Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Primaires de la droite et du centre : Au deuxième tour, François Fillon transforme l'essai et marque.

Malgré l'aide idéologique d'une partie de la gauche aux abois, et le vote de nombreux hommes de gauche à cette primaire de droite ( au 1er tout on estime à 14% de ces gens à avoir voté à cette primaire « de droite » ) François Fillon l'emporte largement ce soir.

Il va falloir l'aider à rester fidèle à ce programme, et à cette posture qui lui a valu le soutien de la droite française. Car rien n'est gagné, et ses électeurs doivent rester vigilants pour éviter que des tractations politiciennes l'entrainent sur des voies incompatibles avec ses engagements et notre confiance.

Nous devons persuader le vainqueur de ce jour que les voix de ses électeurs du 27 novembre ne lui appartiennent pas.

Je suis désolé de pas parler avec plus d'enthousiasme, mais c'est avec lucidité et fermeté que nous devons nous déterminer.

Il ne s'agit pas au nom de l'ouverture et de la tolérance de nous retrouver, demain comme sont les Guadeloupéens aujourd'hui devant une Assemblée nationale comparable au Conseil régional de notre île,mélange incohérent d'une gauche et d'une « droite », unies seulement ( comme on va bientôt s'en apercevoir ) pour ce changement de statut que 74% d'entre nous ( de gauche comme de droite ) ont refusé en 2003.

Quoiqu'il en soit, fêtons la victoire du bon sens aujourd'hui en France, tout en restant éveillés et lucides.

 

Le Scrutateur.

________________________________________________________________________

 

Primaire à droite : Fillon «tend la main à tous ceux qui veulent servir notre pays»

 

( http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/11/27/97001-20161127FILWWW00194-primaire-a-droite-fillon-tend-la-main-a-tous-ceux-qui-veulent-servir-notre-pays.php?een=c14975335b8bc0537b55cb39d83f3170&seen=6&m_i=rEIrsyY%2BHWIUKfZJe9uQgQUoGZoyIi1XZkJlVy1E8dDfHbqoN660cQ6pPJpkZFyIZfyd_zRryBzhmopcGbkDFPYONZYHB_#xtor=EPR-300-[alertes-infos]-20161127) .

 

Accueilli aux cris de "Fillon président", le désormais candidat de la droite et du centre à la prochaine élection présidentielle a d'abord tenu à saluer les électeurs "pour s’être emparés de ce rendez vous démocratique". "La victoire me revient, et c'est une victoire de fond bâtie sur des convictions", a-t-il ajouté.

"Progressivement, j'ai senti cette vague qui a brisé tous les scénarios écrits d'avance. Ma démarche a été comprise. La France ne supporte pas son décrochage, veut la vérité, et attend des actes. Ce quinquennat qui s'achève a été pathétique. Il va falloir y mettre un terme et repartir de l'avant comme nous ne l'avons jamais fait depuis 30 ans", a déclaré l'ancien premier ministre.

"Pour cela j’aurais besoin de tout le monde. Et ce soir j’ai une pensée particulière pour Nicolas Sarkozy. (...) Alain Juppé est un homme d’Etat et il le reste. Aucun candidat n’a démérité. Cette campagne fut digne", a-t-il poursuivi. "Ce qui nous unit est tellement plus grand que ce qui nous sépare. C'est pourquoi ce soir, je tends la main à tous ceux qui veulent reconstruire notre pays".

"Mon succès, je le mets en partage. Je le dois à mes équipes, mes soutiens, les bénévoles qui furent admirables de dévouement. Ce succès, je le dois à des milliers de Français que j'ai rencontré, et dont je me suis nourri de leur révolte et de leur désespoir. Il y a dans notre pays un immense besoin de respect et de fierté. Il y a aussi un appel à l'exemplarité de l'Etat", a encore déclaré le candidat, avant de conclure, la main sur le coeur: "L'avenir nous attend. Nous avons en main tous les atouts pour être une nation souveraine pour être en tête de l'Europe. J'ai maintenant le devoir de convaincre tout un pays".

 

Commenter cet article

Dissident 28/11/2016 11:29

France d'abord et à bas l'UE tyrannique, son euro imbécile, ses pharisiens corrompus, ses multinationales criminelles et ses migrants soit disant syriens. Ca n'est pas parce que la droite a hissé sur le pavois Fillon et son nœud de cravate parfait, qu'il ne faudra pas sortir de l'UE afin de pouvoir se concentrer sur notre pré carré qui en a bien trop besoin. Donc, si Fillon n'a pas le courage de prôner haut et fort le Frexit, qu'il retourne une bonne fois pour toutes garder ses cochons à rillettes dans la Sarthe - qu'il cesse donc et par conséquent de nous faire prendre des vessies pour des lanternes - puisque, même président, il ne servira strictement à rien sauf à nous faire attraper encore plus de boutons.

Roby 27/11/2016 23:51

Le style, c'est l'homme même. Battu comme on l'est rarement dans un duel de Titans, Juppé - qui a retrouvé son calme - trouve encore le moyen de bomber le torse et de se poser en donneur de leçons. Garbage in, Garbage out, disent nos amis anglo-saxons. Juppue enterre la hache de guerre qu'il a lui-même déterrée avec une hargne de roquet enragé en disant que la primaire est terminée et qu'il a toujours été un ami de François Fillon.

Par ailleurs, dans l'ambiguïté, comme tout au long de sa vie politique, Juppé a trouvé le moyen de dire qu'il se retirait de telle sorte qu'on comprenne qu'il ne se retire pas.

Et toute la "droite" se livre à ce petit exercice de copinage qui consiste à encenser le soldat Ali, leur petit camarade qui s'est pourtant conduit comme un valet de ferme ivre dans l'entre-deux tours, ne se privant pas de tracer les grandes lignes de l'argumentaire socialiste aux prochaines présidentielles.

En entendant Thierry Solère souhaiter que "ce message" de Juppé reste présent, on croit rêver. On croit même entendre Chirac inviter les Français à méditer le message de François Mitterrand à la mort de celui-ci.

Les Français - ceux de droite, en principe - ont signifié leur congé par un score de perdant sans appel et qui termine en disant plus ou moins aux électeurs qu'il les emmerde ("Je termine cette campagne comme je l'ai commencée, en homme libre", pour ceux qui savent lire entre les lignes). Même s'il y a peu de chance pour que M. Juppé change à l'âge de 71 ans, espérons qu'une fois rentré à la maison, il saura méditer le message qui lui a été adressé ce soir, message sans ambiguïté. Espérons que la "droite" saura également méditer le message venu des bulletins de vote.

Pierre 27/11/2016 23:09

Attention, le "décrochage" de la gauche tel le Diable chassé du paradis "dans une grande colère sachant qu'il en a pour peu de temps" rend les gauchos fous de rage et injurieux. Attendons nous à une pluie d'injures aveux de leur impuissance!