Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Notre tâche d'Antillais ! par Le Scrutateur.

Hier, en début de soirée, je suis en voiture, en route vers la section de Wonche. Soudain, sonnerie du téléphone. Diable! Je saisis mon portable ( tout en redoublant d'attention sur le ballet d'automobiles qui se déroule à l'entour ). J'informe mon correspondant qu'il faut être très bref.

Il m'informe que sur RCI, je viens d'être l'objet d'une attaque sanglante du Secrétaire de la CGT ( jé ), Jean-Marie Nomertin, cet humaniste au regard si doux. Qu'a t-il dit? Ben voyons, que « Boulogne est le pire des Waciss, un fasciste, que c'est lui le coupable de l'édification de la fameuse stèle de Sainte Rose, des « l'affaire » Chaulet, etc, etc.

Je ris franchement, et je raccroche, sécurité ( routière ) oblige.

Il n'empêche, il faut analyser ces propos subversifs, ces ragots, ces mensonges. Car, indéfiniment répétés ils tendent à rendre la vie irrespirable, à intoxiquer les citoyens honnêtes. La Chikungunya n'est pas la seule épidémie redoutable. Il en est de pires, et notamment les épidémies psychiques, comme celle qu'un Hitler, jadis finit par instiller dans le peuple allemand, contre une minorité juive.

Et puis, soi-même, ( la minorité visée ), peut être contaminé. « Ah, blan la ja pran ! ».

Il peut se faire qu'à force d'être traité de « waciss », on le devienne, même un court instant, sous forme d'un propos de colère, qui dépasse la pensée et qui vise à se venger sur le provocateur ( qui n'attend que cela ) un peu comme dans l'Avare de Molière, "l'a parte" du domestique qui murmure devant les provocations de l'avaricieux Harpagon : « ah! Qu'un être comme celui-là, mériterait bien ce qu'il craint, et que j'aurais de joie à le voler ».

Oui, chers lecteurs multicolores du Scrutateur : blans, nègs, zindiens, chabins, ( et chabines ! ) apprenons à tirer profit des provocations souvent bestiales de qui vous savez.

Ainsi, nous deviendrons plus forts, car tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts.

Résister à la tentation du racisme en retour, c'est plus qu'une nécessité, un devoir, et un acte d'intelligence. Ici, je veux rassembler toutes les volontés éclairées et lucides, et COU-RA-GEUSES, le bataillon sacré des antillais de notre arc en ciel, qui peut jouer un si beau rôle de pacification, et d'assimilation dans une France d'Europe, qui jusqu'à une date récente, et depuis longtemps, n'avait plus connu la nécessité d'intégrer ce QUI EST INTEGRABLE.

Oui, il faut être ferme, lucide, fermement lucide sur ces questions qui conditionnent présentement notre avenir, et celui de notre patrie.

Soyons clair : ce n'est pas du type « noir » du sud Sahara, ni du génotype arabe d'Afrique du nord ou du Moyen Orient que nous devons nous méfier. C'est de ce qui dans ces catégories socio-ethniques est, ou paraît, inassimilable, par exemple l'islam, ou du moins ses formes extrémistes ( si cette distinction est acceptable, ce qui demande étude et réflexion ).

Oui, toujours réfléchir, prendre du champ, de la distance. Se documenter. C'est l'un des objectifs du Scrutateur.

Ces lignes me sont suggérées aujourd'hui par un article récent de Pascal Sélérier dans Boulevard Voltaire.

Telle est la voie des Français, et notamment de nous autres antillais, s'ils veulent résoudre les problèmes, et réduire les subversions de quelque bord qu'elles soient, à ce qu'elles sont, un misérables agglomérat de complexés, inconsolables d'être trop seuls, et jamais las de tenter de refiler leur malaise aux bien portants.

 

Le Scrutateur.

 

Ahmed, Français et conservateur avant tout !

 

http://www.bvoltaire.fr/pascalcelerier/ahmed-francais-et-conservateur-avant-tout,168190?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=518e2d23d2-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-518e2d23d2-22813017&mc_cid=518e2d23d2&mc_eid=10beefac19

 

 

De communauté, il ne s'en reconnaît qu'une: la France. Non pas la République, dont il sait bien qu'elle n'a que deux petits siècles, et dont le nom résonne de plus en plus comme une invocation vide. Non: la France.

