Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Mon inconnu devait avoir une grande capacité d'abstraction, car, tel il m'apparut, dans le grouillement du super marché. De dos, contemplant le vide.

Mon inconnu devait avoir une grande capacité d'abstraction, car, tel il m'apparut, dans le grouillement du super marché. De dos, contemplant le vide.

J'étais ce matin dans une grande surface au rayon du laitier. J'hésitais beaucoup, nul des produits offerts à la consommation ne me plaisait tout à fait. Celui-là n'était pas assez.. Celle-là un peu trop, cet autre un peu blet.

Alors je l'entendis. Il me suivait de l'oeil. Un oeil sarcastique, la moustache insolente, et le nez frémissant ( oh quel nez que ce nez là! ) . Et il murmurait, murmurait, murmurait :

 

« Et que faudrait-il faire ?
Chercher un protecteur puissant, prendre un patron, 
Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc
Et s'en fait un tuteur en lui léchant l'écorce, 
Grimper par ruse au lieu de s'élever par force ?
Non, merci ! Dédier, comme tous ils le font, 
Des vers aux financiers ? se changer en bouffon
Dans l'espoir vil de voir, aux lèvres d'un ministre, 
Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?
Non, merci ! Déjeuner, chaque jour, d'un crapaud ?
Avoir un ventre usé par la marche ? une peau
Qui plus vite, à l'endroit des genoux, devient sale ?
Exécuter des tours de souplesse dorsale ?... 
Non, merci ! D'une main flatter la chèvre au cou
Cependant que, de l'autre, on arrose le chou, 
Et donneur de séné par désir de rhubarbe1, 
Avoir son encensoir, toujours, dans quelque barbe ?
Non, merci ! Se pousser de giron en giron, 
Devenir un petit grand homme dans un rond, 
Et naviguer, avec des madrigaux pour rames, 
Et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ?
Non, merci ! Chez le bon éditeur de Sercy
Faire éditer ses vers en payant ? Non, merci !
S'aller faire nommer pape par les conciles
Que dans des cabarets tiennent des imbéciles ?
Non, merci ! Travailler à se construire un nom
Sur un sonnet, au lieu d'en faire d'autres ? Non, 
Merci ! Ne découvrir du talent qu'aux mazettes ?
Être terrorisé par de vagues gazettes, 
Et se dire sans cesse : "Oh ! pourvu que je sois
Dans les petits papiers du Mercure François" ?... 
Non, merci ! Calculer, avoir peur, être blême, 
Préférer faire une visite qu'un poème, 
Rédiger des placets7, se faire présenter ?
 Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais... chanter, 
Rêver, rire, passer, être seul, être libre, 
Avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre, 
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers, 
Pour un oui, pour un non, se battre, - ou faire un vers !
Travailler sans souci de gloire ou de fortune, 
À tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît, 
Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit, 
Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, 
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard, 
Ne pas être obligé d'en rien rendre à César, 
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite, 
Bref, dédaignant d'être le lierre parasite, 
Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul, 
 Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! ».

 

Devant ce curieux personnage, je m'interrogeais. Est-il sain d'esprit, un peu fada? Ou bien est-il ce Zarathoustra dont parlait Nietzsche, illuminé mystique?

Soudain il m'apostropha : « tous vendus, mon pauv' m'sieur! Ven-dus, vous vous m'entendez! Vous perdez vot'temps !»

Et pirouettant il m'abandonna à mes interrogations.

Depuis je m'interroge. Peut-être l'avez-vous rencontré. Alors vous me direz bien qui il est. Quant à savoir s'il avait raison.... !!!

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=7LqVpopgqiI

 

Rencontre avec un inconnu vraiment très étrange !
Rencontre avec un inconnu vraiment très étrange !
Rencontre avec un inconnu vraiment très étrange !
Rencontre avec un inconnu vraiment très étrange !
Rencontre avec un inconnu vraiment très étrange !
Rencontre avec un inconnu vraiment très étrange !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre 10/10/2016 18:39

au rayon laitière? mais au rayon poissonnerie vous seriez encore plus surpris!

Ch. Etzol 06/10/2016 05:48

CYRANO
" Moi, c'est moralement que j'ai mes élégances.
Je ne m'attife pas ainsi qu'un freluquet,
Mais je suis plus soigné si je suis moins coquet ;
Je ne sortirais pas avec, par négligence,
Un affront pas très bien lavé, la conscience
Jaune encore de sommeil dans le coin de son oeil,
Un honneur chiffonné, des scrupules en deuil.

Mais je marche sans rien sur moi qui ne reluise,
Empanaché d'indépendance et de franchise ;
Ce n'est pas une taille avantageuse, c'est
Mon âme que je cambre ainsi qu'en un corset,
Et tout couvert d'exploits qu'en rubans je m'attache,
Retroussant mon esprit ainsi qu'une moustache,
Je fais, en traversant les groupes et les ronds,
Sonner les vérités comme des éperons.

Les premières mesures de Richard Strauss sont plus connues, me semble-t-il,comme accompagnement musical au début du film de Stanley Kubrick "2001, l'odyssée de l'espace", Mais l'ensemble de l'oeuvre est magnifique; la partie lente qui suit évoque une quête d''éternité et certaines scènes d'un autre film,de Luchino Visconti sur Louis II de Bavière avec la musique de Richard Wagner.
Cette continuité du temps est souvent présente et tout aussi belle dans les symphonies de Gustav Mahler

Livia 06/10/2016 00:01

Un plateau de fromages puants... Pouah!