Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.


1. Mon pèlerinage en Terre Sainte...

a_la_loupe-1.jpeg
Dimanche 19 août, 5 h du matin, 40 personnes hébétés se retrouvent à Roissy autour du Père Zeller et de 3 prêtres étudiants africains. C’est le début du pèlerinage de 10 jours en Terre Sainte du Groupe du Diocèse de Pontoise. La plupart des participants, dont je suis, sont un peu inquiets car c’est leur 1er pèlerinage dans un pays de tous les dangers, au dire d’amis charitables !
Voyage sur Swiss Air au cours duquel chacun s’interroge sur les découvertes qu’il va faire et comment il va vivre la rencontre avec cette terre qui a vu naître, grandir et mourir le Seigneur Jésus Christ. Nous avons tous en tête les mots du Père Zeller : "accepter de devenir pèlerin, c’est partir pour revenir différent"… D--sert-du-neguev.jpg(Au coeur du désert du Neguev).
Nous voilà enfin à Tel Aviv, installés dans le car avec un chauffeur palestinien et un guide israélien : Direction le Néguev et le début de nos surprises. Il est impossible de raconter dans le détail tous les lieux riches en histoire que nous avons visités : Le désert du Néguev, Shivta ville Nabatéenne, les gorges d’Ein Avdat, l’Exode autour de Mak test Ramon, Massada et la rampe Romaine. De tous ces lieux, nous avons surtout été très marqués par le désert qui, contrairement à nos croyances, est un lieu de vie, de réflexion ou Dieu amène son peuple lorsqu’il veut lui parler. C’est aussi l’endroit ou Jésus s’est retiré pour méditer, réfléchir et prier. C’est ce que nous avons fait lors des magnifiques Eucharisties que nos 4 prêtres ont concélébrées apportant une richesse spirituelle très forte à ces temps de visites. Massada.jpg(Massada).
Notre voyage s’est ensuite focalisée sur la région ou Jésus a passé sa jeunesse puis a enseigné ses préceptes et choisi ses apôtres. Notre route s’est arrêtée à la basilique Notre Dame de l’Annonciation située au cœur du village primitif de Nazareth ou la Vierge Marie a reçu l’annonciation de l’ange Gabriel. Ce lieu nous a permis de nous retrouver au "milieu des évangiles" et d’y retrouver une ferveur très particulière qui m’a beaucoup marqué car je ne l’ai jamais plus ressenti dans les autres lieux visités. Cette basilique catholique, construite sur les vestiges de 3 anciennes églises, est très sobre et s’intègre totalement dans la vision de la foi et de la ferveur à laquelle nous, Français, sommes habitués.
La traversée du lac de Tibériade vers Capharnaüm et sa visite nous a donné l’occasion d’un passage sur les chemins ou Notre Seigneur Jésus a exercé son ministère. A la lecture de passages des Évangiles, le Père Zeller nous a fait prendre conscience que la passion du Christ était déjà inscrite dans les débuts de son ministère. En une journée, nous avons été confrontés aux 3 années que Jésus a mises pour enseigner ses préceptes, ceux que nous vivons tous les jours dans notre vie de baptisé. Quel bonheur de pouvoir mettre une image sur tous ces lieux qui font de nous des enfants de Dieu.Nazareth-Chapelle-de-l-Annonciation.jpg(Bethléem : Chapelle de l'Annonciation).
La visite de Bethléem nous a ramené à la dure réalité de ce que vivent les populations de la région puisque notre guide israélien n’a pu entrer dans la ville. Après le passage du "check point", un guide palestinien chrétien nous a fait toucher du doigt l’injustice que représente le mur, construit par les israéliens, qui interdit toute sortie des palestiniens. La visite de la basilique de la Nativité a été un peu décevante car nous avons découvert la difficulté de partager avec des milliers de pèlerins les récits que nous avons tous si souvent entendu, dans nos églises, à Noël.
C’est enfin la direction de Jérusalem et la découverte panoramique de la ville par le Mont des Oliviers. Jérusalem est une ville magnifique remise à neuf. La vieille ville grouille de personnages très divers et "exotiques", de toutes nationalités et de toutes confessions. Au travers des quartiers chrétiens, juifs, arméniens et arabes, nous avons visité les lieux de souvenirs des différentes religions qui y sont présentes.
(Jérusalem vue du mont des oliviers).J--rusalem-vue-du-my-des-Oliviers.jpg
Nous avons été surpris par le coté touristique du Saint Sépulcre qui est "géré" par les arabes. On y trouve les chapelles des différentes communautés qui se partagent la garde du Saint Sépulcre. Chacune y célèbre sa liturgie dans une harmonie toute relative et très bruyante. Il est impossible de pénétrer dans ce lieu et de croire qu’il porte au recueillement, à la méditation ou à la prière. Même une visite à 5 h du matin ne nous a pas permis de pouvoir prier sereinement : c’est à qui manifeste sa foi le plus bruyamment possible !
Que retenir de ce pèlerinage ? Une joie immense d’avoir pu partager des moments extrêmement forts avec des gens très divers et pour lesquels les motivations étaient différentes mais riches de nos diversités. Il est impossible de vivre ces 10 jours sans rentrer joyeux avec un regard nouveau sur notre foi. Les rencontres des différentes communautés obligent à ouvrir son cœur à une grande humilité. Il sera maintenant impossible de lire la Bible comme avant car nous avons vu ou s’est enracinée la parole de Dieu et nous garderons les images à jamais. Tout chrétien devrait réaliser ce pèlerinage au moins une fois dans sa vie.

