Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

À Hollywood, tous les hommes - ou presque - sont des porcs...

Oscars, Oscars, quand tu réunis la fine fleur du talent - et de la  vertu - il y a de quoi partager l'indignation des balanceuses de  porcs. Surtout de celles qui balancent si volontiers leurs hanches en  exposant leurs propres pores, pourrait-on dire. Les pores de leur  peau, en tous cas. On lira un jour dans la presse de référence que  cette "fair lady" s'est fait harceler par quelque cochon en  divagation, et l'on en sera aussi étonné qu'indigné. Les hommes,  décidément ne savent plus se tenir résumant peu à peu l'humanité tout  entière à la seule sexualité, comme si l'homo sapiens sapiens avaient  atteint son paroxysme en se faisant homo sexuel sexuel, délivrant au  beau sexe ses obsessions lubriques comme jadis il lui rapportait le  produit de sa chasse, puis au temps de l'amour courtois lui récita des  poèmes et quand vint le temps des dîners en ville lui fit livrer des  fleurs. Tout ça parce que les hommes sont un peu faibles de la chair  (et de l'esprit aussi dit le sexe faible qui entend bien être le plus  fort partout).

Une artiste albanaise, quoique inconnue du grand public, nous montre  qu'à Hollywood bien des hommes sont des porcs se figurant que certaines femmes - les plus talentueuses, généralement - seraient  prêtes à s'offrir à eux sous n'importe quel prétexte. Quant aux  imbéciles qui croient qu'hommes est un mot générique qui embrasse  toutes les femmes aussi, c'est qu'ils n'ont rien compris à la théorie du genre. À commencer par ce pauvre oncle Eusèbe qui n'a rien trouvé  de mieux à dire que « dans le genre pute, il y en a qui ne reculent  jamais devant les photographes. » Ce vieux ronchon n'a jamais rien  compris à l'art. Il faut croire que le malheureux Weinstein, lui non  plus, n'avait rien compris au cinéma de ces poupées qui disent non  quand on croit qu'elles disent « viens mon gros lapin ». Ben quoi ! le  cinéma, c'est le cinéma : ars gratia artis ! Y pesetas también.



 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

castets 06/03/2018 07:36

Bonjour Mr Boulogne,
A la chair, la chair !
Belle promotion pour un port de pêche que vous connaissez bien et ces pauvres pêcheurs qui se servent de filets remaillés et portés par d'autres sirènes.
Ce qui me choque, c'est ce petit bout de plastic blanc qui met en valeur une partie glabre qui pouvait passer inaperçue avec nos méthodes actuelles de rasage.
A l'oeil, elle a au moins des bras, je la préfère à la vénus de Milo... qui n'en portait pas !

Bonne journée, Cdlt Cjj

Mottet 05/03/2018 22:13

Combien cet article nous montre bien l'hypocrisie du système et de celles qui crient au loup tout en l'ayant provoqué!!
Ce sont les temps modernes!!