Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) Une image de l'éruption de 1976. 2) La Soufrière, vue de la ville de St-Claude, en 1950. 3) Coucher de soleil sur la Soufrière.
1) Une image de l'éruption de 1976. 2) La Soufrière, vue de la ville de St-Claude, en 1950. 3) Coucher de soleil sur la Soufrière.
1) Une image de l'éruption de 1976. 2) La Soufrière, vue de la ville de St-Claude, en 1950. 3) Coucher de soleil sur la Soufrière.

1) Une image de l'éruption de 1976. 2) La Soufrière, vue de la ville de St-Claude, en 1950. 3) Coucher de soleil sur la Soufrière.

Devant mon clavier d'ordinateur, là, ce matin du six février, je n'ai pas envie de commenter l'actualité politique en France. Elle semble se borner à d'interminables « débats » où un certain Emmanuel, parle parle, parle, certes avec brio, mais en donnant l'impression de chercher à détourner l'attention, plus qu'à répondre VRAIMENT à l'urgence des problèmes qui se posent à notre pays.

Comme il est est probablement de même pour vous, je veux parler de l'ennui, j'ai décidé de parler d'autre chose ce matin. Et la santé de la Soufrière, notre volcan, que chacun dans l'île appelle avec une sorte d'affection craintive « la vieille dame », me fournit mon sujet.

 

  1. Vous regarderez, et écouterez d'abord ce reportage tout récent réalisé sur l'estomac de la Dame. C'est pittoresque, et pourrait être inquiétant, si les spécialistes ne nous assuraient qu'il n'y a rien de grave, mais de simples gargouillis.

    Je fais confiance à nos scientifiques, et à leur honnêteté.

  2. Le deuxième élément de notre dossier est le récit d'une excursion faite, il y a trois siècle au même endroit, par un personnage célèbre aux Antilles le père Jean-Baptiste Labat.

  3. Bonne écoute, bonne lecture. (Le Scrutateur).

 

 

( I )https://www.facebook.com/gaspard.viviane/videos/2552101804805357/?t=43

 

 

Une excursion du père Labat à la Soufrière :

 

http://www.lescrutateur.com/article-une-excursion-a-la-soufriere-du-pere-labat-79810716.html

 

Il y a 35 ans, durant toute l'année 1976, la vie à la Guadeloupe fut perturbée par notre volcan de la Soufrière. Les premières manifestations significatives eurent lieu en février de cette année là. Mais c'est en juillet-août, et moins dramatiquement que les alertes furent les plus chaudes, et entraînèrent par mesure de précaution une évacuation de plusieurs communes de la Basse-Terre, soit plusieurs dizaines de milliers de personnes. Un chiffre important puisque ramené à l'échelle il eut entraîné en métropole le déplacement de plusieurs millions d'individus. C'est que le souvenir de la catastrophe de la montagne Pelée, à la Martinique en 1902, était présent dans toutes les mémoires, et suscitait une inquiétude très forte dans la population, et c'est parler par euphémisme que d'employer ces termes.

Dans les semaines qui viennent, qui sont des semaines de vacances, où la politique est en demi sommeil, Le Scrutateur publiera plusieurs articles de rétrospective sur cet été ( hivernage ) si « turbulé ».

Pour mettre dans l'ambiance, et en appétit, nous commencerons par le récit d'une excursion à la Soufrière du père Jean-Baptiste Labat, extrait de son célèbre ouvrage Voyage aux Isles de l'Amérique ( Antilles, 1693-1705).

Le père Labat, était une personnalité hors du commun, prêtre dans l'Ordre des Dominicains ( fondé au XIII ème siècle par Saint Dominique), mais aussi architecte, médecin, rhumier et sucrier, stratège militaire, etc.

Son livre, évoqué ci-dessus est tout à fait passionnant, et une édition d'extraits en a été publiée récemment.

 

UNE EXCURSION A LA SOUFRIERE, DU PERE LABAT entre 1693 et 1705 :

 

Dès que le jour commença à paraître... nous prîmes le chemin de la Soufrière. Le sommet de toutes ces montagnes est pelé ; on n'y trouve que des fougères et quelques méchants petits arbrisseaux chargés de mousse ; ce qui vient du froid continuel qui règne dans ces lieux élevés, des exhalaisons de la Soufrière, et des cendres qu'elle vomit quelquefois. Comme le temps s'était purgé par la grande pluie qui était tombée pendant la nuit, l'air se trouva très clair et sans aucun nuage. Nous voyions la Dominique, les Saintes, la Grande-Terre et Marie-Galante, comme si nous avions été dessus. Lorsque nous fûmes plus haut nous vîmes fort à clair la Martinique, Monserrat, Nieves et les autres isles voisines. Je ne crois pas qu'il y ait un plus beau point de vue au monde, mais il est situé dans un endroit incommode et trop proche d'un voisin fort dangereux.

