Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Question naïve : sur l'affaire dite « Nicolas Chaulet » : une lacune étrange dans l'accusation.
Question naïve : sur l'affaire dite « Nicolas Chaulet » : une lacune étrange dans l'accusation.

Rebondissement dans « l'affaire Nicolas Chaulet ». Rebondissement largement orchestré par les médias, irresponsables comme souvent.

Dés l'aube de ce 22 septembre, RCI sonnait la charge, évoquant le scandale qui consisterait à prétendre que dans son réquisitoire le substitut du procureur de la république n'aurait pas demandé une peine d'un an de prison pour M. N.Chaulet, mais « seulement » d'un mois.

Ce propos destiné sans doute par la « radio de la vie » à occasionner maintes coupures aux gens qui se rasent ( doublement ) en les écoutant en cette heure matinale, est devenu une ritournelle dans la journée, couronnée par le « reportage » de Guadeloupe 1ère, diffusée à 19h30, et nous montrant les tronches et les silhouettes, bien fanées, bien flapies des harpies de la haine, ces membres de la camarilla bien connue.

Un des « procureurs » de la compagnie des zaboks, que l'on désigne bien volontiers en pays Guadeloupe de l'expression très imagée: « on chouval a Diab », en rajoutait sur la perversité de la « jistis kolonyal » dont le procureur, aurait démenti que la peine demandée, par son substitut, ait été d'un an mais seulement d'un mois, en s'efforçant de prendre des manières de duchesse ( douairière pour le moins ) sans véritablement y parvenir.

Passons! Mais constatons que ces gens là et leurs complicités médiatiques font ce qu'ils peuvent pour pourrir davantage la vie guadeloupéenne, et la rendre irrespirable, pire en leurs pestilences que les nuages de sables venus d'Afrique, et les émanations de « nos »sargasses indésirées.

Une question que je poserais à l'engeance camarillienne, si j'avais le désir de perdre mon temps en me rendant à leurs petites réunions de survie comme on dit chez les psys pour désigner certains milieux de névrosés, qui s'agglutinent pour tenter d'échapper à leur malheur, est celle que j'ai formulée, hier dimanche, sur facebook, en dialoguant avec un jeune homme de bonne volonté sur le même sujet.

Je livre ce passage de mon intervention, qui, me semble t-il, mérite qu'on s'y arrête :

 

« ( …. ) Mais je voudrais souligner un point. L'altercation entre les deux hommes a duré plus de dix minutes, parait-il. Comment se fait-il qu'il n'y ait aucune image de ce pugilat. Nous vivons une époque où tout le monde dispose de téléphones portables, très complexes, avec caméras intégrées, etc. Les gens qui étaient là, amis d'Augustin, dont certains de ses avocats, disposent tous de tels engins, et des plus sophistiqués. Ils en raffolent, toujours les derniers modèles les plus coûteux. On est des zintellos de gauche, ou l'on n'est pas.

Aucun d'eux n'auraient pensé à les utiliser? Si Chaulet avait vraiment dit TOUT ce qu'on lui prête, il y a longtemps que ces images, et le son, auraient circulé sur tout facebook. Ces messieurs Zé dames, se seraient-ils abstenus pour ne pas jeter d'huile sur le feu? Voyons, soyons sérieux. Ils sont tout, sauf des modérés. D'autre part et sans revenir sur le détail de notre échange où je vous ai dit ce que je croyais devoir dire, il y a ce propos de vous qui me parait vraiment étonnant : « la justice a rendu son verdict, IL FAUT L'ACCEPTER ».

Ami, ( car je vous lis avec intérêt, vous le savez ) je suis étonné. Certes vous êtes jeune, mais tout de même déjà père de famille. On croirait à vous lire, que si l'on pinçait vos narines, il en jaillirait du lait. Allons! Pardonnez moi cette petite taquinerie. Bonne journée ».

 

Le Scrutateur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article