Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.



1. 
Ségolène Royal et la riposte qui fait splash !


Après l’université d’été de La Rochelle, la trêve n'a pas duré plus de deux semaines. Les socialistes risquent de replonger dans une de ces guerres intestines dont ils se délectent et ainsi assombrir la rentrée du Parti socialiste. Les sourires affichés sur les visages socialistes lors du dernier week-end d'août se sont transformés en grimaces. La sortie du livre, qui accable Martine Aubry et qui remet en cause la légitimité de son élection à la tête du parti fait des vagues. Le clan Aubry aurait volé la victoire du 21 novembre 2008 à…. la présidente de Poitou-Charentes. A l'époque, l'équipe de Ségolène Royal avait dénoncé ce système de tricherie organisée mais s’était rangée à la décision générale. Le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a dénoncé un livre "mal informé" un "récit à charge contre le PS". De même Martine Aubry s’est contenté d'un commentaire laconique : "J'ai entendu parler de ce livre. Il semblerait qu'il soit malveillant avec tous les socialistes". L'ex-candidate à la présidentielle de 2007 et ancienne prétendante à la tête du parti qui a perdu la tête du PS à une centaine de voix avait indiqué sur France 2 qu'elle ferait une "déclaration solennelle dans quelques jours" pour dire ce qu'elle comptait faire. Elle avait aussi ajouté : "Je pense qu'on ne peut pas laisser passer cela pour les militants qui ont voté, pour l'opinion publique, pour les Français, pour le principe même de la démocratie, pour la morale en politique". Depuis ces déclarations, Ségolène Royal a choisi l’habileté et la prudence en se calmant mais en envoyant la balle à Martine Aubry. Sa menace d'aller devant les tribunaux a fait pschitt. Pas d’esclandre ni d’épreuve de force mais plutôt le lancement d’un brûlot et en suggérant à la direction du Parti socialiste de sanctionner les coupables ou d'aller devant les tribunaux. La première proposition serait un aveu. La deuxième entraînerait un contentieux qui s'étalerait dans la presse pendant la période des élections régionales ce qui serait ridicule. Donc, aucune n'aura pas lieu et c’est ce qu’on appelle une retraite en rase campagne mais en bon ordre. De tout cela il résulte que la complicité entre les deux responsables PS risque d’en être affectée pour longtemps. Merci à Karim Rissouli et Antonin André pour leurs bonnes feuilles qui vont "aider le PS à se relever" et permettre à la "madone du parti" de montrer sa "virginité"… toute relative !


2. 
Bilan des promesses du sommet social de février.


Lors du sommet avec les syndicats, en février 2009, Nicolas Sarkozy avait promis de s'occuper des "victimes de la crise". Faisons un point sur les engagements de l’époque 1. La hausse des allocations familiales : pour soutenir le pouvoir d'achat des familles, trois millions de familles ont reçu en juin un chèque de 150 euros. 2. L'amélioration de l'indemnisation du chômage partiel : L’Unedic a accepté de participer, aux côtés de l’Etat, au financement de cette mesure. En mai, un dispositif d'activité partielle de longue durée a été instauré, que les entreprises ou les branches professionnelles pouvaient adopter par le biais de conventions avec l'Etat. Mais début août, seules une douzaine de branches avaient signé un tel document et l’indemnisation qui devait être portée à 75% du dernier salaire ne concernait que peu de chômeurs. 3. Les chèques emploi-services : L’objectif était d’offrir aux bénéficiaires de certaines allocations une aide exceptionnelle de 200 euros, sous forme de chèques emploi-service, pour rémunérer des aides à domicile. En tout, près de 1,5 million de foyers éligibles ont reçu leur chèque. 4. La prime exceptionnelle pour les chômeurs : Une prime exceptionnelle de 400 ou 500 euros avait été promise pour les chômeurs qui avaient travaillé entre deux et quatre mois. Le dispositif n’a bénéficié qu’à un peu plus de 1% des personnes concernées et à leur demande. 5. La suppression d'une partie de l'impôt sur le revenu : Les foyers assujettis à la seule première tranche de l'impôt sur le revenu, et une partie de ceux qui payent la deuxième tranche, ont été dispensés de payer le deuxième tiers provisionnel en mai dernier. On peut dire que, dans l’ensemble, les promesses n’ont pas été toutes tenues à hauteur de l’attente, mais elles restent cependant positives et avant la fin de l’année, il reste encore quelques mois pour les réaliser.


