable du meurtre symbolique de son pere martiniquais...La rue Oudinot vaut elle un parricide?...Bourrelle! je
répète,Bourrelle§


renaudgwada 17/02/2010 21:06


ce qui ne manque pas de sel dans cette affaire c'est qu'il y a seulement quelques jours ML Penchard déclarait dans france antilles qu'elle était opposée au clientlélisme


Eldé 17/02/2010 20:16


Gardons nous de tout jugement hâtif.
Frêche, en toréador redoutable et avisé,en agitant habilement un chiffon rouge, a tendu un excellent piège à ses camarades parisiens dans lequel ils ont plongé avec volupté.
Cette fois il s'agit d'une grosse ficelle qui fonctionnera encore une fois et comme d'habitude. La mannoeuvre consiste,ici également, à défaut d'adhésion de déclencher le réflexe
d'adhésion identitaire clientéliste.
Le décor du spectacle est dressé et la manipulation initiée depuis un an va se poursuivre à tous les étages. Saluons les artistes. Mais ne soyons pas dupes....
L.D