Quand nous eûmes marché environ trois heures et demie en tournant autour de la montagne et montant toujours, nous nous trouvâmes dans les pierres brûlées et dans des lieux où il y avait près d'un demi-pied de cendres blanchâtres qui sentaient très fort le soufre. Plus nous montions, plus la cendre augmentait. Enfin, nous nous trouvâmes sur la hauteur. C'est une vaste plate-forme inégale, couverte de monceaux de pierres brûlées de toutes sortes de grosseur. La terre fumait en bien des endroits, et surtout dans ceux où il y avait des fentes et des crevasses, où nous ne jugeâmes pas à propos de nous aller promener, mais nous primes à côté pour gagner le pied d'une élévation qui peut avoir dix à douze toises de hauteur et quatre fois autant de circonférence. C'est un amas de pierres blanches et calcinées ; on l'appelle le piton de la Soufrière. C'est un trou ovale qui me parut de dix-huit à vingt toises de large dans son plus grand diamètre. Ses bords étaient couverts de grosses pierres mêlées de cendres et de morceaux de soufre. Quant à sa profondeur, nous n'en pûmes pas juger, parce que nous n'en étions pas assez proches, et il n'y aurait pas eu de prudence à s'approcher davantage ; d'ailleurs, il en sortait de temps en temps des tourbillons de fumée noire, épaisse, sulfurée, mêlés d'étincelles de feu qui ne laissaient pas de nous incommoder quand le vent les portait du côté où nous étions.

Il y a une autre bouche beaucoup plus petite que la première, qui parait comme une voûte ruinée. Il en sortait aussi une épaisse fumée et beaucoup d'étincelles. Tous les environs étaient pleins de fentes et de crevasses qui rendaient beaucoup de fumée. Ce qui marque que toute cette montagne est creuse, et comme une grande cave pleine de feu et de soufre qui se consume peu à peu et qui à la fin fait affaisser la voûte et y cause des crevasses et de nouvelles ouvertures. (...) Nous demeurâmes plus de deux heures sur le piton (...) La terre résonnait sous nos pieds, et quand on la frappait avec un bâton, presque comme si nous avions été sur le pont d'un vaisseau. Dès que nous remuions quelques grosses pierres, la fumée sortait aussitôt. Toutes ces pierres sont légères et sentent beaucoup le soufre. J'en fis apporter quelques unes avec des morceaux de soufre, dont il aurait été facile de nous charger si nous avions voulu. Quoique nous fussions alors dans la plus grande chaleur du jour, il faisait un air extrêmement frais sur le piton. Je crois qu'on aurait bien du mal à résister au froid qu'il doit y faire durant la nuit.(...) Nous descendîmes donc par le côté opposé à celui par lequel nous étions montés..........

 

Père Jean-Baptiste Labat.

 

 

 

 

4)  ( Un portrait du père Labat, dont la force de la personnalité, la truculence aussi, éclate sur l 'image. Une rumeur, qui n'est peut-être qu'une légende, prétend qu'il serait àl'origine du mot quimbois. Comme, médecin, il lui arrivait souvent de soigner des esclaves, et comme il leur tendait ses potions, en leur disant " tiens, bois", ces derniers auraient trasformé l'expression en "quimbois" ).
4)  ( Un portrait du père Labat, dont la force de la personnalité, la truculence aussi, éclate sur l 'image. Une rumeur, qui n'est peut-être qu'une légende, prétend qu'il serait àl'origine du mot quimbois. Comme, médecin, il lui arrivait souvent de soigner des esclaves, et comme il leur tendait ses potions, en leur disant " tiens, bois", ces derniers auraient trasformé l'expression en "quimbois" ).

4) ( Un portrait du père Labat, dont la force de la personnalité, la truculence aussi, éclate sur l 'image. Une rumeur, qui n'est peut-être qu'une légende, prétend qu'il serait àl'origine du mot quimbois. Comme, médecin, il lui arrivait souvent de soigner des esclaves, et comme il leur tendait ses potions, en leur disant " tiens, bois", ces derniers auraient trasformé l'expression en "quimbois" ).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 06/02/2019 22:43

LS aurait-il "raté" sa vocation? Géol. ou philo.? Les volcans EXPLOSIFS ou … Socrate ?

En tous cas les compétences y sont : extraire des informations d'une vidéo et d'un texte !!!
Un petit tour en terminale pour expliquer la méthode aux jeunes ?...prof bien sûr.

Le Père Labat me fait penser à un autre dominicain, tout aussi fou d'amour pour la Guadeloupe et sa Soufrière : le père Dominique, Jehan Gratessol dans le civil.
De son ancienne élève en physique-chimie, revenue enseigner les SVT à Massabielle, il exigea qu'elle gravisse, avec le guide chevronné qu'il était, les flancs de "la vieille dame", estimant qu'on ne pouvait enseigner la géologie sans avoir fait au moins une fois dans sa vie, l'ascension de la Soufrière.

Une quête ou un pèlerinage, je ne sais, mais l'ascension fut inoubliable, tant par les efforts accomplis (même à 25 ans!) que par la découverte du sommet et de la vue imprenable, par beau temps (ce qui était le cas, sans un nuage… Très rare!)

Jai eu la chance d'en hériter si on peut dire, une magnifique collection de diapositives, de toute la Guadeloupe, de ses voyages,de sa vie à Massabielle ou en paroisse, des prêtres qu'il côtoyait, pendant 10 ans (68 -78).
Qu'il en soit remercié, là où il veille, louange et prie certainement aujourd'hui.

Claude Houel 06/02/2019 17:13

Important à savoir : Comme j'ai pu le constater il y a 15 jours,l'accès à la partie sommitale de la Soufrière est en grande partie interdite.Seuls restent accessibles l'abri bétonné et le sommet de la Découverte.Pour le reste il faut être accompagné par des guides agrées et... porter des masques à gaz.
Un arrêté préfectoral réglemente le tout et les gendarmes veillent.
Si vous voulez voir de prés comme sur la vidéo,il faut passer par une excursion organisée...et payante.