1. Les retraites et l’envie de vacances.

Les "papy boomers" retraités constituent des vacanciers potentiels qui partent plus souvent et plus longtemps en privilégiant des périodes tout au long de l’année. C’est une manne pour l’industrie du tourisme qu’elle a identifiée depuis plusieurs années. En effet les retraités prennent, en moyenne, 37 jours de vacances contre 26 jours pour l’ensemble de la population française. Cette clientèle senior va s’accroître fortement dans les années à venir et leur pouvoir d’achat est important.

2. Bientôt l’horodateur délateur.

Les parcmètres communicants vont débarquer dans nos villes. Ces bornes détectent toutes seules l'arrivée d'une voiture et alertent la police par SMS en cas de dépassement du temps de stationnement. Des villes de la région parisienne ont commencé à installer ces nouveaux appareils. Les premiers retours d'expérience montrent que les bornes de stationnement communicantes permettraient d'améliorer la disponibilité des places de parking grâce à leur effet dissuasif. Heureusement le coût est élevé, 3.000 euros, et difficilement rentable. Mais on peut penser qu’il baissera et que l’investissement deviendra intéressant pour les communes. Pauvre de nous !

3. L’automobile française n’est pas au mieux de sa forme.

Depuis le début de l'année plus d'une voiture sur deux vendue en France sort des chaînes de montage des constructeurs étrangers. Renault a reculée de 8 % alors que Peugeot a abandonnée 2,3%. Pourtant les constructeurs français ne sont pas inactifs mais ils se développent à l’extérieur du territoire et restent d’un classicisme qu'il conviendrait sans doute aujourd'hui de remettre en question. Ils devraient réfléchir aux nouveaux défis de notre société et se focaliser sur la construction de la "voiture écologique" pour profiter de la prise de conscience des consommateurs sur les dangers du réchauffement de la planète.

4. Comment expliquer l’entreprise aux enfants ?

Il est rare de voir circuler des enfants dans une entreprise. Le Cabinet CB Richard Ellis, spécialiste du conseil en immobilier a mis à la disposition des enfants de ses salariés, le temps d’une journée, son siège parisien. Au programme de la journée, les dirigeants de l’entreprise ont fait découvrir les différents services dans le cadre d’une chasse aux trésors. A chaque étape, les jeunes "chasseurs" devaient se soumettre à une épreuve, le tout dans un contexte très concret. Tous, salariés et enfants, ont joué le jeu dans la bonne humeur. Souhaitons que de nombreux jeunes rejoignent le privé après leurs études !

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article