Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Moi, moche et méchant ( par LS ).

Laissons pour un moment la politique. Il est important d'en suivre le cours, et d'essayer de la penser, mais il faut savoir s'en abstraire sauf à devenir aigre et insupportable.

Moi, moche et méchant? Pas Le Scrutateur, estimé par beaucoup de ses lecteurs, « un peu » moins pas d'autres, vous savez « le fasciste, le nazi, le waciss, le blanc, etc, etc. ( PSC ) .

Passons, passons!

Je voudrais vous communiquer l'histoire qu'offre à ses amis, Louis Dessout. L'histoire du chat « moche et méchant ».

C'est une histoire, banale, quotidienne, et pourtant autant tragique que belle, émouvante, et morale.

Banale et quotidienne, disais-je. Oui, car j'ai vécu une histoire analogue. J'avais un oncle amoureux des bêtes, et notamment des chats. ( bon sang ne saurait mentir ). C'était il y a une trentaine d'années. Il possédait, à moins que ce ne fut l'inverse, un superbe chat noir, gros, mais pas gras, tout en muscles, la démarche assurée, le regard fier autant que dédaigneux. Le matou dans toute sa splendeur, régnant sur un vaste territoire, du moins dans le domaine des chats. Il fut d'ailleurs baptisé, tout un programme : Chéri Bibi!

Mais trop sûr de lui, sans doute, il s'aventura ailleurs sur des terres interdites, celles des chiens, qui, eux, on le sait, chassent en meutes.

C'était un beau dimanche ensoleillé, vers midi. Je sirotais un bon petit Longueteau ( mon oncle qui ne buvait PLUS d'alcool, c'était un personnage, lapait son Ballantines, à petits coups de langue épicurien.

Soudain, à quelque cent mètres de là, retentit une clameur sauvage, celle de chiens en curée, mêlée aux miaulements furieux, puis aux abois, puis désemparés de Chéri Bibi.

L'oncle Henri, vieux capitaine Haddock, le langage émaillé souvent de propos fort gaillards, cachant, très mal, une sensibilité très réelle, en oublia son Ballantine. L'inquiétude transparut sous l'attitude virile et dégagée habituelle au personnage.

Un quart d'heure après Chéri Bibi apparut, se trainant, en lambeaux, venant mourir très vite, aussitôt parvenu auprès de son maître et complice.

Je me souviens qu'il fut enterré, presque religieusement.

Banal? Vraiment? Realy? Ceux qui appartiennent ( vraiment ) à l'espèce humaine ne sont jamais d'accord. Même si, comme disait un autre ami : de la nature : « c'est la loi ».

Peu banal donc, mais quotidien, hélas! Et pas seulement chez les chats et les chiens. En témoigne cet autre document ( un lien ) que je publie après le calvaire de Moche.

Est-ce La Loi aussi chez l'homme?

Il ne faut pas s'y résigner.

Elie, Elie Lama Sabachtani! ( Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? ).

 

Le Scrutateur.

 

( I ) : On disait à tout le monde de ne pas toucher ce chat, mais pourtant cet homme l’a fait. Cette histoire est déchirante.

 

http://www.demotivateur.fr/article-buzz/on-disait-tout-le-monde-de-ne-pas-toucher-ce-chat-mais-pourtant-cet-homme-lea-fait-cette-histoire-est-d-chirante--1071

 

Tout le monde, dans le complexe résidentiel dans lequel je vivais, connaissait Moche. Moche était le chat de gouttière du quartier. 

Dans la vie, Moche aimait trois choses en particulier : les bagarres, fouiller les poubelles et... disons, l'affection des autres. Ces trois passions, combinées à une vie entière passée dans la rue, avaient laissé leurs traces sur lui.

Tout d'abord, il n'avait qu'un seul œil, et là ou aurait du se trouver l'autre, il n'y avait qu'un trou béant. Il lui manquait aussi une oreille du même côté, sa patte gauche avait probablement été cassée un beau jour et elle s'était ressoudée dans un angle bizarre, ce qui lui donnait l'air de toujours vouloir tourner au prochain coin de rue.  

Moche avait dû être un chat tigré gris sombre par le passé, mais c'était bien difficile à dire étant donné qu'il était couvert de cicatrices: sa tête, son cou, et même ses épaules. A chaque fois que quelqu'un voyait Moche, il avait la même réaction : "Mais qu'il est moche, ce chat !" Ce sobriquet était au fil du temps devenu son nom, c'était désormais ainsi que tout le monde le désignait.

On disait bien à tous les enfants de ne surtout pas le toucher. Les adultes lui lançaient des pierres, ou bien lui balançaient de l'eau pour le faire partir. Quand le chat miaulait devant leur porte, ils lui claquaient la porte au nez. 

Moche le chat réagissait toujours de la même manière. Si vous l'arrosiez, il restait là, à se faire tremper, jusqu'à ce que vous finissiez par vous lasser. Si vous lui jetez des choses, il venait pelotonner son pauvre corps contre vos pieds en signe de pardon. Dès qu'il apercevait des enfants, il courait vers eux en miaulant éperdument, et venait frotter sa tête sur leurs mains ou leurs jambes, dans une quête désespérée d'amour. Si vous le ramassiez, il se mettait tout de suite à téter un bout de votre chemise, de votre pantalon, tout ce qui se trouvait à sa portée. 

Un jour, Moche le chat a voulu partager son amour avec les huskys du voisin. Mais ces derniers n'ont pas vraiment apprécié l'initiative, et Moche a été salement amoché. J'ai entendu ses cris depuis chez moi. J'ai essayé de courir à son secours, mais le temps que j'arrive jusqu'à lui, il m'a semblé clair que sa pauvre vie misérable approchait de sa fin.

