Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Eboue-a-B-T-2.jpg  ( Sur cette photographie du 21 octobre 1936, on aperçoit au centre et au deuxième plan , bien reconnaissable : le gouverneur Eboué. Au premier plan, peut-être le gouverneur Bouge, avant la passation des pouvoirs. A gauche au premier plan, le maire de la ville de Basse Terre, M. Maurice Martin, grand père de notre ami Christian, qui fut aussi Officier de la Légion d'honneur. Directeur honoraire de l'Imprimerie officielle du gouverneur de la Guadeloupe, après 1938 ). 

 

 

Mon ami Christian Martin, du Canada où il réside aujourd'hui, m'adresse deux documents pour compléter l'article de la semaine dernière sur l'ancien Gouverneur Général Félix Eboué..

Le premier est une photographie peu connue de l'arrivée d'Eboué à Basse-Terre, le 21 octobre 1936.

Le deuxième est un compte-rendu, très libre, et poétique, en créole, de l'évènement. Il est signé Yvandoc, et reflète l'impact affectif personnel de cet événement sur l'auteur. Si j'en crois d'autres échos, le « pauvre » gouverneur Bouge qui subit ici la verve truculente d'Yvandoc, n'était pas aussi impopulaire qu'il nous est dit.

Je voudrais, ici, faire une remarque : l'orthographe du créole, dans ce texte, n'est pas celle, classique, qu'écrivaient en 1936 les grands poètes guadeloupéens, les Gilbert de Chambertrand, et avant lui Baudot, ni même mon vieil ami Jean-Baptiste Fissier, qui dans les années 1980, tint dans Guadeloupe 2000 une chronique créole fort appréciée.

Trop de K, de W, etc, et de ces consonnes dures et sifflantes, qui portent la marque des « révolutionnaires » du créole, ( nos « zindépendantistes » ), ce qui semble indiquer que ce n'est pas l'édition originale du poème d'Yvandoc qui a été transmise à Christian Martin, mais une version revisitée.

Malgré cela, le poème n'en garde pas moins un souffle, et souvent la marque de l'humour créole, ce qui justifie de le présenter à l'opinion des lecteurs de notre site.

A l'intention des non créolophones, j'en propose une traduction, sans aucune prétention ( et surtout littéraire ), sauf celle d'être utile et agréable, je l'espère, aux lecteurs.

E.Boulogne.

 

 

Pou gangann a Fondoc

( Ou : De Fondoc à sa vieille complice !)

 

 

Jou-lasa, moun té ka fè chyen asi « Kouw »-la ;

Moun té ka sòti toupatou  alakous ;

An té prèmyé douvan, figiré’w ou koté légliz on jou nòs ;

Tout Nèg, Milat, Blan Bastè, té vini vwè Eboué débaké ;

Pou yo pa té pwan plas an mwen, an té oblijé fè fòs

Sé té prèmyé fwa yo té ka voyé

An péyi an nou on gouvènè nwè.

Anba pyé-tamaren la, koté stati a Schoelcher,

Té tini jandam a chouval, an bòt, ogadavou,

Pou wousouvwè Gouvènè-la ki té koulè an nou ;

Onlo sòlda té la bayonèt okanon,

Yoté vlé fè moun kilé, yotout hélé « non ».

Komisè d’polis-la té mété gan blan, i té ka fè jès, gran mouvman asi léran.

I té ka alé é vini, monté é désann,

Komandé ;kanta nou, nou té ka atann.

Kléwon-la sonné; sé sòlda-la mété-yo rèd kon pikèt,

Sab a sé jandam-la té dwèt kon pikan a rakèt !

Zòt sav kon kréyòl-la modi ;

Koté mwen, an tann on boug ki té ka di

« Aprézan la sé nou Nèg ki mèt », 

nou ké fè tout Blan payé é sé sa i fo yo admèt. »

« Blan-la toujou ni rézon douvan lalwa,

yo ka viv an fréchè é dòmi an kouvèti an swa,

Nèg-la ki ka koupé kann, mannyé hou,

ka dòmi an chalè é woulé an labou,

travay an solèy  é lapli, yo ka viv malérésò. »

« Magré tousa yo pé fè, yo toujou ni tò. »

Gouvèlman Frans voyé Eboué ban nou

Pou ban-nou fòs é kouraj é tiré Nèg a jounou

Misyé limè é adjwen a’y sòti lanméri ansanm

Pou alé la Compagnie, twazè té ka fann

Bato-la rantré tou brandi, i kòné asi lanmè.

An menm moman-la Marseillaise pété, sakré tonnè !

Toutmoun kouri, Komisè d’polis-la jiré ;

Mé nou rété déwò é yo pa lésé-nou antré.

Pannan yo té andidan hanga-la,

Nou té ka atann pou vwè-yo sòti pa pòt-la.

Lè tèt a Eboué parèt, moun hélé,

Kriyé woulo-bravo! Moun té kontan ; gad té mélé.

