Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Il y a des structures de pensée qui semblent éternelles. Le slogan nazi lui, était : «  Un seul chef, un seul parti, un seul peuple ». Celui des indépendantiste guadeloupéens est le même, ou … presque. Qui pouvait en effet être ce seul chef, chez nous, vers 1985? L'abondance de candidats reporta, jusqu'à nos jours ce complément capital. Mais comme on dit, avec un peu de pédanterie, l'homologie est flagrante !

Il y a des structures de pensée qui semblent éternelles. Le slogan nazi lui, était : «  Un seul chef, un seul parti, un seul peuple ». Celui des indépendantiste guadeloupéens est le même, ou … presque. Qui pouvait en effet être ce seul chef, chez nous, vers 1985? L'abondance de candidats reporta, jusqu'à nos jours ce complément capital. Mais comme on dit, avec un peu de pédanterie, l'homologie est flagrante !

On croyait révolue l'époque où le leader maximo des séparatistes Guadeloupéens ( appelé, non sans raisons le « super bombardier du peuple guadeloupéen » ) au lendemain du terrible cyclone Hugo ) qui ravagea notre département en septembre 1989, exhortait « lè pèp » à refuser l'aide des « blancs fwancés qui ka colonisé nou », et qui s'était « fait jeter » par ledit peuple.

Mais la bêtise insiste toujours, et comme le disait un célèbre personnage du cinéma « les cons, ça insiste toujours. C'est même à ça qu'on les reconnait », et les débris du séparatisme ne sont pas morts, bien qu'à leur approche se fasse sentir une odeur de rance mêlée de naphtaline.

C'est ainsi que l'on peut lire sous la responsabilité de Dannick Zandronis ( https://www.caraibcreolenews.com/index.php/opinion/edito/item/10736-cyclone-28-hugo-irma-avons-tous-tout-perdu-notre-culture-cyclone ), l'article qui suit.

L'ineffable Ibrahim ( nouveau prénom de Dannick après sa conversion à l'islam ), va jusqu'à considérer que la rentrée scolaire devrait être reportée comme en tan lontan ( si je voulais pas faire de la peine à certaines personnes âgées, je dirais qu'il s'agit d'une idéologie fortement teintée de .. pétainisme ) au mois d'octobre.

L'Ibrahim naphtalinisé persévère dans la nostalgie des temps anciens: « La culture-cyclone, c’est celle de nos grands parents. Dès le mois de juillet, il fallait être prêt au cas où, avoir ses réserves d’eau et d’aliments, consolider ce qui devait l’être. Bref, être en lien avec la réalité de son pays. Aujourd’hui, tout a changé. Les Guadeloupéens ont totalement zappé leur saisonnalité. En se référant consciemment ou pas à l’été français, ils vivent en décalage permanent avec leur vraie réalité et sont toujours pris au dépourvu. Ce qui explique les courses folles de dernière minute dans les centres commerciaux ».

Faut-il rappeler à notre Ibrahim que la Guadeloupe tout entière a passionnément voulu le changement sur lequel il déverse son vomi?

Que si l'on peut déplorer les excès de la consommation à outrance, il est impossible sans trouble mental grave de continuer à souscrire au mot de cet autre fêlé du ciboulot Franz Fanon qui a écrit que « la faim dans la dignité est préférable au pain mangé dans l'esclavage »( sic ! ).

Allez répéter ces paroles aux Barbudiens, et encore plus aux Haïtiens depuis 1804 !

Ibrahim ( et la minorité misérables de crétins congénitaux qui boivent ses borborygmes ) croient savoir ce qu'il nous faut : le retour à la société de pénurie à laquelle la départementalisation nous a arraché. Nosthromme a, reconnaissons-le, de la franchise dans sa bêtise : « La réalité coloniale est ce qu’elle est. Mais en gardant l’oeil ouvert, on s’aperçoit que tous les comportements atypiques voire bizarroïdes des Guadeloupéens sont directement inspirés par notre dépendance culturelle, idéologique, politique au système français ».

Je doute fort que les Guadeloupéens me trouvent sévère pour l'Ibrahim. Vérité d'abord !

 

Le Scrutateur.

_____________________________________________________

 

PAROLES D'IBRAHIM.

 

« Le quotidien France-Antilles, les médias télévisés ont fait la une sur le grand rush des Guadeloupéens dans les supermarchés quand la menace de l’ouragan Irma a enfin été prise au sérieux. En moins de 24 heures, les rayons des bouteilles d’eau minérale, de piles électriques et autres victuailles « cycloniques » ont été pris d’assaut et dévalisés. C’est à croire que les Guadeloupéens avaient complètement oublié qu’ils vivaient sur une île exposée aux ouragans, tempêtes tropicales et autres cataclysmes naturels qui sont le «charme » de notre pays.

