Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Pensez-vous que le temps passe? ( Petit plaisir pour commencer la journée ).

 

Le temps, le mouvement, la vie. Autant de notions hautement philosophiques, qui, lorsqu'on s'applique à en découvrir les implications et les paradoxes nous plongent dans un abîme de perplexité, ou/et d'enthousiasme ( dans certaines classes terminales des lycées de France, et même au-delà ), et/OU de rage impuissante à comprendre, comme j'ai pu AUSSI m 'en apercevoir dans certaines autres classes, et parfois dans les mêmes, au cours de mon parcours professionnels avec de jeunes esprits au sortir de l'adolescence.

Je n'ai pas l'intention d'en traiter maintenant, me contentant de deux liens de Wikipedia avec Zénon d'Elée, ce philosophe ancien, présocratique, du Vème siècle avant Jésus-Christ, qui sous une forme énigmatique et paradoxale, posait des problèmes authentiques qui, pour certains, n'ont pu être, partiellement résolus qu'au XXème siècle en raison des progrès de l'analyse mathématique.

Mon propos, très humble, après avoir découvert la photographie qui illustre cet article, a simplement été d'ouvrir, en souriant, cette matinée du 12 mai par une plaisanterie, qui toutefois donne à penser, et de citer telle strophe du splendide poème consacré, il y a un siècle maintenant sur le temps qui passe, et Achille « immobile à grands pas ».

Pour mieux saisir mon intention et comprendre le poème et les problèmes qu'il pose, il serait utile de parcourir les liens, au moins celui qui explicite le paradoxe de la flèche.

S'agit-il d'un pensum? D'un plaisir ( de l'esprit )?

A vous, cher lecteur, d'en décider.

 

Le Scrutateur.

 

Les paradoxes, exposés et expliqués par Wikipedia :

 

ZENON : Le paradoxe de la flèche : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_de_la_fl%C3%A8che

 

ZENON : Paradoxe d'Achille et de la tortue : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_d%27Achille_et_de_la_tortue

 

 

Une strophe de Paul Valéry, extraite de son splendide poème Le cimetière marin. ( le « cinitière », comme disait mon arrière grand mère créole ).

 

«  Zénon! Cruel Zénon! Zénon d'Elée!

M'as-tu percé de cette flèche ailée

Qui vibre, vole, et qui ne vole pas!

Le son m'enfante et la flèche me tue!

Ah! le soleil...Quelle ombre de tortue

Pour l'âme, Achille immobile à grands pas »!

Dans un même pays, à un siècle de distance. Les choses, apparemment changent. Mais...les hommes?

Dans un même pays, à un siècle de distance. Les choses, apparemment changent. Mais...les hommes?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cactus 18/05/2014 10:58

Livia,votre commentaire démontre votre méconnaissance de la France au siècle dernier.
Des films d'époque pourraient vous apprendre beaucoup sur cette période.
Jusqu'aux années 40 les chevaux circulaient à Paris.

Effectivement Mr le scrutateur,au siècle dernier il était fréquent de voir les ouvriers lire la presse dans les transports en commun tandis que les femmes tricotaient.
Depuis plus 30 ans,ces habitudes sont perdues.
Cela correspond à la forte immigration de populations non francophones et non éduquées.

livia 12/05/2014 23:13

Il n'y a qu'un siècle entre ses deux photos ? Vue le moyen de locomotion qui arrive sur la 1e tiré par des chevaux, je pense qu'il y 2 siècles non ?
Mais très belles images.

Le scrutateur 13/05/2014 03:39

En 1914, à Paris, les fiacres étaient encore nombreux. Et la première photo nous montre des gens se milieux populaires, lisant la presse du jour, ce qui n'était guère le cas en 1814>.