Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Photo 2 : Yves Coppens.
Photo 2 : Yves Coppens.

Photo 2 : Yves Coppens.

Contrairement aux Mathématiques, ou même à la physique, l'histoire n'est pas une science exacte. Elle est avec la sociologie une science humaine, science des sociétés et des individus. Mais elle a ses méthodes qui tendent à la rigueur, par delà les passions qui se partagent l'âme humaine. Autrement dit un livre d'histoire est toujours l'objet de controverses, et dans ce domaine plus qu'ailleurs, le mot attribué à Bossuet « je crains l'homme d'un seul livre » doit être médité. Par exemple l'histoire de la révolution française de Jules Michelet, nonobstant l'identité de la chronologie et de l'énoncé des faits, n'est la même que celles de Jacques Bainville ou de Pierre Gaxote.

Ajoutons qu'en physique, et en biologie, sciences dites exactes, les querelles de spécialistes évoquent souvent l'esprit guerrier plus que l'harmonie des sphères.

Idem pour l'anthropologie, et la paléontologie qui portent sur les origines de la vie, sur l'évolution de l'espèce humaine, etc. Ce qui en est rapporté sur les réseaux sociaux, et même entre spécialistes, incite à la prudence dans le choix que chacun est porté, souvent, à faire.

Par exemple d'où vient l'homme, où est apparu le premier individu méritant le nom d'homme?

Les passions nationales, religieuses, ethniques, interviennent tumultueusement dans ce domaine sensible.

L'article qui suit, qui semble apporter des données nouvelles le prouve à l'évidence. Lisons le calmement, en nous souvenant du mot si clairvoyant de Paul Valéry : « L'histoire est le produit le plus dangereux que l'alchimie de l'intellect ait élaboré ». (Le Scrutateur).


 


 

Qui est Yves Coppens ? (https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Coppens )


 

(http://histoirerevisitee.over-blog.com/2016/06/et-si-les-hommes-europeens-ne-venaient-pas-d-afrique.html?fbclid=IwAR0KA_7YHHqwtGZtmnUFUgt7jpltR6Gqh7rqh3RDGmNIsl5ZrG9oEVkRy5A ).


 

La théorie de « l’Eve africaine » et celle d’ « Out of Africa » peuvent être désormais rangées dans le rayon des idéologies défuntes, quelque part entre la « lutte des classes » et le mythe de la « colonisation-pillage »... Les Hommes européens ne viennent pas d'Afrique, ni les hommes asiatiques non plus : Les avancées scientifiques des 20 dernières années ont définitivement tordu le cou à ce mythe teinté de racisme et d'idéologie de Gauche ! ( l'auteur de cet article n'est Yves Coppens, mais l'historien Bernard Lugan. Note du Scrutateur).

 

Déclarant à la revue Science et Avenir (n° 772, juin 2011) que «L’Afrique n’est pas le seul berceau de l’Homme moderne », Yves Coppens fait voler en éclats le postulat de l’exclusivité des origines africaines de l’humanité. Il évacue également d’une phrase plusieurs dizaines d’années d’un hallucinant « bourrage de crâne » scientifique construit autour du paradigme du « Out of Africa ».

Pour mémoire, selon ce dernier, les Homo sapiens seraient sortis d’Afrique sous leur forme moderne entre moins 100 000 ans et moins 60 000 ans, et ils auraient partout remplacé les populations antérieures, ce qui fait que nous sommes tous des Africains…

C’est en prenant en compte les découvertes récentes qu’Yves Coppens a radicalement révisé ses anciennes certitudes. Désormais, pour lui, ni l’Homme moderne européen, ni l’Homme moderne asiatique ne descendent de l’Homme moderne africain puisqu’il écrit : « Je ne crois pas que les hommes modernes aient surgi d’Afrique il y a 100 000 à 60 000 ans (…) Je pense que les Homo sapiens d’Extrême-Orient sont les descendants des Homo erectus d’Extrême-Orient ». Comment serait-il d’ailleurs possible de continuer à soutenir que les Asiatiques ont une origine africaine quand, dans une Chine peuplée en continu depuis 2 millions d’années, les découvertes s’accumulent qui mettent en évidence la transition entre les hommes dits archaïques et l’Homme moderne dont les Chinois actuels sont les très probables descendants (Dong, 2008 : 48). Il en est de même avec les Européens.

Les importantes découvertes archéologiques qui ont permis une totale révision des modèles anciens ne sont pas des nouveautés pour les lecteurs de l’Afrique Réelle. Dans un dossier publié dans le numéro 11 du mois de novembre 2010, il a ainsi été montré que l’Homme moderne, qu’il soit asiatique, européen ou africain est issu de souches locales d’hominisation ayant évolué in situ.

Un peu partout dans le monde, nous voyons en effet et clairement des Homo erectus se « sapiensiser » et donner naissance à des lignées locales, peut-être les plus lointains marqueurs des « races » actuelles. Ces « sapiensisations » observables à la fois en Asie, en Europe, dans le monde méditerranéen et en Afrique, réduisent à néant le postulat du diffusionnisme au profit de l’hypothèse multi régionaliste que je défends depuis de nombreuses années.

Les découvertes qui s’accumulent, de la Georgie à l’Espagne, de la Chine au Maroc ou encore d’Israël à l’Australie et à la Mongolie vont ainsi toutes dans le sens d’hominisations indépendantes de (ou des) l’hominisation africaine.

