Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Imaginons le tintamare médiatique si Eric Zemmour ou Michel Onfray avaient été accusé d'inceste et de pédophilie !

J'assiste souvent entre 12 heures et 14h30 à l'émission de débats : « 12h Pujadas ». L'un de ses invités réguliers était le politologue Olivier Duhamel.

Le personnage me déplaisait fortement, non parce qu'il est de gauche (il est normal que dans une telle émission des gens de tous bords politiques soient invités) mais pour sa suffisance, et son sectarisme. Sa règle d'or était de l'ordre du « je sais tout, et vous n'êtes qu'un imbécile ».

Voiçi que M. Duamel se trouve au centre d'une affaire peu reluisante qui devrait lui rabattre le caquet.

Vous lirez ci-dessous le résumé de son affaire.

Je n'ajouterai qu'une question à mon entrée en matière : le relatif silence qui entoure le scandale aurait-il été respecté si l'accusé avait été un évêque quelconque, ou mieux Michel Onfray ou Eric Zemmour ?

On pourrait dire parodiant Jean de La Fontaine : « selon que vous serez de gauche ou de droite, les jugements de presse vous feront blanc ou noir. (Le Scrutateur).


 

Imaginons le tintamare médiatique si Eric Zemmour ou Olivier Duhamel accusé d'«inceste»: le parquet ouvre une enquête préliminaire.


 

(https://www.lefigaro.fr/actualite-france/affaire-olivier-duhamel-le-parquet-ouvre-une-enquete-preliminaire-20210105?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=[20210105_NL_ALERTESINFOS]&een=c14975335b8bc0537b55cb39d83f3170&seen=6&m_i=tQdtPFV5ZlxgfJQsW4bcvxNdIZOX2kIciDtHge2lyWX3%2B0vFYOa11JWo9FI0ICHR7nUO2PkgwCuNljDJWBqFEwj1Xd5m7fOpt1 ).


 

L'enquête est ouverte pour des faits de «viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans».


Le parquet de Paris ouvre ce mardi 5 janvier une enquête préliminaire après les révélations d'agressions sexuelles et possiblement de viols impliquant le constitutionnaliste Olivier Duhamel contre un des enfants Kouchner. Le but est double : faire la lumière sur les faits afin de découvrir d'éventuelles nouvelles victimes et vérifier les délais de prescription.

À lire aussi :La maison Jean-Bru, un hôtel particulier où les victimes d'inceste se reconstruisent

La victime avait déjà été entendue en 2011 à la suite de révélations familiales, mais pas Olivier Duhamel. L'affaire avait été classée sans suite vraisemblablement pour prescription. Un point que le parquet de Paris devrait éclaircir.

«À la suite de la publication des différents articles de presse le 4 janvier mettant en cause Olivier Duhamel, le parquet de Paris a ouvert ce jour une enquête des chefs de viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans», a précisé dans un communiqué le procureur.

Démission de toutes ses fonctions

Accusé d'inceste sur un de ses beaux-fils dans un livre à paraître jeudi 7 janvier, Olivier Duhamel a annoncé lundi mettre fin à l'ensemble de ses fonctions, dont celle de président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP).

Se référant au tweet publié par Olivier Duhamel, la chaîne d'information LCI a indiqué que le politologue ne serait plus sur son antenne. «Il quitte également la présentation de l'émission Mediapolis sur Europe 1», a annoncé de son côté la radio sur son site internet.

À lire aussi :À Agen, la commission sur l’inceste débute ses travaux

Dans son livre, intitulé «La Familia grande», Camille Kouchner assure que les agressions sexuelles se sont répétées pendant des années. «J'avais 14 ans et j'ai laissé faire (...). J'avais 14 ans, je savais et je n'ai rien dit», écrit-elle notamment. «Mon livre raconte à quel point beaucoup de gens étaient au courant», assure-t-elle dans un entretien à L'Obs. «Bien sûr, j'ai pensé que mon livre pouvait paraître obscène à cause de la notoriété de ma famille. Puis je me suis dit: c'est justement pour ça qu'il faut le faire», dit-elle aussi.

Sollicité par nos confrères du Monde et de l'Obs, Olivier Duhamel a indiqué n'avoir «rien à dire» et n'a pas souhaité réagir à ces accusations. Il n'a pu être joint par l'AFP lundi soir.


 


 


 


 



 


 


 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article