Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

La situation politique, économique, politique, sociale des pays d'Amérique latine, n'a que des rapports très éloignés avec celle des départements d'Outre Mer, que nous sommes. D'abord ils sont de cultures hispanique ou portugaise, alors que nous ne sommes même pas de culture française, mais Français, tout simplement.

Ensuite, pour la plupart ce sont des pays, parfois immenses Brésil, Argentine, Chili, et même le Vénézuela ), et des richesses considérables qui commencent à peine à être exploitées.

Les écarts sociaux entre les couches de la population sont extraordinaires, sans commune mesure avec ceux qui peuvent exister en Guadeloupe, Martinique, ou Guyane.

C'est que nos départements sont de petites îles , perdues au milieu de l'océan, qui ne bénéficient des avantages économiques, sociaux, et politiques qui sont les leurs, que du fait de leur appartance séculaire à un grand pays développé, et, comme on dit, démocratique.

Que l'action d'Hugo Chavez puisse être jugée positive par certains côtés, cela n'est possible qu''en tenant compte de sa situation dans un contexte tout à fait différent du nôtre.

Mais le bilan du Caudillo ( titre qui fut celui du général Franco en Espagne ) est contrasté, très contrasté, comme va le montrer l'article ci-dessous d'Yves Bourdillon.

Toutes ces raisons font que l'on peut s'étonner de voir des hommes politiques de nos régions porter Chavez au pinacle, comme s'il s'agissait d'une personnalité de chez nous, soucieuse, à d'autres fins que la manipulation révolutionnaire.

Que l'UGTG, d'ailleurs en perte de vitesse, entonne le choeur des lamentations, quoi de plus normal.

Ces gens n'ont rien à apporter à la Guadeloupe, avec leurs complexes d'un autre âge, et leurs méthodes d'action importées du communisme le plus dur, et du faschisme le plus brutal.

Mais que M. Jalton, le maire de Deshaies, ou le secrétaire général du PCG entonne le même cantique, voici qui est plus étonnant.

Le mythe de la bonne gauche, généreuse, amoureuse du peuple et propriétaire de la morale et du droit est encore puissant auprès de populations abusées.

Mais on ne vit pas de mythes.

D'où la nécessité de s'informer en sortant des sentiers battus.

 

Le Scrutateur.

Chavez.jpg

 

 

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202625066562-hugo-chavez-laisse-une-economie-devastee-par-les-effets-pervers-de-la-rente-petroliere-544388.php

 

 

Chavez a réduit les inégalités au prix d'un échec économique

Par Yves Bourdillon

 

Le régime a gaspillé une rente pétrolière de 1.000 milliards de dollars. L'économie gangrenée par le clientélisme.

 

Hugo Chavez laisse un pays dévasté par les effets pervers de la rente pétrolière et d'un clientélisme pratiqué, à vrai dire, depuis toujours par la classe politique vénézuelienne. Porté au pouvoir en 1998 par une population exaspérée par inégalités et pauvreté et qui se sentait exclue de la vie politique, il s'est lancé à partir de 2003 dans l'édification d'un « socialisme du XXIème siècle » à renfort d'expropriations arbitraires (dans la cimenterie, la sidérurgie, l'alimentation, le commerce, l'électricité, les télécoms et les banques). Une politique effarouchant les investisseurs, ce qui suscitait des pénuries mises sur le dos de mystérieux spéculateurs, conduisant le pouvoir à décréter de nouvelles expropriations en un cercle vicieux.

Vidéo  : Le Venezuela en émoi

Pénuries

Résultat, les coupures d'eau et d'électricité sévissent plusieurs heures par jour, sauf dans la capitale, un comble dans un pays assis sur les principales réserves d'or noir de la planète. Les Mercals, magasins à prix réduits, sont peu approvisionnés en denrées, toutes importées ; les 2,5 millions d'hectares expropriés, pourtant fertiles, ne produisent presque rien. Malgré le contrôle des prix et des changes alimentant gaspillages et corruptions, l'inflation dépasse les 25 %, un des niveaux les plus élevés du monde. La dette du pays est passé de 28 à 130 milliards de dollars et le déficit public a dépassé 7 % du PIB l'an dernier.

Une industrie fantôme

Cette politique, couplée aux effets pervers classiques, quoique paradoxaux, d'une rente pétrolière cannibalisant les autres secteurs de l'économie, explique que l'industrie compte deux fois moins d'entreprises qu'à l'arrivée au pouvoir d'Hugo Chavez. Les exportations non pétrolières ont reculé depuis cinq ans. Confrontés à la bureaucratie et la corruption, les entrepreneurs doivent être « fous ou masochistes », reconnaît l'un d'entre eux, dans un pays où la majorité vit « de la redistribution de la rente ou de la spéculation ».

