Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Marie-Luce-Penchard.jpg

 

 Mal conseillé sur l'Outre mer, le président de la République risque de pâtir de son manque de clarté sur l'avenir, surtout en Guadeloupe et à la Réunion. A trop écouter un Biancarelli, une L M-C, dont la fille n'a pas su se détacher pour être elle-même, le président risque de tout perdre, électoralement ( s'il n'y avait que lui ! ). Les gens de gauche voteront pour Hollande, les voix dites de droite, pourraient bien se partager sur les autres candidats.

Nos voix n'appartiennent en effet à personne. Elles se porteront sur qui nous semble le moins éloigné de nos vues sur l'avenir de la Guadeloupe, constamment rappelées.

A bon entendeur.

Edouard Boulogne.

 

Penchard propose aux Dom-Tom "des voies originales de fonctionnement institutionnel" ( SIC ! )

Marie-Luce Penchard, la ministre de l'Outre-mer, a présenté ses vœux à l'ensemble des départements et collectivités d'Outre-mer. Avant de souhaiter une "excellente année" aux ultra-marins, elle a promis de "poursuivre le travail engagé depuis 2007 pour permettre aux Outre-mer de trouver au sein de la République des voies originales de fonctionnement institutionnel".

 

Penchard propose aux Dom-Tom "des voies originales de fonctionnement institutionnel"

 

    "L'année 2011, année des outre-mer, voulue par le président de la République, a mis à l'honneur les richesses de nos territoires ultra-marins, comme cela n'avait jamais été fait auparavant. 


Avec plus de 500 manifestations à Paris, en province, notre culture, notre patrimoine a été mis en valeur. 2011: année des outre-mer, mais aussi de l'action et de la mobilisation pour chacun d'entre nous. Je pense à la joie de tous les Mahorais et Mahoraises lors de la création du 101ème département français, je pense aux évolutions institutionnelles souhaitées massivement par les Martiniquais et les Guyanais, et devenues réalité.

Je pense à la Réunion et à l'ambition de cette région mobilisée pour engager au plus vite les grands travaux d'aménagement qui amélioreront le cadre de vie et offrira des emplois aux Réunionnais.

2011 a aussi connu son lot de tensions et de drames. Je pense aux inondations en Guadeloupe et Martinique, le terrible incendie à la Réunion et aux tensions à Mayotte et en Nouvelle-Calédonie. Quelque soient les difficultés, j'ai toujours été à vos côtés en me rendant sur place. J'ai toujours été à votre écoute pour que personne ne soit laissé au bord du chemin dans les moments difficiles.

Aujourd'hui plus que jamais, alors que le monde traverse une crise économique sans précédent, la France mène de courageuses réformes pour préserver notre cohésion sociale. Chaque territoire doit pouvoir compter sur la solidarité de la nation. C'est cette approche que je continuerai à défendre en insistant sur deux priorités : la formation de nos jeunes et le logement social.

Si l'année 2012 reste à écrire, il ne fait pas de doute que le travail engagé depuis 2007 sera poursuivi pour permettre aux outre-mer de trouver au sein de la République des voies originales de fonctionnement institutionnel et de développement économique et social.

Mes chers compatriotes de l'océan Atlantique, de l'océan Indien, du Pacifique, je vous souhaite à tous une excellente année 2012".

Mardi 3 Janvier 2012 - 18:36

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michovéyé 06/01/2012 20:45


2012 sera la pire de toutes les années pour le klan LMC-MLP

Jean-Claude HALLEY 03/01/2012 23:50


Comment ne pas citer cet extrait des voeux du Président du Conseil Régional de la Guadeloupe.


Début de citation...


Le choix que nous avons fait d'accepter la loi commune en l'adaptant à nos réalités simplement sur deux points, c'est celui de la sagesse et de la prudence. Ce sont des petits pas, mais ce sont
des pas sûrs, car nous savons où nous voulons aller.

C'est la voie qui s'impose à nous qui sommes allés à votre rencontre et qui savons que l'évolution institutionnelle n'est pas la priorité du moment.

C'est aussi la seule voie qu'il convient de suivre face à un gouvernement qui, malgré la présence d'une compatriote en son sein, ne considère décidément pas l'Outre-mer comme une priorité.


Fin de citation...


Le combat est devant nous !