Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

L'attentat contre une mosquée, à Québec, par Christian Martin

Un ami, et compatriote Guadeloupéen qui réside au Québec, déplore l'attentat qui s'est produit dans la ville et nous communique la lettre de condoléances qu'il a adressée aux coreligionnaires des victimes.

 

Le Scrutateur.

___________________________________________________________________

La version Française est ci-dessous

Dear All

I would like to express my sympathies for what happened with the attack on the Québec mosque, six deceased and eleven wounded. it is shameful.

I would also like to say that I am very shocked that this hateful act happened in the peaceful city of Quebec while people were praying.

Value of human being, family and religion are ignored by terrorists. Intense hostility, crimes motivated by prejudices and hate should be banished by all.

When will we be able to say that killing and hate should be replaced only by love?
                               

My wishes are, we all should be respectful of others and <<Love>> be our life guide forever.

Best regards

Christian Martin

Attentat à la mosquée du Québec : qui sont les deux personnes interpellées ?

La première personne avait été interpellée aux abords de la mosquée. La seconde avait contacté la police afin de "parler de son geste".

SOURCE AFP


 

L'enquête avance après la fusillade qui a fait six morts et huit blessés dimanche 29 janvier à la mosquée de Québec. Deux personnes ont été interpellées, mais la police québécoise a annoncé, lundi, qu'un seul des deux jeunes hommes était « considéré comme suspect », le second étant entendu « comme témoin ».

Selon les médias locaux, l'étudiant en science politique Alexandre Bissonnette serait l'individu considéré comme suspect et aurait téléphoné à la police pour se rendre. Étudiant canadien d'origine marocaine, Mohamed Khadri a été entendu comme témoin et relâché, selon les médias.

La police et des témoins avaient d'abord indiqué dimanche soir que deux hommes cagoulés avaient ouvert le feu à l'intérieur de la mosquée au moment de la prière, faisant six morts et huit blessés, dont cinq sont toujours dans un état critique. Une personne avait été interpellée près de la mosquée, un deuxième avait appelé le numéro d'urgence pour se rendre et avouer avoir participé à la tuerie, avait expliqué un peu plus tôt lundi Denis Turcotte, inspecteur de la ville de Québec.

Le suspect qui a appelé la police pour se rendre « a dit qu'il était impliqué dans l'incident », avait expliqué Martin Plante, officier de la gendarmerie du Canada (GRC, police fédérale). La police n'a pas immédiatement expliqué les raisons de ce revirement dans l'enquête, à savoir si la fusillade est l'œuvre d'un seul tireur ou si un deuxième tireur est toujours dans la nature.

Perquisitions

Les premiers appels signalant des tirs au centre culturel islamique de Québec ont été reçus au numéro d'urgence de la police à 19 h 55 locale (0 h 55 GMT lundi). La police est arrivée sur place quelques minutes plus tard et a interpellé un premier auteur présumé aux abords de la mosquée. Vers 20 h 10, le second suspect a appelé le même numéro d'urgence « pour parler de son geste », a expliqué Denis Turcotte, inspecteur de la police de Québec. « Il a dit qu'il était impliqué dans l'incident », a expliqué Martin Plante, officier de la gendarmerie du Canada (GRC, police fédérale).

La police n'a pas dit si le jeune homme, âgé entre 25 et 30 ans, regrettait son geste ou en donnait les motivations. Ce suspect a rapidement dit aux policiers qu'il avait garé son véhicule à une vingtaine de kilomètres de là et que les policiers pouvaient l'arrêter, a raconté Denis Turcotte.

L'interpellation a été réalisée à 21 heures. Des perquisitions ont été réalisées tôt lundi matin dans une résidence près de la mosquée, non loin de l'université Laval à une dizaine kilomètres du cœur historique de Québec. Denis Brière, recteur de l'université, a parlé « d'actes odieux, inhumains, terroristes ». Selon des médias locaux, les deux suspects auraient un lien avec l'université, où Alexandre Bissonnette étudierait les sciences politiques. Sur les huit blessés, cinq sont toujours dans un état critique, a indiqué Geneviève Dupuis, porte-parole du centre hospitalier du Québec.

SUR LE MÊME SUJETAttentat contre une mosquée : le Canada sous le chocAttentat contre une mosquée au Québec : des groupes nationalistes extrémistes se dissocient de la tuerie


 

Commenter cet article