Insécurité

L'insécurité, toujours élevée dans les pays d'Amérique latine, a explosé sous Chavez avec un quadruplement du taux d'homicide, selon les ONG (il n'y a pas de données officielles car ça serait « antipatriotique »), à 70 fois le niveau français . A Caracas, une des villes les plus dangereuses du monde, on ne s'arrête pas aux feux rouges le soir et on s'enquiert par twitter de la fin d'une fusillade. Un échec qui explique la progression de l'opposition.

Infrastructures

On ne compte plus les chantiers inaugurés en fanfare et abandonnés sans raisons. Le régime se vante d'avoir construit 13 hôpitaux mais on ne peut trouver l'adresse que de deux d'entre eux. Le rythme de construction de logements, souvent bâclés, est très inférieur aux besoins et, faute d'entretien, des ponts stratégiques se sont effondrés.

Réduction des inégalités

Toutefois, même les opposants d'Hugo Chavez n'osent pas attaquer son bilan en matière de réduction des inégalités : le coefficient de Gini des disparités de revenus est passé sous son règne de 49,5 a 39, même si est apparu parallèlement une classe de nouveaux riches bien connectés politiquement, les « boligarques ». La proportion de Venezuéliens vivant avec moins de 2 dollars par jour est passé sous les 20 %, ce qui est peu étonnant en une période où les cours du pétrole ont été multipliés par... huit. Les supporters du régime vantent aussi l'impact sur la santé et l'éducation des « missions », ces dispensaires gratuits de soins et de formation, aujourd'hui en déshérence. L'espérance de vie au Venezuela, passée de 74 ans à 77 ans, n'a toutefois pas progressé d'avantage que dans les pays voisins. Quant à la formation universitaire, « elle n'a pas mis l'accent sur la compétitivité, concept déprécié, car capitaliste », souligne José Miguel Cortazar, ancien ministre de l'éducation nationale du président disparu.

inShare8

Écrit par Yves BOURDILLON
Journaliste
ybourdillon@lesechos.fr

 

Commentaires sur l'article

Commentaires   International

Chavez a réduit les inégalités au prix d'un échec économique

Par Les Echos | le 05/03/13 | 16 commentaires


Evaluer:
Pierre T 06/03/2013 | 00:09 Note 3/5

Si la gestion de Chavez était corrompue et mauvaise comme vous le dites sur votre article , comment allez-vous expliquer dans les prochains jours la plus grande mobilisation jamais vue des peuples de l’Amérique latine en pleurs pour un dernier adieu à Hugo Chavez ? Où a t’ont vu des peuples de différentes nations pleurer un corrompu ? il va falloir faire beaucoup mieux que Hugo Chavez pour convaincre que son idéologie n'était pas bonne. Je vous assure ça vas vous dépasser.

Evaluer:
Jessie21 06/03/2013 | 00:17 Note 3/5

On entend quelques vieux révolutionnaires regretter la disparition de Chavez. Il faudrait qu'ils aillent tester sur place l'horreur du régime qu'il laisse, le clientélisme jusqu'à l'échelon le plus bas de la société, l'inopérante administration totalement corrompue, et la violence qui est le lot du quotidiens des Caraqueños en particulier.
Ce type a complètement désossé son pays, et je dis cela sans pour autant jeter tout ce qu'il a fait et entrepris : la présence du Venezuela sur la scène mondiale est assez importante, et il a fait la nique pendant longtemps aux USA (pour mémoire ses tankers envoyés à NY pour secourir les populations pauvres a été un coup médiatique assez génial).

Evaluer:
SkyWalker 06/03/2013 | 02:14 Note 2/5

@Pierre T:
Je suppose que vous plaisantez, n'est-ce pas? Ou bien vous avez oublié la mort de Lenine, Staline, et même Mao, Khomeini ou encore, dans une moindre mesure sauf dans son pays, Kim Jung Il. Tous des tyrans meurtriers ou génocidaires qui ont été pleurés et ont provoqué les "plus grandes mobilisations jamais vues des peuples de la terre en pleurs pour un dernier adieu". Non, vraiment, les exemples ne manquent pas! Quant à faire mieux que Chavez... non, j'arrête là, ce serait trop facile.

Evaluer:
MischaMalikov 06/03/2013 | 08:43 Note 3/5

@Pierre T La disparition de Staline, il y a 60 ans (presque jour pour jour), avait provoqué des rassemblements immenses, dans le monde entier, en France y compris ! Pour autant, cela n'en fait pas un grand homme, autant que je sache ! Seul Jean Luc Mélenchon, et ses affiliés, est capable de pleurer la disparition d'un dictateur de gauche comme Chavez !

