Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Jusqu’où ira l’utopie identitaire martiniquaise ? Par Jean-Marie NOL

Nôtre ami Jean-Marie NOL vient de publier un article plein de bon sens, et percutant t courageux, sur les excès de violence des identitaires martiniquais, qui ont leurs admirateurs dans nôtre île de la Guadeloupe ; C'est sur le site de People Bo Kay que l'article a été aujourd'hui publié. (LS).

 

En Martinique, des extrémistes identitaires ont percuté les valeurs républicaines de l’Etat. En dépit d’arguments sanitaires puissants, une grosse majorité de la population martiniquaise se montre rétive à la vaccination contre la covid. La spécificité de la crise identitaire en Martinique réveille de nouveaux « rebelles » aux décisions du président de la République , pourtant destinées à stopper net une recrudescence du virus et ainsi sauvegarder l’économie voire sauver des vies humaines .

Et comment comprendre que le gouvernement reculera face à une poignée d’irréductibles quand on sait que plus de 64,6 millions d’injections ont été réalisées depuis le début de la campagne en France, selon le bilan quotidien de la DGS. À ce jour, plus de 30,1 millions de Français présentent un schéma vaccinal complet. Les antivax Martiniquais jouent avec le feu en croyant que des mesures comme le pass sanitaire pourraient être annulées sous la pression d’une minorité de français. A ce jour que je sache la Martinique est encore soumise à l’identité législative de l’article 73 de la constitution française. Mais certains, au détriment de la raison, ne sont pas prêts à lâcher le morceau, quitte à faire fi du caractère indivisible des lois de la République qui s’appliquent mécaniquement à tous les territoires de la République française .

 

 

La suite ICI :

 

https://www.people-bokay.com/jusquou-ira-lutopie-identitaire-martiniquaise/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
La responsabilité personnelle du Président de la République dans ce sursaut de délinquance identitaire qu’il a encouragée en prenant - sur des allégations aussi historiquement fausses qu’intentionnellement mensongères relatives aux couleurs historiques de la Martinique (les 4 serpents) et en usant de son autorité pour les faire bannir de tous les emblèmes officiels donnant ainsi aux indépendantistes RVN le sentiment qu’ils pouvaient compter sur l’Élysée pour imposer le drapeau RVN et toutes les revendications anti-Françaises qui allaient avec . Aujourd’hui les Indépendantistes RVN ne comprennent plus l’attitude de l’État qui a joué leur jeu en donnant crédit à leur propagande fallacieuse (ce qu’on appelle aujourd’hui des « fakes ») et qui aujourd’hui refuse de passer par tous leurs caprices, puisqu’ils avaient déjà reçu l’appui inconditionnel et militant sur un point crucial puisque le Président de la République en personne avait accédé à leur invraisemblable revendication de rendre quasi illégal l’emblème séculaire de la Martinique francaise en le faisant ôter des uniformes de la gendarmerie et de toutes les représentations officielles. Les indépendantistes se sont alors cris autorisés à tout casser partout où figurait cet emblème, notamment sur des étiquettes de produits manufacturés, des logos etc. Et ils ne comprennent pas qu’on les empêche d’aller plus loin. Il.
Répondre
H
Nous vivons à l’ère des utopies. L’utopie identitaire se nourrit de l’utopie des droits sans limites . Il faudrait régler la seconde avant d’aborder la première.
Il conviendrait pour cela de remettre en perspective le couple droits/devoirs que le citoyen a oublié et que notre chère éducation nationale n’a pas bien enseigné.
A partir du moment où certains, ici comme ailleurs prétendent s’affranchir du volet devoir, la société se doit de leur retirer sa protection . Le jour où ce citoyen se vera priver de la sécurité sociale, de la protection de sa personne et de ses bien,de sa rémunération si il est fonctionnaire, de sa retraite ou du RSA, il ne devra s’en prendre qu’à lui même.
La République, bonne fille, l’acceptera en son sein quand le même citoyen aura compris le démonstration et se souviendra de ses devoirs.
Mais quel Président ou élu osera prendre une telle mesure dans le monde de lâches dans lequel nous vivons?
Répondre
D
AVIS PARTAGé à 100% - Même si je ne suis pas du bord du président et avec un doute sur le sérieux de leur vaccin sorti d'un chapeau après seulement deux mois de recherches, je me suis fait vacciner. Bien sûre je pense d'abord à moi mais aussi aux autres . Pour voyager dans beaucoup de pays il faut présenter un certificat de vaccination. Alors mondialisons l'anti COVID, autrement interdiction de quitter son lieu d'existence et prendre une sanction exemplaire pour tout contrevenant.