Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

02 février : Guadeloupe : Où en est-on du conflit?





Interrogé par le journal Le Monde sur le conflit en cours en Guadeloupe le premier ministre François Fillon a déclaré : « Il faut que le bon sens s'impose et que les blocages s'arrêtent, car ils créent une situation insupportable pour les habitants et dangereuse pour l'économie. Aujourd'hui, en pleine période touristique, c'est toute l'économie de la Guadeloupe qui est menacée. Il faut en sortir ».

Ce sont des propos de bon sens en effet, et les Guadeloupéens, premiers concernés en sont largement d'accord. Ils souffrent de la prise en otage dont ils sont l'objet de la part de syndicalistes dont les arrière pensées politiques sont de plus en plus claires aux yeux du plus grand nombre, malgré que la perspective d'une augmentation spectaculaire des salaires ne laisse évidemment personne indifférent même pour ceux qui déplorent la politisation du conflit, et l'action d'intimidation de groupes tels ceux du syndicaliste Alex Lollia, un enseignant pourtant qui demeure bien indifférent à l'interruption du trimestre scolaire depuis plus de 15 jours. M.Lollia, à la tête de groupes d'action d'intimidation parcourt les rues des villes, en particulier de Pointe-à-Pitre, à la tête de véritables commandos de macoutes, pour veiller à empêcher le fonctionnement du commerce et des entreprises.

Pourtant l'arrivée de monsieur Yves Jego, Secrétaire d'Etat aux DOM-TOM, a eu pour effet des avancées, discutables dans doute, mais qui auraient du satisfaire les groupes à l'origine des grèves.

Le ministre a ainsi confirmé le versement en avril d'une prime de 200 euros pour 60.000 foyers à faibles revenus. La région, le département et l'association des maires ont proposé de leur côté un plan de 56 millions d'euros consistant en des baisses de taxes et un redéploiement de crédits.

Sur le sujet de la vie chère, Yves Jégo a par ailleurs annoncé que le gouvernement allait «appliquer à la Guadeloupe le RSA -revenu de solidarité active- dès cette année» c'est-à-dire avec un an d'avance sur le calendrier prévu. «Voilà pour 61.000 Guadeloupéens une source de revenu; c'est 30 millions d'euros qui vont être injectés», a-t-il insisté, assurant plancher «sur toute une série de mesures de cette nature-là». «J'avais bien conscience que les autorités locales n'y arrivaient pas et qu'il n'y aurait pas de porte de sortie», a observé le secrétaire d'Etat pour qui «seul l'Etat peut réussir à raccommoder la société guadeloupéenne».

La fin de la grève des gérants de stations service est en principe acquise. Et la vente de l'essence devrait reprendre demain, 3 février.

Mais le groupe Liyannaj kont pwofitasyion, ne l'entend pas de cette oreille.

Par la bouche de son chef charismatique Elie Domota, il assurait ce soir, que ses militants veillerait au maintien de la situation d'otage du département. De même il s'oppose catégoriquement à la réouverture des écoles, et à la reprise du travail dans le milieu scolaire. Tant pis pour les conséquences qui s'ensuivront pour les étudiants et les élèves.

En bref les affameurs poursuivent leur travail de démolition de la Guadeloupe dans tous les domaines, dont celui du tourisme, principale industrie de l'île, et qui est à genoux.

Ce qui frappe en Guadeloupe c'est l'extraordinaire mainmise du mouvement sur les principaux médias, véritables entreprises de désinformation.

Un rassemblement de jeunes militants UGTG devient ainsi celui de la jeunesse guadeloupéenne tout entière.

De même, des enseignants et artistes du LKP deviennent « les intellectuels de la Guadeloupe qui ... », etc.

Sur Radio Caraïbe Internationnal (RCI) des militants ont exigé « l'arrêt de l'importation » (sic) de non Guadeloupéens à des emplois en Guadeloupe », sans aucune remarque de l'animateur contre ces propos racistes? Je dis racistes, car ce ne sont pas les Haïtiens, Dominicains ou Dominiquais (nombreux, parmi lesquels quantité de sans papier) qui sont visés, mais bien les compatriotes de l'hexagone. Il s'agit donc bien de racisme et non de xénophobie.