Evaluer:
Sams75 06/03/2013 | 09:07 Note 3/5

Il faut être Vénézuélien et vivre au Venezuela pour connaitre vraiment la réalité du pays.
Chavez n'était qu'un populiste qui s'est rempli les poches d'argent (lui et tous les siens), un beau parleur charismatique qui a fait avaler aux médias tous ces mensonges. Il faut se fier aux faits et pas aux paroles. Il s'est adressé aux classes les plus pauvres du pays pour les avoir avec lui au moment des élections car le pays a une population majoritairement pauvre , il a divisé le pays en deux en traitant tous ceux qui n étaient pas avec lui d’oligarques alors que le premier riche bourgeois du pays était lui, sa famille et ses ministres. Vive le communisme (mais pour les autres) car lui et ses proches menaient une vie d’excès, de luxe et de confort. Il a était élu grâce à l'ignorance d un peuple qui attends d être sauvé par un messie. On a payé cher.

Vive le Venezuela libre, sans Chavez!!!! Une nouvelle histoire commence pour mon pays.. Le soleil brille à nouveau!

Evaluer:
fauner 06/03/2013 | 10:28

le plus important ces l'economie de ses frere et non le probleme du monde quand il dis que le diable ces les etats-unis il a pas torp devastation forrestier premier peuple a utiliser la bombe atomique premier polueur au monde il etait peut etre radical dans ces propros mais pas bien mechant le petrole ces de la merde utillisant les energie renouvellabe les filtres a particule les innovation bio et l'argent ne se mange pas

Evaluer:
WKBambi 06/03/2013 | 11:01 Note 3/5

Sans vouloir défendre Chavez, pourquoi dites-vous que la balance des paiements courants du Venezuela est négative ? Sur votre infographie ainsi que sur le site de la banque mondiale, je constate qu'elle est largement positive (+27 Milliards de $ en 2011) et n'a cessé de progresser depuis le début des années 2000...

Evaluer:
BILLY (echos) 06/03/2013 | 11:38 Note 4/5

Comme j'apprécie l'article avec autant de certitudes incertaines, il est rai que l'Europe et l'occident peut se permettre autant de commentaires aussi blasphèmatoires sans observer avec pudeur et objectivité les mêmes constat de flagornerie des dirigeants du monde capitaliste. Quelle différence entre capitalistes et apparatchicks; oh persuadé des démonstrations de l'inutile par des inutiles oh oui cela exite dans notre société.

Evaluer:
frada37 06/03/2013 | 12:20 Note 3/5

Il y a tellement de statistiques différentes que je me réfère pour les statistiques globales au CIA "the World Factbook"
Pour le PIB par personne corrigé du pouvoir d'achat, le Venezuela est 96ième. Ce qui montre que l'optimisation de la manne pétrolière n'a pas été bien conduite. L'investissement productif que permet normalement cette manne a été négligé.
Avec 13200 $ par habitant le Venezuela est derrière le Mexique 15300 qui produit certes 20 % de pétrole en plus mais est 4 fois plus peuplé.
Au passage, on remarque que dans le classement :
Etre paradis fiscal ou pétrolier, ça aide:
1 Qatar
$ 102,800

2 Liechtenstein
$ 89,400

3 Luxembourg
$ 80,700

4 Macau
$ 74,900

5 Bermuda
$ 69,900

6 Singapore
$ 60,900

7 Jersey
$ 57,000

8 Falkland
$ 55,400

9 Norway
$ 55,300

10 Hong Kong
$ 50,700

11 Brunei
$ 50,500

12 United States
$ 49,800

26 Germany
$ 39,100

37 France
$ 35,500

Evaluer:
anonyme-83542 06/03/2013 | 18:39 Note 4/5

Hugo Chavez a été un des seuls dirigeants d'Amérique Latine à résister aux américains et à leur impérialisme dévastateur. Que vous le vouliez ou non. Je déplore le manque d'objectivité patent de la part des médias et gouvernements.

Posez-vous seulement la question : que feriez-vous si vous viviez dans un pays anciennement colonisé, détruit et dévasté par le capitalisme et l'occident où seuls les "blancs" sont riches et jouissent des ressources du pays tandis que les "natifs" pauvres, s'entretuent au sein de gangs, se font décimer par la misère etc..et possédant les plus grandes réserves de pétrole au monde ?

N'apprenez-vous donc rien de l'Histoire, de la véritable histoire de nos civilisations ? Comment nous nous sommes battu, comment nous avons conquis, massacré et pillé des pays pour leur ressources ? Comment nous continuons à le faire aujourd'hui (surtout les Etats-Unis)? Regardez seulement l'état de l'Afrique aujourd'hui !

