Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Sextape : De Valbuena à Griveaux, le paradis des gouliafres et des cagots.
Sextape : De Valbuena à Griveaux, le paradis des gouliafres et des cagots.

Je n'aime pas l'équipe au pouvoir en France, et son chef en premier lieu. Ce sentiment est politique, et seulement politique. Macron, à mes yeux n'est pas un C .. . Selon les critères de l'intelligence de nôtre époque sans repères éthiques et religieux, il est même très intelligent. Il a fait sciences-po, et l'ENA, deux fabriques de techniciens de l'économie, qui pourtant échouent le plus souvent à manipuler correctement le monde des choses, et ils prétendent le faire pour le phénomène humain comme si ce dernier était assimilable au monde des choses. Or les hommes ne sont pas des choses, ni les phénomènes sociaux, comme l'a bien montré un très grand sociologue martiniquais (voir Les phénomènes sociaux ne sont pas des choses, par Jules Monnerot).

Je n'aime donc pas l'équipe au pouvoir, conglomérat de gens soi-disant de droite, soi-disant de gauche, et en réalité d'hommes très ordinaires, arrivistes, et vides de toute vision de l'homme autre que celle de particules élémentaires manipulables à merci par les « ingénieurs des âmes" » qu'ils se croient être alors qu'ils ne sont rien que des profiteurs ivres d'eux-mêmes, avides de voluptés en tous genres.

L'actualité la plus immédiate confirme mon jugement. Il n'est aujourd'hui question sur tous les médias qui prétendent parler de POLITIQUE, que des vices de tel ou tel, chacun selon son camp (cousins germains de ceux qu'ils dénoncent, homologues dans la dégustation des fruits du vice et du stupre), par exemple de la sextape sur Benjamin Griveaux qui le montrerait (je parle au conditionnel, car je n'ai pas vu « la chose, ni … ne cherche à m'en repaître, abandonnant cette pulsion aux gens qui en sont dignes). Griveaux ne dément d'ailleurs pas, et comme disait un de mes élèves jadis, dans le langage d'un qui jouait à l'esprit libéré : « je m'en bat les c... ! ».

Ce genre de choses est pourtant des plus banales. A qui fera-t-on croire que Griveaux est le seul, depuis l'homme de cro-magnon, à se livrer à ce genre d'ébats.  Pas plus que l'illustre DSK, que Benjamin a eu comme professeur en politique.

L'affaire me fait penser à une autre sextape (entre des millions d'autres, hypocrites contemporains, mes semblables, mes frères) celle qui fit les choux gras des « réseaux » que l'on sait, celle de ce footballeur international VALBUENA et de son maître-chanteur l'illustre Karim Benzema.

La différence est que ces deux « mecs » sont des footballeurs, l'équivalent des gladiateurs antiques, amuseurs de foule jusque dans leurs galipettes, lesquels toutefois ont l'excuse de leur jeune âge et de leurs fonctions d'amuseurs, sans prétention à gouverner la société ni à incarner le beau, le bon, le juste.

Que l'homme soit donc un être faible et dérisoire, il faut l'admettre. Nul n'échappe à la tentation du jouir sans entraves.

Mais si l'on se propose de gouverner et de donner du sens aux choses, à défaut de pouvoir le faire totalement, il faut au moins tenter de se dépasser vers l'accomplissement de ce sens. Ce fut l'idéal de l'action des grands hommes (et femmes, of course) au cours de l'histoire, principalement au cours de deux millénaires de chrétienté. Que les curés, et leurs ouailles soient aussi des pécheurs souvent, ne saurait dissimuler la fonction régulatrice du message salvateur dont ils ont la garde.

Ce que je vois aujourd'hui se concentrer, dans le tir de barrage continu contre le Griveaux, ce n'est pas le regret d'une pseudo élite politique et journalistique que le monde ne soit pas meilleur qu'il n'est, ( car, comme disait déjà Péguy, ils ne croient en rien) c'est la tentative de détournement de l'attention publique d'eux-mêmes et de leurs propres péchés sur le Griveaux, ce pelé, galeux, ce tondu.

Quand on considère cette classe commentatrice turpide, on est est en droit de lui dire « pas vous, et pas ça ».

Plus que jamais, les écoutant, je vérifie la constance de  mon adhésion persistante depuis soixante ans que je l'ai lue pour la première fois, l'exclamation si percutante du poète Horace : « Odi profanum vulgus, et arceo », je hais le profane vulgaire, et je l'évite. (LS).

 

Griveaux : la classe politique unanime s'indigne d'une « menace pour la démocratie »

(https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/griveaux-la-classe-politique-unanime-sindigne-dune-menace-pour-la-democratie-1171943 ).

Sextape : De Valbuena à Griveaux, le paradis des gouliafres et des cagots.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

castets 15/02/2020 07:11

Bonjour Mr Boulogne,
Réseau sociaux... La pire et la meilleure invention de ces dernières années, je les méconnais comme ils me méconnaissent et je vis très heureux ainsi !
Dans ce monde moderne ou seule l'apparence et la vitesse de communication prédominent, ils sont à mes yeux d'une futilité incommensurable, mais utiles pour le buzz, tout passe tout lasse .
Les " hommes politiques " adorent la confiture mais pas être pris les doigts dans le pot.
Bonne journée, cdlt Cjj