Je laisse penser ce que l'on dirait si en métropole, les minorités du même accabit, là bas, que celle qui, ici, soutiennent M. Domota refusaient « l'importation » des antillais.!!!

Ainsi va le petit monde de la Guadeloupe étranglée.

Il faudra bien que cette situation cesse dans quelques jours. Mais malheur à ceux du côté de la majorité si l'on ne travaille pas à rééquilibrer l'information en Guadeloupe dont le rôle est majeur dans l'entreprise, très adroitement menée, de subversion et de mise en condition de la population.

Car avec le temps, c'est un véritable empoisonnement psychique auquel on assiterait. Les majorités peuvent changer.

Quand les peuples ont basculé, il ne leur reste plus que leurs yeux pour pleurer.
Mais alors, il est trop tard.


Edouard Boulogne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kate 12/02/2009 21:05

cet article très réaliste est un acate de courage!

toto de bahia 03/02/2009 17:49

MAGWA"iles a vendre, les fonctionnaires  sont révolutionnaires..." extrait  de l'oeuvre de  CALI, bravo l'artiste

Loïc 03/02/2009 16:34













"J'ai un ami qui est xénophobe. Il déteste à tel point les étrangers que lorsqu'il va dans leur pays, il ne peut pas se supporter !" Raymond Devos - 1922-2006 - sketch Xénophobie

Ton scooter est japonais. Ta pizza est italienne et ton couscous algérien. Ta démocratie est grecque. Ton café est brésilien. Ta montre est suisse. Ta chemise est hawaiienne. Ton baladeur est coréen. Tes vacances sont turques, tunisiennes ou marocaines. Tes chiffres sont arabes. Ton écriture est latine. ... Et tu reproches à ton voisin d'être un étranger!?

adré 03/02/2009 03:30

MARTINIQUE : CHRONIQUE D'UN DESASTRE ANONCEDepuis plusieurs jours, on sent monter une excitation fébrile à la Martinique. Enfin le 5 février, notre île pourra rejoindre le club envié des DOM bloqués. Le blocage pour la baisse des prix du carburant (qui n'a sans doute fait qu'anticiper une baisse déjà prévue) nous était passé sous le nez. Le blocage pour assurer les pwofitasyons du LKP avait commencé depuis plusieurs jours en Guadeloupe. Allait on passer à côté d'une si belle occasion ?Malheureusemnt il est bien probable que non.  Peu à peu s'est installé dans une partie de l'opinion l'idée que des actions telles que, casser les reins du secteur économique,  molester le tourisme et vider les chambres d'hôtel, faire perdre à notre jeunesse plusieurs semaines de cours, limiter le droit de se déplacer, seraient de nature à augmenter la prospérité commune et à garantir un avenir meilleur. Pour parvenir à cet objectif aux allures de mirage, certains sont prêts à sacrifier leurs libertés fondamentales, certains sont prêts à se soumettre à quelques chefs syndicaux. Espérons que la majorité des martiniquais réalisera que les coups portés à l'économie par de tels mouvements se traduisent inévitablement par des pertes d'emplois et par l'augmentation des prix. Espérons que nos compatriotes refuseront de se laisser intimer l'ordre de cesser de travailler et de circuler.Espérons qu'on ne donnera pas le qualificatif de grève aux fermetures des entreprises imposées par la force.Car le meilleur espoir de progrès économique réside dans le fonctionnement d'une économie concurrentielle, attirant des entrepreneurs dynamique, employant une main d'oeuvre formée et motivée, et dans le respect par tous de l'état de droit.Méfions nous des violents toujours en quète de bouc émissaires. Méfions nous de ceux qui trouveront toujours une raison suprème dans le passé, le présent ou l'avenir pour bafouer les libertés, ils apportent à coup sur la misère quand ils gagnent.