Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Pages

La pensée du jour.


le-20penseur_jpg.jpg


Jobards. 


(Lénine les appelaient les « idiots utiles ». Ceux-ci sont à peu de choses près, ceux que M.Roger Mucchielli dans son étonnant précis de « La subversion » appellent les jobards (« crédules jusquà la bêtise », selon le Robert. On peut se procurer ce livre passionnant de Roger Mucchielli en le commandant au Club du Livre Civique, 49 rue des Renaudes. 75017. Paris.

Le Scrutateur)





Les jobards :


«Les jobards sont les « belles âmes » dont nous avons déjà évoqué les tourments de conscience. Par opposition aux incrédules, ils mériteraient d'être appelés « les crédules ». De même que tel homme politique étranger aux émeutes déclara en mai 1968 qu'il était « d'accord avec la révolution » et se voyait porté à la présidence de la République par le soulèvement populaire qu'il imaginait, de même nos « belles âmes ». éprises des droits imprescriptibles de la personne humaine et de toutes les valeurs invoquées par l'action psychologique subversive, croient à l'identité des motivations des groupes subversifs et des valeurs invoquées par leur propagande.

Ils considèrent avec respect « la prodigieuse créativité» de cette jeunesse, avec nostalgie son dynamisme conquérant, avec sympathie « ses efforts pour sortir d'une civilisation technocratique oppressive ». Les jobards croient que « la police a employé des gaz de combat », lorsque Cohn-Bendit lance avec sa coquine assurance cet énorme bobard. Ils croient que la société est devenue « de consommation » et que c'est là le vice fondamental (126), lorsque ce slogan anti-américain est inventé; ils croient que la société est « bloquée ». lorsque ce slogan remplace le précédent périmé: ils croient au gauchisme foncier de Jésus-Christ, lorsqu'un prêtre catholique, entouré de ses épouses et dans un lieu où est affichée sa Trinité (Mao, Ho-Chi-Minh, CheGuevara), fait pour eux une nouvelle exégèse des textes de base de la religion. . (Souligné par le Scrutateur).

Y a-t-il en eux un souci obscur de leur sécurité les poussant dans le sens du vent? C'est très improbable, car ce sont justement des jobards.

Les jobards s'enrôleront, deviendront militants et lanceront des bombes avec loyalisme et bonne conscience. Ce sont les seuls croyants de cette aventure. Ils seront les porte-drapeaux puis les boucliers dont ont besoin les groupes qui, eux. mènent sérieusement la guerre avec des objectifs tout autres que l'angélisme des naïfs.

Il faut cependant se garder de transposer l'innocence morale des jobards en innocuité politique. Les jobards sont la force de frappe de la subversion dans la mesure même où ils constituent probablement plus de 30% des effectifs lancés dans l'action (127) et plus de 80% des « sympathisants » par idéalisme politique, lesquels accomplissent, aux postes où ils sont et bénévolement, un travail considérable de sape du pouvoir au bénéfice de la subversion.

Pour les jobards, l'idée de lutte contre la subversion est une mobilisation réactionnaire et conservatrice à dénoncer ».



Roger Mucchielli.

(In La subversion, CLC).