Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Benoît XVI raconte sa renonciation Jean-Marie Guénois

Article paru ce jour dans Le Figaro.


 

RELIGION La renonciation surprise du pape Benoît XVI, le 11 février 2013, reste pour beaucoup une énigme. Le livre interview publié le 14 septembre prochain, chez Fayard, intitulé Benoît XVI, dernières conversations, répond, en partie, au mystère de cet homme aujourd’hui âgé de 89 ans, qui révèle être désormais « aveugle de l’œil gauche ». Le pape émérite vit une discrète retraite monastique dans une maison des jardins du Vatican, derrière la basilique Saint-Pierre. C’est là qu’il a accordé une longue interview au journaliste allemand Peter Seewald avec qui il avait déjà réalisé deux livres d’entretiens, Le Sel de la terre en 1996 et Lumière du monde en 2010.

Contrairement à ces deux ouvrages qui respectaient un ordre chronologique strict - le dernier s’arrêtait aux cinq premières années du pontificat - ce livre revient sur l’ensemble de sa vie. Les réponses sont moins approfondies, mais elles procurent une approche exceptionnelle, souvent intime, de la personnalité de Benoît XVI. Il se livre à une confession très digne et fort lucide. Beaucoup de choses sont déjà connues, mais le morceau de choix est évidemment la renonciation. Benoît XVI - élu à 78 ans en 2005, le pape François a 79 ans - en profite pour remettre les pendules à l’heure. Non, il n’a pas démissionné sous la pression de l’affaire Vatileaks, cette fuite issue de documents volés par son majordome sur son bureau. Au contraire, insiste-t-il, « ces affaires étaient entièrement réglées (…) j’ai pu me retirer parce que le calme était revenu sur ce plan. Il n’y a pas eu de reculade sous la pression ».

Encore moins ce départ - il avait alors 85 ans - fut-il un abandon, une « descente de la croix » comme certains l’ont affirmé. « C’est un reproche auquel je devais m’attendre », reconnaît-il avec une lucidité et un sens de l’autocritique qui caractérise ce livre. Mais « c’est une autre manière de rester lié au Seigneur souffrant, dans le calme du silence, dans la grandeur du silence et dans la grandeur et l’intensité de la prière pour toute l’Église. Cette démarche n’est donc pas une fuite, mais une autre façon de rester fidèle à ma mission ».

« J’agissais en toute liberté » 

Le plus stupéfiant en définitive est « la certitude intérieure » qui a conduit à cette décision. Acquise et mûrie par un Joseph Ratzinger priant : « J’en avais discuté avec le Seigneur assez longtemps. » Il confie : « Je me sens si intimement lié au Seigneur (…) Il est toujours là. » Il pose le point final de cet acte historique : « J’agissais en toute liberté. »

Sur son successeur, autre élément neuf du livre, le pape émérite est peu disert. Il rappelle que « le pape est le pape quel qu’il soit » et qu’il lui a promis obéissance. Aucun commentaire, donc, sur le fond des réformes engagées, en particulier sur la question des divorcés remariés ou sur la réforme de la curie romaine. Il récuse toutefois le terme de « rupture » ou « d’oppositions » entre les deux pontificats et admet celui « d’infléchissements ».

Benoît XVI ne cache toutefois pas que « la surprise a été grande pour moi » de voir élire le cardinal Bergoglio : « Je n’avais pas pensé à lui », parce que « personne ne s’y attendait ». Il n’était « pas considéré comme un des candidats les plus probables. En entendant son nom, j’ai été un peu hésitant dans un premier temps », note Benoît XVI, mais cela n’a pas duré : « Quand je l’ai vu s’adresser d’une part à Dieu et d’autre part aux hommes, la joie m’a envahi. Et le bonheur. »

Il défend son bilan  

Benoît XVI ne connaissait pas la « cordialité » de François, ni « cette attention extrêmement personnelle » à chacun. Il savait seulement que « c’était un homme très décidé » et qui « n’hésitait pas à dire franchement » les choses. Il voit maintenant un « homme de la réforme pratique » mais aussi un « homme méditatif ». Il constate surtout « une nouvelle fraîcheur dans l’Église, une nouvelle joie, un nouveau charisme qui plaît aux gens. C’est bien ». Mais il y a peu de contacts entre les deux hommes. François « n’a généralement pas l’occasion » de prendre conseil. Benoît XVI se trouve « très content de ne pas avoir à s’impliquer ».

Cette remarque en dit long sur la personnalité profonde de Benoît XVI, très bien rendue dans l’entretien, son émotion - il rit souvent et pleure parfois - et son humour sur lui-même. Il défend également son bilan sur tous les points sensibles, comme la lutte contre la pédophilie. Oui, c’est un « professeur », qui ne fut peut-être pas la « personne idéale » pour être pape, mais « ce n’est pas non plus inconcevable », puisque l’axe de son pontificat fut de « mettre en évidence la centralité de la foi en Dieu ».

Celui qui a toutefois subi son élection comme un « fardeau » - il n’a pas de mots assez forts pour en dire le poids - n’aura jamais été un politique : « Je suis fondamentalement hostile aux conjurations et à ce genre de choses, surtout pour l’élection d’un pape (…) je n’ai pas fait de politique en aucune façon. » Au sujet des querelles intestines de l’Église, et parlant de lui, il note : « Les gens savent que ce type-là n’est pas dangereux. »


 

Commenter cet article