Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

1345422_3_0944_charles-pasqua-au-palais-de-justice-de-paris.jpg

Ce n'est pas une manie d'intellectuel que d' insister sur la nécessité d'interroger le sens des mots, et de proclamer l'importance pour un « citoyen » d'en assumer la signification vraie, particulièrement dans le domaine de la politique.

C'est le débat opposant M. Guénot, conseiller auprès du président de la République, à madame Eva Joly, candidate à l'élection en 2012, à la présidence de la république qui m'inspire mon propos de ce jour.

Selon madame Joly, idéologue patentée et sectaire, monsieur Charles Pasqua est un criminel, et de ce fait il ne peut être un républicain.

M.Guénot la contredit fermement, et que je sois en accord avec lui n'est pas ce sur quoi je désirerais attirer l'attention du lecteur.

Je pense que ce débat doit nous faire nous poser les questions suivantes.

Qu'est-ce qu'un crime? Qu'est-ce que la République?

Vastes questions.

Allons à l'essentiel pour notre réflexion inspirée par le débat.

Tuer un homme par appât du gain, par souci de vengeance personnelle, etc, est un crime.

Mais ôter la vie à quelqu'un, n'est pas nécessairement criminel. Ou alors que devient la légitime défense? Le colonel allemand, Von Stauffenberg, et l'équipe dont il fut l'agent, était-il un criminel quand il chercha ( sans succès, à assassiner Adolph Hitler en 1944?

Je n'entre pas dans les détails, me contentant de poser des questions qui montrent la complexité du problème.

Maintenant, qu'est qu'être républicain? On peut entendre le mot, comme sans doute, la majorité des Français d'aujourd'hui, comme un régime politique qui garantit aux membres de la collectivité nationale, l'égalité, en droit, des citoyens, les libertés fondamentales ( de religion, liberté de conscience, etc ), ou comme une conception idéologique de la cité, qui pose comme vraies et acceptables un certain nombre de valeurs, à l'exclusion de celles qui en diffèrent.

Une telle conception, très rigide, fut celle qui habitait les consciences des pères fondateurs de la République française au moment de la Révolution dite française, surtout à partir de 1792.

Pour Robespierre, qu'on appelait « l'incorruptible », toute vision différente de la sienne et de ses amis idéologues, détenteurs ( à leurs yeux ) de la Vérité et du Bien, était inacceptable, et même criminelle puisque s'opposant, ( à leurs yeux, encore ) au Bien et à la Vérité.

N'est-ce pas cette conception fanatique et bornée qui habite l'esprit de madame Eva Joly quand elle accuse de criminalité M. Charles Pasqua, qui a le malheur de n'être pas de sa coterie idéologique.

Dieu nous préserve de ces gens là.

Si la république ( avec une minuscule à l'initiale ) est un mode de gouvernement, parmi d'autres, que l'on peut aimer, ou non, mais du simple point de vue de sa commodité pour gérer les affaires publiques, on peut être républicain ET criminel. La république n'est pas mise en question par la seule imperfection d'un membre de la communauté. De même qu'un catholique peut être criminel, non parce que catholique, mais bien que tel.

Pour madame Joly la République est une entité métaphysique, une essence du Bien. Il ne fait pas de doute qu'elle l'incarne à ses propres yeux. Je l'avoue, j'ai peur de ces gens là, de ces « incorruptibles » là ( « disent-ils monsieur le commissaire », comme dirait Jacques Brel. ).

A madame Joly je préfère, malgré tous leurs défauts M. Sarkozy, M. François Bayrou, et même M. Strauss-Khan ». Il ne faut pas oublier l'engrenage fatal de la politique « des purs » : « tout pur trouve toujours un plus pur qui l'épure ».

Or la République ( avec majuscule à l'initiale, n'est-ce pas! ) des purs, les grands ancêtres qui roucoulent le mot dans les discours à l'usage des ignorants, fut à l'origine des plus grands massacres de l'époque moderne. Lénine et Hitler s'en réclamaient d'ailleurs avec impudence.

Après le lien consacré au débat Joly-Guénot au sujet de Charles Pasqua, j'insiste pour que vous cliquiez sur le lien que j'intitule «  Le sang des origines ».

Edouard Boulogne.

 

( I ) Charles Pasqua est-il un criminel? :

 

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/01/05/charles-pasqua-porte-plainte-contre-eva-joly-pour-diffamation_1626481_1471069.html#xtor=RSS-3208

L'ancien ministre Charles Pasqua a annoncé, jeudi 5 janvier, qu'il avait déposé une plainte en diffamation contre l'ancienne magistrate Eva Joly, candidate écologiste à la présidentielle, qui l'a "traité de 'criminel' et de 'corrompu'". L'information avait été révélée un peu plus tôt par LePoint.fr.

Cette plainte, déposée devant le tribunal de grande instance de Paris, vise des propos que MmeJoly a tenus sur France Inter le 11 novembre lors d'un débat avec le conseillerspécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino. Si la candidate écologiste emploie bien le terme "criminel", elle n'utilise pas, en revanche, celui de "corrompu".


Charles Pasqua : criminel ou grand républicain?
par franceinter

"Ma personnalité et mon honorabilité ayant été mises en cause par cet ancien magistrat, qui ne peut prétendreignorerla loi, j'ai demandé à mes conseils d'engager une action en justice", déclare Charles Pasqua dans un communiqué.

PASQUA CONDAMNÉ EN 2008

Eva Joly est une des juges qui ont instruit l'affaire Elf, dans laquelle M. Pasqua avait été mis en examen en 2001, avant de bénéficier d'un non-lieu. Mis en cause dans de nombreuses affaires, l'ancien ministre de l'intérieur a notamment été condamné à dix-huit mois de prison avec sursis en 2008 pour financement illégal de sa campagne pour les élections européennes de 1999. A l'été 2011, il a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris pour des malversations présumées dans le programme de l'ONU en Irak "Pétrole contre nourriture".

De son côté, Eva Joly a été condamnée en décembre à 1 000 euros d'amende avec sursis pour avoir diffamé l'actuel ministre des sports, David Douillet, qu'elle avait accusé en 2009 de disposer de comptes dans un paradis fiscal.

 

( II ) Le sang des origines.

Ce que vous allez voir et entendre n'est guère enseigné dans les cours d'histoire, aux enfants des écoles de France, depuis au moins l'avènement de la troisième république. Alors, histoire, ou endoctrinement? Le politiquement correct n'est pas une invention récente. Comme disait Paul Valéry : " l'histoire est le produit le plus dangereux de l'alchimie de l'intellect". 

http://www.youtube.com/watch?v=-e5t7ODPw-k

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MADELENAT 24/05/2012 10:07


Si ma mémoire est bonne, Eva Joly avait utilisé le terme criminel en précisant qu'il avait été condamné pour un crime etque donc sémantiquement, il était en effet un criminel? Cei est on ne peut
plus logique.