Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1 et 2 ) Page de couverture, et 4 ème de couverture d'un petit livre passionnat de Tillinac, facile à lire. 3 ) Le livre de Jean-François Mattéi, qui démonte rigoureusement le mécanisme de la "déconstruction nihiliste de toutes les valeurs, est de lecture plus difficvile, exigeant un certain niveau de formation philosophique. Mais il y en a parmi nos lecteurs, et je le leur recommande.
1 et 2 ) Page de couverture, et 4 ème de couverture d'un petit livre passionnat de Tillinac, facile à lire. 3 ) Le livre de Jean-François Mattéi, qui démonte rigoureusement le mécanisme de la "déconstruction nihiliste de toutes les valeurs, est de lecture plus difficvile, exigeant un certain niveau de formation philosophique. Mais il y en a parmi nos lecteurs, et je le leur recommande.
1 et 2 ) Page de couverture, et 4 ème de couverture d'un petit livre passionnat de Tillinac, facile à lire. 3 ) Le livre de Jean-François Mattéi, qui démonte rigoureusement le mécanisme de la "déconstruction nihiliste de toutes les valeurs, est de lecture plus difficvile, exigeant un certain niveau de formation philosophique. Mais il y en a parmi nos lecteurs, et je le leur recommande.

1 et 2 ) Page de couverture, et 4 ème de couverture d'un petit livre passionnat de Tillinac, facile à lire. 3 ) Le livre de Jean-François Mattéi, qui démonte rigoureusement le mécanisme de la "déconstruction nihiliste de toutes les valeurs, est de lecture plus difficvile, exigeant un certain niveau de formation philosophique. Mais il y en a parmi nos lecteurs, et je le leur recommande.

J'ai trouvé très beau et profond cet article de Denis Tillinac dans le n° du 13 avril de Valeurs Actuelles. A l'occasion de la fête de Pâques, j'ai donc eu l'idée de le proposer à la méditation de nos lecteurs.

 

Le Scrutateur.

______________________________________________

 

 

VU DE MA FENETRE

 

Par Denis Tillinac

 

Tirer l'engagement politique vers le haut

«r

Les "manifs pour tous" ont réveillé une France de classes moyennes, soucieuse de ne pas rompre le fil qui la relie à son héritage judéo-chrétien.

 

Macron dans sa campagne évoque le soutien de Sens commun à Fillon, en feignant d'y déceler le symptôme d'une compromission avec un obs­curantisme médiéval. Pour justifier son absence au Trocadéro, où Fillon le mois dernier rameuta ses troupes, NKM a déclaré n'avoir pas souhaité figurer dans une manifestation organisée par Sens commun. Plus récemment, Estrosi a clairement laissé entendre que Sens commun entachait la droite filloniste d'une sorte de péché originel, relayant le cri d'alerte du journal Libération : «Jésus revient!» Aux armes citoyens, la calotte filloniste dégaine ses goupillons!

Rappelons pour mémoire que ce courant issu des "manifs pour tous", agrégé aux Républicains par Sar-kozy, à dominante chrétienne, certes, mais ni "tradi" ni ultra, prétend hisser l'engagement politique à une cer­taine altitude. Voilà son crime. Animé par des jeunes plutôt idéalistes que cyniques, à l'instar de Madeleine de Jessey, il prône le respect de quelques vertus fondatrices, tel le sens de la mémoire et de l'enracinement tel que l'en­tendait Simone Weil.

Façon de rappeler que l'homme n'est pas seulement le producteur, le consommateur et le voyeur hors sol flatté à l'encolure par le discours macronisé de la classe poli­tique. Mais à l'aune de cette classe, dont le matérialisme rase les pâquerettes, les effluves de spiritualité de Sens commun sont pestilentiels.

 

D'autant que Fillon a osé faire état, ici ou là, de sa foi chrétienne. Sans en rajouter, mais c'était sans doute trop pour l'anticléricalisme militant du Canard enchaîné, et on a le droit de présumer que cet aveu a dicté, dans l'esprit des responsables de cet hebdo, la décision de lancer les "affaires". Tout et n'importe qui mais pas une grenouille de bénitier! Étrange pays que la France, dont les "élites" se complaisent dans une christianophobie rica­nante tout en dénonçant le moindre accès d'islamophobie ! Étranges "élites" qui ont peur de l'islam mais refoulent cette peur en la retournant contre l'Église, comme si nous menaçait on ne sait quelle théocratie papiste ! Étrange aveuglement qui saisit cette droite politique, refusant par concession à l'individualisme "libertaire" les ressorts intel­lectuels et moraux sans lesquels son identité se dissout dans les eaux croupies de la "com" et des médias.

 

Depuis une dizaine d'années, le champ des idées s'est ouvert à une démystification opportune des présup­posés de la "déconstruction". Chantal Delsol, Finkielkraut, Hadjadj, Bellamy, Manent, Bérénice Levet: autant de penseurs qui ont contesté la doxa, ( « doxa », c'est à dire, l'opinion vague sans fondement intellectuel répandue par les médias grand public. Note du Scrutateur ) avec le concours d'une nouvelle géné­ration d'historiens. Les "manifs pour tous" ont réveillé de sa somnolence une France "ordinaire" de classes moyennes, nullement homophobe, nullement extrémiste, simplement soucieuse de ne pas rompre le fil d'Ariane qui nous relie à notre héritage judéo-chrétien. Une France plutôt provin­ciale, peu politisée, pas for­cément croyante mais sensible à l'antique terreau culturel sur lequel ont éclos nos pay­sages intérieurs où pointent des clochers. Une France oubliée par les technos, méprisée par les intellos, pen­chant forcément à droite puisqu'il n'existe plus de cathos de gauche ni de personnalités tels Mitterrand ou Chevè­nement qui, chacun dans son genre, se sentaient déposi­taires des riches heures de notre passé. Que la gauche macronisée la juge ringarde, c'est logique ! Mais qu'à droite on la prenne de haut promet des désenchantements à brève échéance.

Si Fillon s'en tire, ce que j'espère, il serait bien inspiré de mettre au rancart les ralliés tardifs et poussifs qui ont parasité sa campagne avec leur dédain de caste pour le bon sens des gens de peu et la texture charnelle de leur patriotisme.

 

Denis Tillinac.

 

"Mort, où est ta victoire!".
"Mort, où est ta victoire!".

"Mort, où est ta victoire!".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article