Evaluer:
anonyme-83542 06/03/2013 | 18:40 Note 4/5

Pour quelles raisons HC est-il détesté et critiqué par l'ensemble des médias et gouvernements d'occident ? Que lui reproche-t-on ? Son clientélisme ? Opportunisme ? De s'en être mis plein les poches ? Ok, je suis tout à fait d'accord avec ça… Regardez les Etats-Unis, la France, l'Angleterre, Israël, l'Allemagne.. MAIS DE QUOI DISCUTEZ-VOUS ?!
Chavez est essentiellement critiqué

- pour avoir exproprié pas mal de multinationales et entreprises US/occidentales qui faisaient ce que toutes font dans les pays du tiers monde. Et alors ? Regardez ce qu'à fait l'argentine l'année dernière avec REPSOL ! Un pays est souverain !
Surtout quand il s'agit de ressources d'une importance cruciale. Dans le passé nous avons fait pire que cela pour nous les approprier, et on s'enflamme pour des expropriations !? c'est le juste revers de la médaille.

Evaluer:
anonyme-83542 06/03/2013 | 18:41 Note 4/5

- pour gérer et distribuer de façon souveraine la rente pétrolière à l'aide de lois et contrats sévères absolument pas à l'avantage des compagnies occidentales. Regardez ce dont Chevron est responsable en équateur depuis 30 ans.. et dans une plus grande mesure, ce dont est responsable la majorité des compagnies pétrolières dans le monde : le Nigéria, le Niger, le Cameroun, Gabon, tout ces pays qui sont riches de ressources et si pauvres, gouvernement corrompus, entreprises corrompues.

Evaluer:
anonyme-83542 06/03/2013 | 18:42 Note 4/5

- être sorti des accords de libre échange imposés à l'Amérique latine par les Etats unis, quoi de plus normal ? Non mais il n'y a pas pire que les US aujourd'hui ! rendez-vous en compte ! Lisez du Edouard Tétreau ! Les états unis sont la gangrène de ce monde, leur politique monétaire a poussé le baril de pétrole à +100USD, fait bondir les prix des céréales, semé la famine en Afrique, déclenché des spirales inflationnistes en Inde et au Brésil, propulsé l'euro à des niveaux insoutenables pour les industriels europ.. Les Etats unis se mêlent de tout, interviennent partout (15 bases seulement en Amerique Latine) et vont chercher ce dont ils ont besoin à n'importe quel prix, quitte à s'allier avec les alliés d'hier, qui sont les grands méchants terroristes d'aujourd'hui!

Evaluer:
anonyme-83542 06/03/2013 | 18:42 Note 4/5

- chercher des alliances auprès de la Russie, de L'Iran, de la Chine… de la Libye !
Mais que feriez-vous face au premier pays du monde qui est un fou psychopathe et qui soutient de façon effrénée l'opposition dans votre pays, quitte à financer un coup d'état en 2000 et vous harcelez de menaces de mort à l'aide de leur services secrets, d'opposants internes etc..Que n'avez-vous pas vu dans les autres pays au XXe siècle !? (Salvador, équateur, colombie, argentine, perou, chili, bolivie, panama, nicaragua !)

Alors oui Hugo Chavez ne laisse peut être pas un bilan exceptionnel après 14 ans de mandats… mais qu'en est-il du bilan américain ? Francais? Anglais ? De quelle façon nous permettons nous de juger un pays avec des arguments obscurs et malhonnêtes quand nous sommes nous même responsables d'absurdités et d'agressions ??

Evaluer:
anonyme-83542 06/03/2013 | 18:43 Note 4/5

Il existe malheureusement des tas d'exemples, le dernier qui m'a particulièrement choqué : la mode, la tendance du "recyclage" et "biodégradable".. nous utilisons aujourd'hui des millions d'hectares (1ha = 10 000m2) à Madagascar pour planter des espèces d'agaves servant à produire nos emballages biodégradables, hectares que ne peuvent utiliser les habitants locaux pour se nourrir et travailler LEUR terre.. et qui recouvrent les vestiges de la magnifique forêt primitive aujourd'hui disparue à 90% (Source : reportage BBC Indian Ocean with Simon Reeve). OU encore les désastreuses conséquences des plantations d'huile de palme en Indonésie, dernièrement l'intervention en Libye qui est un des plus gros mensonge de la France, aidé par le Qatar, après avoir invité en grande pompe l'allié (généreux donateur de campagne, généreux placeur pour nos banques en crise) d hier.

Arrêtons donc de nous prendre pour ce que nous ne sommes plus et tachons de rester justes et objectifs 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article