Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Echanges-epistolaires.jpg

Le texte du professeur Ellul ( voir l'article précédent du Scrutateur ) a suscité un commentaire critique d'un de mes amis facebook. Je lui ai répondu amicalement, et je transfère ici cet échange courtois et utile.

EB.

 

Fidotiger KinGwada

il est dommage de devoir le dire mais c'est une vérité, l'islamisation est a peu près semblable a la christiannisation mais avec moins de mort ,pas de risque non plus d'éradication, et de plus personne plus ou moins censer ne serait être opposé aux choix indépendant de chacun, la difficulté pour certain est de devoir déja commencer par assumer son passif, la religion catholique comme tant d'autre a corrompu les peuples ,les assujétissants non pas a dieu mais bien a la volonté de l'homme ,aucunement dieu ne serait être religion, car l'esprit tout comme la foi ne 'sinscrit nul part sinon par l'a parole qui conduit aux actes et non a la parole qui éconduit aux pactes

J’aime · · Il y a 32 minutes ·

Vaste question, comme dirait de Gaulle. Le christianisme se fonde sur l'Evangile. Celui-ci culmine dans le Discours de la montagne, donc sur l'amour. "Aimez vos ennemis" etc. Il se fonde aussi sur la liberté. "viens et suis moi ». Mais sur la route difficile de l'amour, les appels ne sont pas suivis toujours de réponses positives, même de gens à première vue bien intentionnés. Le jeune homme qui s'adresse au Christ pour lui demander ce qu'il lui faut faire pour le suivre s'entend répondre : "vends tout ce que tu possèdes et viens" ( je cite le sens, sans avoir le texte sous les yeux ). Mais le texte dit encore ( de mémoire ) : "alors il s'en alla, tout triste, car il avait de grands biens".

L'église fut créée pour institutionaliser l'esprit de l'Evangile, et sans cela il n'y aurait pas eu d'histoire du christianisme, et les paroles , et l'exemple du maître, se seraient perdus dans les sables du désert. Ceux qui institutionalisèrent étaient des hommes, imparfaits, qui parfois, avec de bonnes intentions, défigurèrent le message. Parfois seulement. Car réduire l'Eglise à ce qu'elle fit de moins bien, relève soit de l'ignorance ( l'ignorance religieuse est un des fléaux de notre temps, et pas seulement l'ignorance religieuse !) soit de la mauvaise foi (oui, cela existe aussi ). Institutionaliser, cela implique une « matérialisation » du spirituel, écueil dont tentent de se garder les chrétiens sincères, et cultivés. Bergson, dans un livre très, très remarquable, Les deux sources de la morale et de la religion, a admirablement distingué les religions closes,( ou statiques ) et les religions ouvertes ( ou dynamiques ) . Hélas! qui prendra le temps à l'époque des emails de lire Les deux sources. Ellul, qui n'avait rien d'un conformiste, ou d'un "intégriste" a très bien, pour y revenir, distingué le noeud de la différence entre le christianisme et l'Islam. Pour le comprendre, il faut aller au-delà des polémiques, pas toujours très honnêtes de la "vieille Taupe".

  •  
    • Il y a 8 minutes · J’aime

    • Edouard Boulogne Encore un ajout, ( je souris en l'écrivant ) : L'Eglise catholique reconnait son passif. Il faut être étranger à son discours, pour ignorer l'importance du repentir dans l'Evangile, et dans la théologie catholique. Un repentir qui peut même dégénérer en une caricature excessive et dangereuse : la "REPENTANCE".

      Il y a 5 minutes · J’aime

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article