Il gisait là, étendu dans une flaque humide. Ses pattes arrière et le bas de son dos étaient grossièrement tordus hors de leur position normale, et une déchirure béante traversait la bande de poils blancs qui descendait le long de son pelage. Alors, je l'ai pris dans mes bras pour le ramener à la maison, et j'entendais sa respiration qui sifflait et qui était entrecoupée de petits hoquets. Je le sentais qui luttait pour arracher, encore, quelques dernières minutes à la vie pourtant si ingrate.

Je me suis dit que je devais lui faire terriblement mal. Et puis, j'ai senti une sensation de succion familière sur ma chemise. Moche, malgré la douleur qui le lacérait, et visiblement sur le point de mourir, essayait encore de me mâchouiller le col de ma chemise. Alors, je l'ai serré un peu plus fort contre moi, et il a doucement posé sa tête contre le creux de ma main. Puis il a tourné vers moi son œil de cyclope doré, et j'ai pu entendre le bruit d'un petit moteur qui se mettait en marche sous le poil rêche, le son particulier d'un ronronnement. 
Même dans cet état de souffrance absolue, ce chat moche et couvert de cicatrices ne demandait qu'un peu d'affection, peut-être même un peu de compassion. 

À ce moment, je me suis dit que Moche était la créature la plus belle, la plus aimante que j’avais jamais vue. Il n'a pas essayé de me griffer, ni de s'échapper. Moche le chat m'a simplement regardé, dans une confiance totale pour alléger ses souffrances. 

Il est mort dans mes bras, avant que je n'arrive chez moi, mais je me suis assis et je l'ai serré contre moi encore pendant encore un long moment. Je me suis dit que ce petit chat errant, insignifiant, balafré avait changé ma perception de ce qu'était, vraiment, la pureté d'esprit. Je me suis dit qu'il était l'expression même de l'amour, entier, complet et véritable. 
Moche m'en a plus appris sur le don de soi, le pardon et la compassion que ne l'auraient fait un millier de livres, de conférences, de shows télé. Je lui en serai à jamais reconaissant. Il était blessé à l'extérieur mais moi, j'etais blessé à l'intérieur. Il m'a fait prendre conscience que je devais apprendre a aimer véritablement et simplement, sans attendre quoi que ce soit en retour.


Beaucoup de gens recherchent la richesse, le succès, l'admiration ou encore la beauté. Mais moi, j'essaierai toujours d'être Moche.

 

 

( II ) C'EST RACHEL QUI PLEURE : ( Forme moderne des jeux du cirque. Cette video a été tournée au Maroc. ).

 

L’évangile de Matthieu va nous faire entendre la voix de Rachel peu après la naissance de Jésus (Matthieu 2, 18). C’est au moment du massacre des enfants de Bethléem. Ecoutons Rachel qui pleure pour entrer dans l’espérance sans concession qu’elle annonce ainsi.
"Ainsi parle le Seigneur : Écoutez ! à Rama on entend des plaintes, des pleurs amers : c'est Rachel qui pleure à cause de ses fils ; elle refuse d'être consolée, parce qu'ils ne sont plus" (Jérémie 31, 15). Si Rachel ne veut pas être consolée, c'est qu'elle n'accepte pas les apaisements faciles, les mots usés, elle ne veut pas que la mort devienne un thème de rhétorique ni une réalité à laquelle une parole permettrait de s'acclimater.


 

https://www.facebook.com/farah.ab.921/videos/687883954691411/?pnref=story

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GRACIANNETTE 15/06/2015 21:15

C'est seulement aujourd'hui que je découvre l'histoire bouleversante de "Moche le chat"! Bien sûr, je connais de longue date l'amour du Scrutateur pour la gent féline, mais je dois dire que je suis émue aux larmes par ce récit criant de vérité et qui me paraît hautement symbolique du rejet que notre société hypocrite manifeste vis à vis des plus faibles, des plus fragiles, ceux qui ne sont ni beaux, ni riches, ni brillants, ni bien portants mais qui débordent d'un amour infini.
Merci pour ce texte que je trouve magnifique et qui en dit long sur la sensibilité profonde de son auteur, souvent pudiquement cachée derrière l'humour et l'ironie.

Elisabeth 29/04/2015 08:48

Dur dur de commencer la journée ainsi ! Heureusement que j'arrive très tôt au travail ainsi j'espère avoir les yeux dégonflés avant que les collègues arrivent. Des Moches, j'en ai croisé toute ma vie et j'en ai plusieurs à la maison qui sont d'une reconnaissance éternelle. Pour ce qui est de la vidéo, ce n'est pas supportable. Le pauvre chien à l'air aussi perdu que l'enfant car il aurait pu le tuer en 2 secondes mais lui même ne comprend pas ce qui se passe. Par contre je suis certaine que lui n'est plus en vie depuis longtemps... Il faut bien que quelqu'un paie ! C'est malheureusement le reflet de notre Société actuelle.

Livia 28/04/2015 19:01

Ce n'est pas bien gai aujourd'hui chez le Scrutateur!
C'est très triste pour moche, la façon dont on la traité, mais comment demander aux bipèdes de respecter la vie des animaux, alors qu'ils s'amusent à torturer des enfants ?
Le film sur Youtube, m'a glacé le sang!
Et ces gens-là sont sûrement à quatre pattes dans les mosquées entrain de se vanter auprès d'Allah!
Et il faut que nous les "respections" ?