Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Benêt  Hamon.

Benêt Hamon.

On connait l'adage latin : « Quos vult perdere Jupiter dementat », c'est-à-dire : « ceux que Jupiter veut perdre, il les rend d' abord fous ».

Apparemment les dieux, même ceux d'en bas, semblent abandonner nos socialistes nationaux, du moins sous leur forme archaïque .

Le petit Benêt Hamon est devenu le jouet de leur acharnement.

 

Le Scrutateur.

Élections législatives

Benoît Hamon plante une faucille dans le dos de Manuel Valls

( http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/23/2580322-ps-touche-fond-presidentielle-continue-creuser.html#xtor=EPR-7 )

 

Le PS a touché le fond à l'élection Présidentielle, et pourtant, il continue de creuser, avec méthode et obstination. Après avoir fait connaître sa préférence, hier, pour Salah Amokrane, candidat écologiste aux élections législatives sur la 2e circonscription de Haute-Garonne contre le député socialiste Gérard Bapt, Benoît Hamon a annoncé ce mardi son soutien au communiste Michel Nouaille, adversaire de Manuel Valls sur la 1ère circonscription de l'Essonne. Comme si l'écosystème politique actuel ne constituait pas en soi un handicap suffisant, les socialistes qui s'apprêtent à disputer des élections législatives à très haut risque rajoutent eux-mêmes une couche supplémentaire de difficulté. 

Sur le terrain, les candidats estampillés PS sont abasourdis par le spectacle que donnent à voir leurs poids-lourds, entre un Jean-Christophe Cambadélis très énervé qui arrache son micro à une journaliste, et un Benoît Hamon manifestement aveuglé par le ressentiment.Dans sa tête, celui qui veut rassembler les gauches alternatives a-t-il déjà quitté le PS dont il était encore le candidat officiel à la Présidentielle voilà seulement moins d'un mois? Et si tel est le cas, peut-on alors le soupçonner de vouloir achever le parti agonisant et de faire place nette avant de reconstruire la gauche de ses rêves? "La question peut se poser et elle se posera probablement, mais pas maintenant", dit-on à Solférino où "les derniers socialistes qui ne se regardent pas le nombril" ont les yeux fixés sur la prochaine échéance électorale. 

En s'exprimant en faveur du communiste Michel Nouaille, Benoît Hamon règle d'abord ses comptes avec Manuel Valls qui lui a refusé son soutien à la Présidentielle avant de rallier Emmanuel Macron. "Moi, je l'ai parrainé", s'étonne de son côté Gérard Bapt, député PS sortant de la 2e circonscription de Haute-Garonne. L'entourage du député de Trappes a toutefois une explication pour justifier le choix de Salah Amokrane: "Gérard Bapt va entrer dans son dixième mandat, cela va à l'encontre de ce que Benoît Hamon et le PS préconisent en terme de renouvellement et sur le non-cumul des mandats». Mais pour Gérard Bapt, la vérité est ailleurs: lui se dit victime de la stratégie de recomposition des gauches alternatives dans laquelle est entré Benoît Hamon et qui se formalisera en juillet par la création officielle de son mouvement. L'ex-candidat PS à la Présidentielle mènerait donc sa propre campagne à l'intérieur de la campagne législative. Allez comprendre...

LIONEL LAPARADE

Commenter cet article

Ch.Etzol 24/05/2017 04:55

Voilà donc à quoi ont conduit les sacro-saintes Primaires avec un grand P, de tous les ababa devant l'Amérique avec un grand A...A noter que c'est le PS qui l'a introduite,clandestinement?
On ne sait quelle manie ont les français de toujours vouloir imiter ce qui vient d'ailleurs et toujours le pire: Si ce n'est pas l'Allemagne, c'est l'Angleterre; pour aller au Nord,il y a la Suède (tellement géniale!). Il est vrai que c'est l'Europe, et s'il faut traverser l'Atlantique... Ah,on se pâme, il y a la grande,la forte,la superbe, THE modèle :l'Amérique
A croire que la source d'inspiration en France s'est tarie ! Pourtant bien peu de nations peuvent se targuer d'avoir une histoire comme la nôtre.
Macron lui, ne s'est pas posé à la primaire...mais en recours ? Lui cherchait les moyens de sa com. Le hululement du percepteur, selon Raymond Devos : Des SOUUUUS! Des SOUUUUS!
Bientôt aussi,les mains dans nos poches trouées, notre paletot deviendra idéal.
Par contre 2200 milliards de dette n'impressionnent pas M.Macron et ne l'empêchent sûrement pas de dormir. Mais nos enfants, petits enfants et probablement arrière-petits enfants en seront encore à payer pour ceux qui auront passé leur temps à vivre à crédit.
Mais le point commun est que tout le monde ET Droite Et Gauche,aujourd'hui veut la "révolution" et ne connait la France que depuis peu de temps:1789....