Douvan la Compagnie Eboué rété on ti moman

Pou tann pawòl a moun a Gouvèlman

Misyé Limè fè on diskou, woulé-krazé

Nou pa gè konpwann-li, mé sa an pé di’w, i byen palé.

Eboué, avè dé ti fraz, di toutmoun bonjou.

I mandé-nou travay é viv anlinyon toujou.

Lapolis bouré-nou pou nou té ba’y lè,

« Mété-zòt akoté, zòttout ki doubout-la, fè aryè ».

An fè kon mangous, an rété dèyè on pyébwa.

Kan Eboué pasé divan mwen an kriyé –« oura »

Nou pa té janmé vwè on gouvènè avè tandi galon ;

I té ni méday douvan, toupatou, avè zépolèt

Sé té on bèl Nèg, gwo, gra, vayan, lò asi kaskèt.

An figi a’y on lè a mèt malen.

Si lè a’y i té ka sanm on bon boug. Yo di

« I pé ké jwé avè sa ki vlé fè bandi ».

Osi pèp-la ri, zyé a’y plen dlo

Tout sé moun-la kriyé tout fòs a yo

« Viv papa Eboué, viv Gouvènè an nou,

Bondyé  mèsi wi, a dé jounou ».

Sé Blan-la pa gouyé ; yo pé fwèt,

Yo ja santi sa ; i ké fè-yo maché dwèt.

I monté adan on bèl loto ki té ka kléré

Kon zéklè ; akoté a’y té sizé on sèkrétè

Kan i pasé obò pòs Ladwàn,

Ebouégadé pòtré a Schoelcher ; on fanm

Ki té la avè on bouké flè, voyé’y anlè ;

I lévé dé bra a’y an syèl pou di « Jòdila Lafrans pé fyè ».

Dis jandam a chouval té abò loto-la

Douvan kon dèyè é yo té ka alé an menm pa-la.

Rivé yo rivé an gran lari-la, sé chouval-la pati ogalo

Jis loto antré an Palè a Gouvènè, pasé Chan Dabo.

Yo té voyé Eboué an plas a Bouge

Ki, avè politik-la, té fè Marigalant vini wouj.

I té yan chich, i té ka vann jis légim a jaden a’y ;

I té ka lésé pann sosison anba balkon a’y.

Madanm a’y té ka défann sé moun lajòl-la

Kyouyi fouyapen la Délégation, manjé a Kréyòl-la.

Pas Eboué té nwè, Bouge pa alé wousouvwè’y

Sa té mal di pa a’y, mé atann mézanmi ! zòt ké vwè’y ;

Bougeki té fè moun bat, fini pa fè moun ri.

Eboué Bougeboujé avè onsèl ti souri.

Toutmoun té kontan, sirtou maléré ;

Lapli tonbé lannuit – sé té Bouge ki té ka pléré.

I pati, valiz  a’y té plen bwat vid a konsèv

Ménaj, zasyèt, pòslèn, i té mété an rézèv.

Asi léké Lapwent, Gegene-Christine

Pronmné pòtré a Bouge an  fouyapen é kristofin.

Mi sé konsa yo yé sé Gouvènè-la ki ka pasé an péyi kon froufrou an nou.

Kréyòl-la ki ka toujou rété an péyi-la, ka vwè myé ki yo sa ki bon é sa ki pa bon.

Dapré yo, sé nou, Nèg, ki pli sòt.

An ka payé avè zòt ponyonn di yo pé ké janmé rivé  fè tèt-sèk a Nèg vini jòn.

Yvandoc(Edwa CORADIN)

Débarquement du Gouverneur Eboué à Basse-Terre, sur le Cours Nolivos,

le 21 octobre 1936.

 

Traduction proposée :

 

De Fondoc à sa vieille complice ! 

Ce jour-là, les gens faisaient « comme les chiens » sur le Cours ( Nolivos. Note du traducteur );

Ils sortaient de partout en courant;

J'étais le premier parmi les premiers. Figures toi un parvis d'église un jour de noces;

Tous, , noirs,mulâtres, Blancs de Basse Terre étaient venus voir débarquer Eboué.

 

Pour qu'ils ne me prennent pas ma place, j'avais été obligé de montrer ma force.

C'était la première fois qu'ils voyaient

Dans notre pays un gouverneur nègre.

Aux pieds du tamarinier, vers la statue de Schoecher

Il y avait des gendarmes à cheval, en bottes, au garde à vous

Pour recevoir ce gouverneur qui était de notre couleur;

Une foule de soldats, baïonnettes au canon

Voulaient faire reculer les gens, criant tous « non »!

Sur les rangs le commissaire de police, en gants blancs, gesticulait.

Allant, venant, montant, descendant, il COMMANDAIT.

Pour notre part, nous attendions.

Au son du clairon les soldats se raidirent au garde-à-vous

Et les sabres de la gendarmerie se dressèrent comme piquants de cactus!

