Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Echec-en-Alsace.jpg

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/07/97001-20130407FILWWW00182-echec-du-referendum-alsacien.php?m_i=QdPQoYv7He16IAwv0IYNtjrwfN1NJMtj2eAGbIeaLsA9rKPk5#xtor=EPR-31-[le-referendum-alsacien-sur-la-fusion-des-collectivites-territoriales-a-echoue]-20130407-[titre]

 

Le référendum alsacien en vue d'une fusion inédite des collectivités départementales et régionale de la plus petite région de France a échoué du fait de la victoire du non dans le département du Haut-Rhin, selon des résultats partiels.

Selon ces résultats le non a recueilli plus de 55% des suffrages exprimés dans le Haut-Rhin, dans un contexte de très faible mobilisation des électeurs. Les électeurs Bas-Rhinois y seraient en revanche favorables à 65,56%.  Il fallait, pour faire passer le projet, que les votes positifs représentent plus de la moitié des suffrages et au moins 25% des électeurs inscrits dans chacun des départements.

Le résultat traduit les craintes de certains électeurs et élus haut-rhinois de voir leur département passer dans l'orbite du Bas-Rhin et de sa capitale Strasbourg.

L'Alsace, plus petite région de France, était la première à utiliser une possibilité ouverte par la loi de réforme des collectivités territoriales de décembre 2010, une initiative qui a suscité l'intérêt de plusieurs responsables nationaux et d'autres régions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tartempion 09/04/2013 18:51


Les saltimbanques qui nous gouvernent?


Ce projet était celui de Philippe Richert, président UMP du Conseil Régional d’Alsace.


M. Copé est très déçu http://www.dna.fr/actualite/2013/04/07/alsace-cope-decu-par-le-non-au-referendum et (désolé
du peu) M. Bernier aussi. Quant à Sarko ...

CH.FFRENCH 08/04/2013 19:53


Les alsaciens ont eu raison! A tout ce que proposent les saltimbanques qui nous gouvernent! Une seule réponse : NON!

Claude HOUËL 07/04/2013 22:36


Pour le commun des mortels ce type de fusion devrait signifier, d'abord, et au-delà d'une


rationalisation des compétances, une réduction des coûts et donc des impôts locaux.


Les charges les plus lourdes sont celles du fonctionnement et concerne plus particuliérement 


la masse salariale.


La seule façon de réduire cette masse est de réduire des effectifs devenus pléthoriques .


A partir du moment où les partisans de la fusion affirment que cette derniére se fera sans toucher aux effectifs,protégés par leur statut, les citoyens ne voient plus leur intêret bien compris.


Dés lors il ne faut pas s'étonner de la forte abstention et du rejet en final.


Nos chers élus locaux devraient méditer la leçon.


Il s'agit d'un obstacle structurel qui ne peut être levé qu'avec une révision du statut de la fonction publique, vaste programme...