En fait, il faut le dire, nos concitoyens ne sont plus en phase avec leur vraie réalité climatique. Il n’est pas rare mais toujours choquant et surprenant d’entendre que les Guadeloupéens natifs parler d’ « été » pour désigner la période… cyclonique. Ce mimétisme langagier ou lexical est la résultante de la francisation à outrance qui avance à pas de géant dans les têtes crépues. Les mêmes qui sont en mode « été » sont ceux-là même qui n’ont toujours pas compris qu’un « blanfwans » est un Français et non un « métropolitain » même si d’aucuns soutiennent que désigner le « blanfwans » en tant que « métropolitain » c’est justement pointer du doigt le fait colonial.

Ils ne veulent pas non plus comprendre que sur les planisphères, il existe un pays dont la capitale est Paris et ce pays, c’est la France, pas la « métropole ». Il est curieux et regrettable de noter que ce sont les journalistes des médias, les plus en vus, qui utilisent ces termes qu’on devrait proscrire, comme l’a dit le poète Max Rippon. Et il n’est pas le seul !

La réalité coloniale est ce qu’elle est. Mais en gardant l’oeil ouvert, on s’aperçoit que tous les comportements atypiques voire bizarroïdes des Guadeloupéens sont directement inspirés par notre dépendance culturelle, idéologique, politique au système français.

Les cyclones « surprennent » aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que depuis la fin des années 70, l’État français et son système éducatif ont imposé aux élèves et enseignants de la Guyane, de la Martinique et de la Guadeloupe, la rentrée scolaire au mois de septembre. Totale hérésie !

Si dans nos pays, la rentrée se faisait jusqu’alors en octobre, c’était précisément pour tenir compte de la période active cyclonique. Combien de fois, comme cette semaine, la rentrée des classes du mois de septembre a-t-elle été « pertubée » ? Pourquoi les élus, les syndicats de l’éducation qui sont tous conscients que cette rentrée en septembre est un non-sens, n’ouvrent-ils pas la bouche pour le dire ? Il faut se souvenir que feu Lucien Bernier, le grand-père de l’autre, avait souhaité au début des années 80 que nous adoptions l’heure d’hiver et l’heure d’été mais le résultat avait été tellement catastrophique, ridicule et incohérent que notre fuseau horaire a résisté à ce changement d’une totale idiotie. C’est dire jusqu’où peut aller le délire de ceux qui nous « représentent ».

Deux ouragans ont marqué le 20e siècle en Guadeloupe : le terrible cyclone de 1928 (plus de 1200 morts) et le non moins terrible Hugo en septembre 1989 qui fit une centaine de morts. On aurait pu penser que ces deux catastrophes auraient contribué à maintenir dans nos esprits une culture-cyclone. Ça l’a été mais la culture importée a tout balayé.

La culture-cyclone, c’est celle de nos grands parents. Dès le mois de juillet, il fallait être prêt au cas où, avoir ses réserves d’eau et d’aliments, consolider ce qui devait l’être. Bref, être en lien avec la réalité de son pays. Aujourd’hui, tout a changé. Les Guadeloupéens ont totalement zappé leur saisonnalité. En se référant consciemment ou pas à l’été français, ils vivent en décalage permanent avec leur vraie réalité et sont toujours pris au dépourvu. Ce qui explique les courses folles de dernière minute dans les centres commerciaux.

Mais outre les cyclones, un autre danger tout aussi menaçant que l’éruption de la Soufrière nous guette. Il s’agit du tremblement de terre. Sommes-nous préparés ? Qui s’en préoccupe vraiment ? Les Guadeloupéens savent-ils que tôt ou tard nous auront un Big break et que ce qui s’est passé aux Saintes en2004 n’est qu’un petit avertissement ? Peut-être est-il temps que les Guadeloupéens s’approprient vraiment leur terre natale, sa culture et cessent ainsi de se comporter en Guadeloupe comme de simples locataires déphasés ».

 

 

Commenter cet article

castets 09/09/2017 11:32

Bonjour Mr Boulogne,
La seule réponse qui puisse être opposée à DV, c'est l'élan de solidarité qui se manifeste en
" France " et ailleurs, au delà des positions partisanes !
Sans préjuger de l'avenir, la METROPOLE était là aussi pour les autres cataclysmes, y compris pour Haîti, les Corps constitués étaient là aussi pour Hugo, pour envoyer des renforts en personnels et matériels...
Par contre, je le remercie pour la culture cyclonesque des grands parents, et ancêtres je suppose...
Que Monsieur l'écologiste de première classe N.Hulot prenne bonne note que les cyclones existaient bien avant la présence humaine ...
Courage à toutes les victimes désespérées, nous sommes de tout coeur avec eux .
Si possible, meilleure journée, cordialement Cjj