Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1)Luc Reinette. 2) Une oeuvre de Luc Reinette.
1)Luc Reinette. 2) Une oeuvre de Luc Reinette.

1)Luc Reinette. 2) Une oeuvre de Luc Reinette.

En Guadeloupe tout le monde connait Luc Reinette. On connait son propos sur le racisme : « Je ne suis pas raciste ». Bon, s'il le dit, tout est dit. Malheurement pour lui, nous avons bonne mémoire.

Luc ne désespère pas de finir sa vie en « libertador ». Laissons l'avenir venir.

Le procureur de la République a cru bon de le convoquer pour rendre compte de ses propos : » Le texte du militant indépendantiste serait jugé (à bon droit, me semble t'il) contraire à la loi, car soupçonné d'inciter "à la haine ou la violence envers un groupe d'individus, du fait de leur origine", au regard de l'article 24 de la loi du 29 juillet 1881, sur la liberté de la presse ».

L'avenir nous dira si le Procureur a eu raison de prendre au sérieux cette divagation, une de plus, du Libertador Luc Reinette . L'avenir proche permettra aussi de distinguer qui, dans nôtre personnel politique, est digne de respect ou non. (Le Scrutateur).

 

« Se disant au crépuscule de sa vie et dans la situation actuelle de la Guadeloupe, Luc Reinette jugeait nécessaire de s'adresser à la jeunesse guadeloupéenne. D'où sa déclaration du 21 octobre dernier. Il écrit notamment :

Oui, j’affirme à la face du monde que les français sont des étrangers, qui se sont imposés ici comme dans leurs Colonies d’Afrique, d’Asie et d’Amérique par le meurtre, l‘assassinat, le sang, la déportation, le viol, la mise en esclavage, la torture et le travail forcé. C’est l’exacte vérité que nul ne peut contester. Ces gens-là, ces occidentaux qui rusent en permanence ne sont pas nos amis, qui considèrent notre Pays comme leur bien, comme leur possession. Cessons d’être naïfs !

Luc Reinette - extrait article du CCN (21 octobre 2020).

L'homme, indépendantiste historique, interpelle la jeunesse et lui intime d'endosser un rôle de libérateur :

(...) Vous dont la mission est d’arracher la liberté de votre Pays et de votre Peuple, quel qu’en soit le prix »

 
https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/haine-raciale-ou-liberte-d-expression-vague-de-soutien-envers-luc-reinette-convoque-par-la-gendarmerie-ce-jeudi-937795.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 19/02/2021 02:57

C'est toujours un plaisir de rappeler l'origine de la départementalisation, par un court extrait d'un article sur l'outre-mer, par Hérodote.net .
Le titre en est : La République française prend des couleurs
[ou rendez à Césaire ce qui est à Césaire ?]

" Le 19 mars 1946, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion deviennent des départements d'outre-mer sur un vote à l'UNANIMITE de l'Assemblée nationale.
Le projet de départementalisation a été défendu bec et ongles par le député martiniquais Aimé Césaire, poète de la « négritude ». Il a eu finalement gain de cause.

L'euphorie de la Libération
Les « quatre vieilles colonies » sont ainsi dénommées parce qu'elles sont à peu près tout ce qui reste du premier empire colonial français, constitué avant la Révolution. Leurs habitants de toutes origines ont obtenu la citoyenneté française et le droit de vote dès avril 1848, dans le droit fil de l'abolition de l'esclavage.
Dans l'euphorie de la Libération, ces colonies OBTIENNENT d'être promues au statut départemental grâce à l'effort conjoint de leurs députés noirs ou métis, Aimé Césaire étant le rapporteur de la loi."
Depuis, chaque fois que l'état leur a demandé leur avis sur le sujet, les guadeloupéens ont confirmé ce choix.

Un rappel à l'ordre est une bonne chose, quand on a tenté de détruire la Guadeloupe comme il l'a fait, et qu'on poursuit le travail de sape dans les esprits. Le terme de "poignée de militants" semble convenir le mieux à son entourage
Peut-on parler d'hommes (ou femmes) politiques responsables quand, élus dans le cadre des institutions françaises, ils (elles) apportent leur appui à quelqu'un qui a toujours craché dessus ?
.