Cette déferlante ayant fait céder les fragiles digues dressées par la pensée unique, ses derniers défenseurs en sont réduits à jongler avec les faits. Le célèbre généticien André Langaney n’a ainsi plus qu’un pauvre argument à opposer aux nombreuses et très sérieuses études faites en Chine puisqu’il ne craint pas d’écrire : « Des scientifiques orientaux au nationalisme mal placé veulent à toute force que l’homme de Pékin ou d’autres fossiles chinois soient leurs ancêtres » (Sciences et Avenir, page 63). Fin du débat !

Le dossier de Science et Avenir constitue une étape essentielle dans la libération des esprits car il va toucher le plus grand nombre. En dépit d’inévitables scories idéologiques qui font surface ici ou là, et de concessions appuyées au politiquement correct, sa publication signifie qu’il n’est désormais plus possible de cacher au grand public une vérité que les spécialistes connaissaient mais qu’ils conservaient prudemment dans leurs tiroirs afin de ne pas désespérer le « Billancourt de la paléontologie »…

La théorie de « l’Eve africaine » et celle d’ « Out of Africa » peuvent donc être désormais rangées dans le rayon des idéologies défuntes, quelque part entre la « lutte des classes » et le mythe de la « colonisation-pillage ».

Les études toutes récentes sur l'Homme de Dali en Chine ne font qu'enfoncer le clou et tuent définitivement "L'Eve africaine" ! Elles ouvrent de nouvelles hypothèses qui font avancer la science en dehors de toutes idéologies sclérosantes.

Celles sur l'Homme de Neandertal montre qu'il n'était pas un sous-homme, mais un homme qui n'avait rien à envier à l'Homme moderne venant d'Afrique (Lire : Neandertal peint les premières fresques 20 000 ans avant l'arrivée de l'Homme moderne en Europe)

 

(Bernard Lugan pour le site http://breizatao.com


 

Yves Coppens est un paléontologue et paléoanthropologue français, professeur émérite au Collège de France. En France, son nom est attaché à la découverte en 1974 du fossile surnommé Lucy, puisqu'il était avec l'Américain Donald Johanson et le Français Maurice Taïeb l'un des trois codirecteurs de l'équipe qui l'a mis au jour.

Tag(s) : #Préhistoire & Antiquité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Anwen 26/09/2019 05:10

Bonjour,
Toutes les races sont autochtones ; il n'y a pas eu d'émigrations en masse de peuples entiers.
La race blanche habitait l'hémisphère boréal parce que c'est là qu'elle était sortie de la végétation boréale qui avait été son état embryonnaire.
Une race noire, plus ancienne, était sortie de la végétation tropicale d'Afrique et d'une partie de l'Asie.
La race rouge, moins connue, s'était développée sur les hautes montagnes de l'Amérique du Nord. Cette race avait possédé l'hémisphère occidental, pendant que la race jaune possédait l'oriental.
Donc il faut abandonner la théorie des émigrations de peuples. Mais si les hommes ne se sont pas déplacés en masse, ce qui a circulé, c'est l'idée, c'est la pensée créatrice qui a fait naître des religions et des civilisations.
Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/
Cordialement.

vrai ou faux? 18/02/2019 00:09

En fait au 21ème siècle on en ait toujours aux balbutiements quant à notre origine, l'humain est-il le résultat d'un ensemencement de la terre par les résidus d'ingrédients vivants d'une météorites ou d'une comète ou aurions nous été créés par une force supra naturelle?

Eva 09/02/2019 00:36

Que B. Lugan se rassure, tout reste truffé d'hypothèses, comme le rappelaient encore les inspecteurs et responsables des programmes aux professeurs chargés d'enseigner les belles "théories", il n'y a pas très longtemps, avant François, Vincent, Najat et les autres.
Un beau roman fleuve policier, pour feuilleton dans un journal à grand tirage, avec rebondissement à quelque nouvelle trouvaille, si rare, si rare et si fragmentaire : morceau de mâchoire ou os temporal, trace de pas qui font rêver certains.
Et avec une bonne dose d'humour,un vrai roman d'amour, remontant à un million huit, aux dernières nouvelles : se sont-ils rencontrés, se sont-ils parlés, se sont-ils aimés ?

Autant d'énigmes qui, pas davantage que la disparition des Dinosaures, ne trouveront jamais de solution, puisque le dernier homme n'y était pas. Mais quelle imagination compensatrice!

La plus tordue, mais aussi la moins belle des histoires de la machine à remonter le temps, est l'hypothèse zoologique d'un "ancêtre commun", resté singe dans l'ouest boisé de l'Afrique, mais devenu homme regardant au loin dans la savane résultant (tiens, déjà?) d'un réchauffement climatique, dans une partie non immergée du Rift : ce fut "l'East Side Story", avant "Out of Africa", avec H .erectus.
C'est fou les références, mais alors les noms, prénoms, petits noms, surnoms, génial : Lucy ,Abel, Toumaï, une vraie généalogie. Ah, non? Excusez moi...un phylum. Merci, merci, c'est trop; ou très peu pour MOI.

Finalement qu'importe le plus, double courbure de la colonne, boite plus ou moins volumineuse,
bras plus courts, paumes en haut ou paumes en bas; ou quelques "fondamentaux" associés : outils, foyers, tombes, abris, peintures, langage, écriture.
C'était quoi la "devinette" du Sphynx, cœur de lion,buste de femme, à Œdipe :
Quel est l'animal qui marche à quatre pattes le matin, deux le midi et trois le soir ?
Mythe et réalité voyons!