Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le troisième cliché a été communiqué par M. Stéphane Dujon.
Le troisième cliché a été communiqué par M. Stéphane Dujon.
Le troisième cliché a été communiqué par M. Stéphane Dujon.

Le troisième cliché a été communiqué par M. Stéphane Dujon.

Les lecteurs du Scrutateur sont aussi divisés que le reste de la population. Je vous invite à intervenir aussi dans le débat en m'écrivant sur la rubrique « COMMENTAIRES »du blog. Le mode d'action est indiqué sur la page d'accueil du blog, et c'est très facile. C'est d'ailleurs quatre de ces commentaires que je publie ci-dessous. Je demande seulement que quel que soit vôtre il soit formulé sans insultes contre quiconque. (Le Scrutateur)

 

 

1) Houel19/07/2021 03:44

Le drame est que beaucoup confonde la lutte politique contre macron et le simple bon sens de protection sanitaire.
Se cacher derrière l’utopie de la Liberté infinie pour le faire est très grave et marque probablement pour longtemps la fin du lien entre le citoyen et la société , base de la Démocratie.
La liberté individuelle a comme limite la liberté des autres.
Dans le temps personne ne contestait l’obligation de se faire vacciner par le Bcg ou le Dabtt,que ce soit à l’école ou à l’armée. On acceptait même de se faire tester contre la Lèpre,sous nos cieux,et cela allait dans le bon sens.
De nos jours Pasteur,Koch,Calmette ou Guerin serait remis en cause.
Donc il faudra que les anti vax de principe acceptent que les provax ne veuillent pas les côtoyer la liberté des derniers étant aussi importante que celle des premiers. Cela se réglera par la force avec la disparition de ce qui reste de Démocratie et l’apparition du chaos et de la loi du plus fort.

 

  1. Jean-Marie NOL. Economiste.

L'hésitation à vacciner est actuellement en pleine expansion (15 % seulement de la population Antillaise est vaccinée contre 42% au niveau national) expliquant l'insuffisance de couverture vaccinale et la persistance à un niveau élevé de la pandémie  dans nos îles  . Elle s'explique par les peurs vaccinales médiatisées par certains syndicats , le rôle prépondérant de certains  médias et surtout d'Internet dans la désinformation.. La balance bénéfice/risque s'est totalement inversée aux Antilles  : on craint plus le vaccin que la maladie.

Ça s'explique par la perte de confiance dans la science et les experts, et une bonne tendance au complotisme. On observe ainsi que plus de la moitié des  guadeloupéens   estimait  que l'on manquait de recul sur la maladie et le vaccin, ce qui les rendait méfiants, et un quart craignait les potentiels effets secondaires que le vaccin pourrait entraîner.

 

D'autres aussi  nombreux avancent l'argument suivant : " comment peut-on avoir confiance avec si peu de recul ? On nous cache sans doute beaucoup de choses ! Ce qui est sûr, c'est qu'on  refuse de jouer les cobayes pour enrichir des laboratoires pharmaceutiques".

 

 3) M. Castet, ancien officier dans l'armée française :

 

castets18/07/2021 16:27

 

 

Bonjour Mr Boulogne,
Même si je n'adhère pas aux diverses théories, polémiques, propos débiles de toutes directions, endoctrinement et autres mesures visant à supprimer ou enrayer le bon sens paysan, je suis un fervent adepte des vaccins en général.
Je ne suis pas le seul à avoir vu la réussite du vaccin polio et tous ces appareillés de ma jeunesse qui ont disparus des rues de ma province.
Les nourrissons dans leur grande majorité reçoivent avec l’assentiment des parents 11 vaccins obligatoires et chez nous, les grandes épidémies ne sont plus légion.
Ancien de la grande muette, j'ai offert fesses, bras et épaules à des cohortes de vaccinators pour assumer les missions et je reste convaincu mais lucide, que le remède n'est pas pire que le mal, malgré une réserve complète sur la rapidité de fabrication de tous les vaccins en concurrence qui reflètent et tout le monde le subodore la complicité décideurs et labos.
Le principe de précaution a du bon , l’excès de précaution peut nuire gravement à la collectivité ; que chacun prenne son risque, la réaction de la collectivité sera la conclusion prochaine...
Si la collectivité peut encore avoir un sens au pays des individualistes qui demandent à l'Etat tout et son contraire.
Bonne fin de journée, Cdlt Cjj

  1. Stéphane Dujon :

 

Quoi ? Hausse des nouvelles contaminations depuis plusieurs semaines au Royaume-Uni ? Mais les Anglais ne sont-ils pas tous vaccinés ?

 

Alors, qu’est-ce que cela veut dire ?

 

Que « le » vaccin est foireux ?

 

Mais tout le monde le sait. Enfin ! Tous les gens sérieux, c’est-à-dire qui ont deux sous de jugeote. 

Quoi ? Ces traitements sont trop bon marché ?

 

Quoi ? Il faut faire payer les cons ?

 

Quoi ? On ne peut pas laisser tomber BigPharma ? 

 

Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Merde, à la fin.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 21/07/2021 03:44

Existe - t - il différents degrés d'action morale?

Il y a néanmoins, même en république, une liberté de conscience, face à la notion de "danger grave" si complaisamment répandue.
Les nouvelles modalités de fabrication des vaccins n'ont plus rien à voir avec celles de Pasteur ou des autres biologistes.

A l'une ou à toutes les étapes de développement, test et production des vaccins, sont aujourd'hui utilisées des lignées cellulaires issues de tissus arrachés à des foetus avortés (1973 et 1985)
Selon un article du site Aleteä, une séparation pourrait être effectuée (au conditionnel)
Pfizer, et Moderna auraient utilisé les cellules foetales pour tester in vitro
Astra-zeneca et Johnson et Johnson auraient développé et produit le vaccin avec ces cellules.

Distinction pour suivre la recommandation du Vatican de non coopération directe de l’utilisateur avec le mal qu’est l’avortement, mais estimant simultanément que le recours à des vaccins, à partir de cellules de fœtus avortés était « acceptable » en cas de « grave danger »
sans que ce soit une légitimation de l'avortement. Une morale subtile et accommodante...
[ AleteIa : Pfizer,.Astra-zeneca....les vaccins sont-ils tous moralement acceptables? ]

Ce problème risque de se poser de plus en plus, outre les vaccins, dans les médicaments, les traitements et soins ou les productions scientifiques, à la suite des autorisations d'expérimenter sur les embryons ou foetus humains avortés dont l'utilisation reste inconnue du grand public..
Insidieusement le mal s'installe et tente de gagner du terrain . Il suffit ,pour en juger, de suivre l'évolution des lois depuis celle sur l'avortement à Noël 1974

Bien sûr certains crient aux "fake news" mais devons - nous baisser la garde devant le chant des sirènes de l'intérêt collectif, dans un monde où l'individualisme élimine silencieusement les plus petits d'entre nous pour servir ensuite de matériel de production?
Le danger est pourtant plus grave pour l'humanité.