Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Attention, en France,  le virus « racisme » mute en « antiracisme »

Il y a 33 ou 34 ans, après 4 ans de pouvoir socialiste, François Mitterrand constatant l'échec économique du gouvernement Maurois, l'échec prévisible du PS aux élections législatives prochaines, décida de réagir par une offensive « morale » comme la gauche s'entend à les lancer et à les nourrir. La gauche, qui , on le sait, est le BIEN, ( et la droite le MA L ).

Mitterrand entreprit de réhabiliter électoralement le FN et son leader J-M Le Pen, un amoureux des « mots » et des provocations, et pour ce faire introduisit « une dose de proportionnelle » dans le régime électoral. C'était l'amorce de l'offensive. Aux élections législatives de 1985 , le FN vit élire à l'Assemblée nationale 35 députés.

Ce fut un hourvari épouvantable. On cria au « fascisme » ( qui ne passerait pas ), on rassembla le ban et l'arrière ban des « forces de gauche », et l'on somma, à droite, ceux qui refuseraient de combattre le « nouvel Hitler » de prouver qu'il ne soutenaient pas « la bête immonde », de rejoindre le camp du BIEN.

Par personnes interposées ( Jack Lang, Harlem Désir, Julien Dray, etc ) la deuxième partie de l'offensive fut lancée. Et comme Hitler et le nazisme avaient été racistes, on créa SOS-racisme.

Et cela, dans une France qui est certainement l'un des pays du monde les moins racistes, cette tactique grossière fonctionna, personne ne voulant avoir honte de pouvoir être seulement soupçonné de « racisme.

Les niais, comme les diamants, sont éternels. Mitterrand fut réélu en 1988.

On continua donc l'offensive, en créant de nouveaux mouvements : le MRAP, etc, venant s'ajouter à d'autres organisations du même type tels la LICRA, la Ligue des droits de l'homme dont aujourd'hui les féministes voudraient qu'elle devienne la Ligue des droits humains (pour éviter la discrimination des femmes, et des Femen ! ).

Et puis, il y eut le CRAN, etc, etc, tous moraux à l'envi, et instituant en France une multitude de facteurs de division et de démembrement de l'unité nationale et du sentiment d'appartenance à la nation française.

 

Depuis l'arrivée d'internet, et des réseaux sociaux le phénomène a pris une importance démesurée, et la division une ampleur inquiétante.

La vie quotidienne, répercutée par les médias apparaît comme un concert de glapissements exacerbés, toujours en vertu des grands principes, avec hélas ! Des résultats inversement proportionnels aux intentions proclamées de nos grands « humanistes ».

Pur l'instant je me bornerai au racisme puisque ce fut le point de départ de l'opération de subversion.

Là où le racisme en France n'était qu'un phénomène marginal, tout à fait négligeable, il a montré impudemment, dans nos rues, nos écoles, et bien sûr sur « nos »médias, son groin obscène.

Mais comme ces moustiques, vecteurs de maladies dangereuses, mutent pour échapper aux campagnes sanitaires prophylaxiques, le racisme a muté.

Cette passion s'est transformée. Elle demeure elle-même en changeant d'objets. Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.

L'objet initial supposé, les gens de la diversité ( présupposés victimes du racisme blanc ) a mué en son contraire.

Ce sont les « blancs » qui sont en passe d'être persécutés chez eux par leurs supposées victimes. Avec ce raffinement qui consiste à considérer toute tentative d'autodéfense de leur part comme une marque d'évident racisme, et de complicité èvè Man Hibè a yo la, c'est-à-dire le Front National ( of course ).

On se souvient de ces colloques organisés par des associations de la diversité et explicitement réservés aux « noirs ».

Voici qu'aujourd'hui les choses s'aggravent comme vous allez le lire dans l'article ci-dessous.

Or il existe en France des lois contre le racisme. Le fait évoqué plus bas ( parmi tant d'autres ) me paraît, si ces lois ne sont pas mises en œuvre, lourd de danger, notamment de risques de guerre civile, à partir de réactions qui pourraient devenir réellement racistes de la part des indigènes français ( c-à-d des blancs ), du moins de ceux qui ne sont pas encore émasculés.

Est-ce la raison pour laquelle, aujourd'hui le ministre de l'éducation M. Blanquer réagit ( verbalement ) ?

Mais l'on attend des actes, pas seulement des déclarations avec trémolos.

Sinon !!!

Antillais de métropole et d'ici, an nou rété veyatifs.

 

Le Scrutateur.

___________________________________________

 

 

Un stage syndical interdit aux blancs déclenche la colère de Blanquer

( https://www.valeursactuelles.com/societe/un-stage-syndical-interdit-aux-blancs-declenche-la-colere-de-blanquer-90781 )

Communautarisme. Le ministre de l’Éducation nationale a condamné ce lundi la tenue d’un stage syndical antiracisme de Sud Éducation 93, qui prévoit des ateliers et réunions non mixtes les 18 et 19 décembre prochains, rapporte LCI

 

( https://www.valeursactuelles.com/societe/un-stage-syndical-interdit-aux-blancs-declenche-la-colere-de-blanquer-90781 )

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Xam Cirederf 21/11/2017 21:22

Oui il faut rester "veillatifs" devant ces mouvements ou le terme racisme est devenu banal quant à sa signification. Que faut il penser de ce spot publicitaire qui met en scène des "noirs" incapables de prononcer "sohs", filiale de orange? que penser de ce montage de CANAL + qui pour faire croire à une valorisation de son produit ramène le couple noir (antillais bien sur) à celui d'un partage continue dans sa vie intime? Mais que penses de tout ces publicité inutiles et réellement dégradantes pour l'antillais, celui qui vole à juste raison au secours de ces "esclaves vendus en Lybie? Il est temps de mettre un terme aux publicités inutiles du service public , ou alors supprimons aussi la redevance, qui est un prix payé sans service rendu.

Claude HOUEL 21/11/2017 20:05

Dans racisé il y a race : Les mêmes n'avaient-tils pas demandé la disparition de ce mot ? Ha c'était pour les autres…
Un endroit interdit à une "race" c'était pas aux Etats Unis et en Afrique du Sud dans le temps ?
Je crois me souvenir que cela s'appelait l'apartheid…
Vite une loi pour virer TOUS les racistes de la fonction publique et assimilée.