Ahmed est un ancien élève. Il parle et écrit un français impeccable. Il est parfaitement intégré, il a réussi les concours les plus difficiles. Il a fondé une famille. C’est un père fier et exigeant avec ses enfants. Et désolé de voir les conséquences affectives et sociales délétères de l’abandon par la France de ses valeurs, en famille et à l’école. Il aimerait que la France puisse encore apporter à ses enfants ce qu’elle lui a donné à lui. De l’école, il n’attend pas le nivellement par le bas; il peste contre la disparition des notes.
Mais Ahmed a honte, aussi. Honte de l’image qu’une minorité de musulmans donne de sa “communauté”. Des islamistes d’abord, certes une infime minorité. Mais aussi de tous ceux, petits délinquants, mauvais rappeurs, petits ou gros dealers, qui salissent la France. De ceux-là, il sait qu’ils ont pris le pire de l’islam, et le pire de la culture occidentale, le nihilisme. Un cocktail explosif. Une impasse. La mort. Et tout ça avec la complaisance de l’idéologie dominante de la gauche, qui devant le désastre familial et social qu’elle a produit, se réveille en criant “République, République!”, pour masquer le vide de son projet libertaire.

A un autre niveau, il est indigné des revendications de sa “communauté”, à l’école, à l’université, dans les cantines. Et maintenant le doublement du nombre de mosquées… Jamais cela ne serait venu à l’idée de ses parents.

D’ailleurs, de communauté, il ne s’en reconnaît qu’une: la France. Non pas la République, dont il sait bien qu’elle n’a que deux petits siècles, et dont le nom résonne de plus en plus comme une invocation vide. Non: la France. La France de toujours, celle des rois, de Jeanne d’Arc et du général De Gaulle. Celle des châteaux et des églises. Celle de Pascal et de Racine. Les pages noires de l’histoire de France, il les connaît aussi, mais il sait que la repentance a eu lieu, suffisamment. Il veut que la France soit de retour. Comme d’autres disaient: “America is back!”.

Il en a assez d’être enfermé dans sa “communauté”. Comme ces homosexuels qui ne se reconnaissent ni dans les associations LBGT ni dans la loi Taubira. Et qui se sentent, d’abord, Français, et se désolent que la seule communauté délaissée, ce soit la France.

Comme eux, il ne supporte plus d’être instrumentalisé politiquement par la gauche qui a même, via Terranova, conceptualisé cette récupération politique des communautés, au détriment de l’intérêt général. Il n’est pas dupe non plus de la même tentative opérée par la droite. Il trouve pathétique la complaisance pour l’islam de M. Juppé, contraint par Michel Onfray d’avouer qu’il n’a pas lu une ligne du Coran…

Aussi orphelin politiquement que le catholique français, Ahmed ne rêve que d’une chose: le réveiller, ce catholique! Lui dire qu’il peut être fier de son pays! Et qu’il est plus que jamais temps de se lever et de se rassembler pour sauver ce qui peut l’être, pour rétablir ce qui doit l’être, pour refuser ce qui, à l’école et dans la société, précipite le déclin.
Ahmed est conservateur, avec humanité et fermeté.

Pascal Célérier

 

Jean-Marie Nomertin, cet humaniste au regard si doux.

Jean-Marie Nomertin, cet humaniste au regard si doux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

olindi 29/04/2015 23:42

J'ai de plus en plus de mal à écouter les radios locales ou hexagonales. J'ai l'impression de subir une lente intoxication.
Le Scrutateur est d'autant plus admirable qu'il garde, malgré les incessantes attaques personnelles dont il est victime, une ouverture d'esprit et une hauteur de vue qui lui permettent de veiller, de scruter et de nous informer.
J'aimerais avoir cette force mais je reconnais qu'actuellement, c'est presque l'overdose.
Je salue donc bien bas le courage et la sagesse du Scrutateur.

Dissident 29/04/2015 22:12

Ces gens sont des gens habités, des gens possédés qui suintent la haine, qui la mangent et qui la boivent, qui se vautrent dedans avec délectation, qui se prostituent pour elle et qui la négocient pour en vivre grassement, mais qui, cependant, la régurgiteront un jour à grands jets acides continus, pour l'éternité et dans une éternité de souffrances effroyables. Ce sont déjà quasiment des démons et presque plus des êtres humains! regardez les, regardez leurs figures déformées par la haine, considérez leur vie consacrée à toujours haïr, à toujours détruire, à mentir sans arrêt, à calomnier sans cesse, et posez-vous la question : qui sont ces gens là...sinon déjà...des démons.

Jean-Claude HALLEY 29/04/2015 18:50

Je suis SCRUTATEUR !
Et BRAVO pour le SELF-CONTROL.
Amicalement
Jean-Claude HALLEY