Vous savez comme le créole est maudit;

A mes côtés j'ai entendu un bougre qui disait

«  Désormais c'est nous les nègs qui sont les maîtres .

Nous ferons payer les blancs, il faudra qu'ils l'admettent »

Devant la loi les blancs ont toujours raison

Ils vivent dans la fraîcheur, ils dorment sous des couvertures de soie

Tandis que nous, les nègres, qui coupons la canne, qui manions la houe

Nous dormons dans la chaleur et pataugeons dans la boue,

Travaillons au soleil et sous la pluie, nous nageons dans l'inconfort. 

Quoique nous fassions nous avons toujours tort. »

Le gouvernement français nous envoie Eboué

Pour qu'il nous insuffle force et courage, et relève le Nègre.

Monsieur le maire et ses adjoints quittèrent l'hôtel de ville ensemble, trois heures pétantes, pour aller à la Compagnie.

Sirène hurlante sur la mer,

Le bateau surgit fièrement, tandis qu'une vibrante Marseillaise retentissait,

Coup de tonnerre sacré!

Chacun courait, le commissaire de police sacrait,

Mais on ne nous laissa pas entrer, et nous restâmes dehors.

Eux dans le hangar, nous attendions qu'ils sortent par la porte.

Quand Eboué parut , ce ne fut que hurlements.

On criait « woulo-bravo »!

L'exubérance de tous était à la mesure du désarroi des forces de l'ordre;

Nous restâmes un court instant devant la « Compagnie »

Pour écouter les discours des membres de l'administration.

Monsieur le maire, nous a fait un discours à tout casser

Nous n'avons pas tout compris, mais ce que je peux te dire

C'est qu'il a bien parlé.
Eboué, en deux petites phrases souhaita le bonjour à tous.

Il nous demanda de toujours vivre et travailler dans l'union.

La police nous a un peu bousculé pour lui ouvrir la voie

Mettez-vous donc de côté, vous tous qui êtes là, reculez!

J'ai fait comme une mangouste, me cachant derrière un arbre.

Quand Eboué a passé devant moi, j'ai crié « Hourrah! »

Nous n'avions jamais vu un gouverneur avec autant de galons;

Il avait des médailles devant, partout, et des épaulettes!

C'était un beau Nèg, gros, gras, vaillant, de l'or sur sa casquette.

Sur son visage, un petit air malin.

Son apparence était celle d'un bon bougre.

 

Quelqu'un a dit : «  Il ne va pas plaisanter avec ceux qui veulent faire « les racailles » ».

Aussi, la foule riait aux larmes, et chacun criait de toutes ses forces.

« Merci mon Dieu », à deux genoux!

Les blancs ne diront couic. Ils craignent le fouet, Ils ont déjà compris qu'il les fera marcher droit.

Eboué, est ensuite monté dans une splendide auto qui brille comme le soleil.

A ses côtés était assis un secrétaire.

Quand il a dépassé le poste de douane, notre gouverneur a regardé le portrait de Schoelcher.

Une femme qui était là a envoyé en l'air un bouquet de fleurs.
Elle a levé les bras en disant : «  Aujourd'hui la France peut être fière »

Il y avait dix gendarmes à cheval autour de la voiture

Au devant, comme à l'arrière, ils allaient du même pas

Aussitôt arrivé dans la grand-rue, les chevaux partirent au galop

Jusqu'au passage des officiels, au Champ d'Arbaud.

Eboué succède à Bouge.
Bouge, qui, avec sa politique, a fait Marie-Galante virer au rouge.

Bouge qui était si chiche qu'il allait jusqu'à vendre les légumes de son propre jardin

Qui laissait pendre des saucissons sur son balcon.

Dont l'épouse défendait aux prisonniers de la geôle de cueillir les fruits à pain de la délégation.

Parce qu'Eboué est noir, Bouge n'est pas allé le recevoir.

Mais attendez, mes amis, vous allez voir.

Bouge qui faisait battre tout le monde, a fini par faire rire tout le monde.

Eboué a fait bouger le Bouge avec un seul petit sourire.

Tout le monde était content, surtout.... les malheureux.

La nuit suivante, il plut.

C'était Bouge qui pleurait.

Il est parti, la valise pleine de boites de conserves vides, d'assiettes, de porcelaines, qu'il avait mis en réserve.

Sur les quais de Pointe-à-Pitre, Gégène-Christine

A promené un portrait de Bouge en fouyapin et christophine
C'est comme ça qu'ils sont les gouverneurs qui passent dans notre pays comme des colibris.

Le créole indigène qui vit dans le pays, voit mieux qu'eux ce qui est bon, et ce qui ne l'est pas

Selon eux, c'est nous les nègs qui sont les plus sots.

Mais je vous parie qu'ils ne parviendront jamais à faire que les têtes sèches des nègs, deviennent des joncs.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article