3. 
Jamais sans mon portable !


Le portable est devenu un objet indispensable que l’on retrouve même sur la table de chevet. Les trois quarts des utilisateurs ne se séparent jamais de leur téléphone portable. La majorité des personnes dormiraient avec leur mobile. Il aurait même changé les relations amoureuses !! Se tenir informé ou envoyer des SMS à tout moment sont désormais des habitudes. A tout moment, que ce soit en pleine réunion ou tout autre lieu, le "mobile-adict" vous abandonne pour répondre à son interlocuteur ou pour répondre à un SMS. Beaucoup ne savent pas utiliser toutes les fonctions de leur téléphone mais ils ne "doivent" pas s’en séparer. A part la téléphonie, les autres fonctions les plus utilisées sont l’alarme, l’appareil photo et les jeux. Les plus au top consultent leurs emails et naviguent sur Internet grâce à leur PDA. Que faisait-on quand cet outil n’existait pas ?


4. 
Les 10 ans de la CMU.


La CMU (Couverture Maladie Universelle) est née il y a dix ans. Elle est aujourd'hui un pilier de la protection sociale à la française et permet d'améliorer l'accès aux soins des plus pauvres. Elle comprend deux volets : La CMU de base qui constitue une généralisation de l'assurance maladie obligatoire pour ceux qui n'y ont pas accès par un autre biais, sur simple critère de résidence en France. Le second volet, la CMU complémentaire qui donne l'accès des soins aux plus modestes grâce à une complémentaire santé gratuite mais qui est soumise à des conditions de ressources et dont les barèmes dépendent de la composition du foyer. En 2008, le financement de la Couverture Maladie Universelle a représenté une dépense annuelle de plus de 1,7 milliard d'euros.


5. 
Parler vous le "geek" ?


C'est le langage-jargon des passionnés d'informatique, de jeux vidéo et de forums. Le "geek" puise dans le vocabulaire anglais et le détourne pour l'assaisonner à sa sauce. Un "flood", un "noob" ou un "fake" sont des mots d’un étrange langage ! Le mot "geek" est entré dans le Larousse. Mais le jargon correspondant n’y a pas sa place. Pour combler cette lacune, la revue Micro Hebdo a développé un "geektionnaire". Chaque mot est accompagné de sa nature, du registre dans lequel il est employé, de son origine et aussi de sa définition illustrée d'un exemple. Pour pouvoir comprendre vos jeunes branchés, quelques mots avec leur traduction suivent. 1. Fake, désigne quelque chose de faux. 2. Flooder, c’est inonder de messages inutiles. 3. LOL signifie "je suis mort de rire". 4. W00T est une expression de joie intense chez un joueur ou un tchatteur. 5. Troll est un sujet qui fâche. 6. Toshop est le diminutif de Photoshop employé par les utilisateurs du logiciel de retouche d'images. 7. Topic désigne un sujet dont on parle. 8. Followers sont ceux qui savent tout de votre vie, ceux qui vous suivent. 9. GG  est l'expression d'un joueur qui félicite un autre. 10. Kikou est la célèbre façon de se saluer sur un tchate. 11. N00B désigne un débutant. J’arrête de Poutrer notre langue française c’est-à-dire, j’arrête d’écharper notre langue française !

Henri Pauvert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mutuelle 21/09/2009 10:49

heureusement qu'ils ont inventer la cmu sinon je n'osse meme pas imaginer ce qui serai passé pour ces gens pauvres!