Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

une_des_echos_121012.jpg

 

Il y a la crise, certes. Mais il y a aussi les irresponsabilités syndicales, politiques ( particulièrement à gauche ), la semaine des 35 heures, le refus de tout report de l'âge de la retraite, etc. Les tentatives timides de réforme de Sarkozy se heurtèrent au conservatisme démagogique et peu courageux de la gôôôche, des Hollande, et Michel Sapin ( dont l'article qui suit, cf le lien, nous présente le visage franc, loyal,..... socialiste ).

Combien de temps durera la chute actuelle? A mon avis, pas la durée d'un quinquennat.

Pour les retraités, et pour ceux qui arrivent à l'âge de la retraite, le vrai changement s'impose vite, car dans moins de cinq ans le régime des retraites complémentaires pourrait s'effondrer.

Pour ce changement, VITAL, il est temps que les électeurs de gauche comprennent quels irresponsables ils ont placé aux commandes. Et que la droite, décomplexée, entreprenne les vraies réformes.

Et d'abord celle des mentalités en France. Ce ne sera pas le plus facile.

LS

 

http://www.rtl.fr/actualites/economie/article/retraites-des-salaries-du-prive-les-caisses-a-sec-en-2017-7753398611

 

 

Le ministre du Travail Michel Sapin

Le ministre du Travail Michel Sapin / AFP

La France n'en a pas fini avec le financement des retraites et le dossier pourrait même revenir sur la table plus vite qu'on ne le pensait. C'est ce qu'affirme vendredi matin le journal Les Échos. Avec la crise et la montée du chômage, les réserves des régimes de retraites complémentaires du privé fondent trop rapidement. Celles de l'ARGIC, qui concerne les cadres, seraient épuisées dès 2017. Celles de l'ARCO, pour tous les salariés, seraient asséchées en 2020. Syndicats et patronats qui gèrent ces deux régimes se retrouvent aujourd'hui pour commencer à discuter des réformes indispensables à venir. Ecouter       Eric Vagnier | 12/10/2012 - 12h57 écouter La sonnette d'alarme est tirée : les caisses de deux organismes de retraite complémentaire, qui couvrent onze millions de salariés du privé, risquent d'être à sec   Attention danger !

La sonnette d'alarme est tirée : les caisses de deux organismes de retraite complémentaire, qui couvrent onze millions de salariés du privé, risquent d'être à sec. D'après des projections publiées par nos confrères des Echos, l'AGIRC n'aurait plus de quoi payer les cadres d'ici cinq ans. Pour tous les autres, l'ARCCO n'aurait plus d'argent d'ici à 2020. Les syndicats et le patronat se retrouvent aujourd'hui pour trouver des solutions.

Pour rappel : en ce qui concerne un cadre retraité, la retraite complémentaire correspond à peu près à la moitié de ses revenus. Pour un non-cadre, c'est environ 25 %.

Pourquoi les caisses sont-elles bientôt vides ?

Depuis deux ans, ces deux régimes sont déficitaires et la situation ne s'arrange pas avec la montée du chômage, qui restreint les rentrées de cotisation. Pour joindre les deux bouts, l' ARCCO et l' AGIRCC sont  donc obligées de puiser chaque année dans leur  trésor de guerre, c'est à dire dans leurs réserves accumulées avant 2010. Mais çà çà ne pourra pas durer éternellement.

Quelles solutions envisagées ?

Pour l' instant rien n'est tranché, mais ce sont toujours les mêmes solutions qui sont envisagées. Il y a trois leviers possibles : augmenter les cotisations (mais cela pénalise le pouvoir d'achat des salariés et la compétitivité des entreprises pour la partie patronale), baisser le niveau des pensions (mais l' AGIRC et l' ARRCO l'ont déjà fait ces dernières années et cela devient difficile d'aller encore plus bas) ou allonger la durée de cotisation (mais les régimes complémentaires ne peuvent pas le faire tout seul, il faut que l' âge de départ à la retraite soient reculé pour tout le monde.

En fait, la vraie solution serait une amélioration du marché du travail : moins de chômeurs et donc plus de cotisants et de recettes pour inverser la tendance. Mais çà pour l'instant , c'est un vœu pieu...

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Delalune 12/10/2012 15:14


Il faut dire que le sytème de retraites complémentaires repose sur un enchevêtrement de poupées russes qui font que seule une partie infime des cotisations retourne aux cotisants : le gras sert à
financer des tuyauteries d'organismes assez opaques et qui emploient des multitudes de gens qui se donnent l'air très importans, qui se congratulent beaucopu, qui sont stautairement dotés de
pouvoirs de générer des frais, et qui sont par ailleurs grassement rétribués pour faire prospérer les coulisses d'une pompe qui ne délivre finalement que très peu d'eau à ses abonnés,mais qui
permet aux shaddocks de pomper tant qu'ils peuvent. Et ils ont tous un point commun, ces shaddocks : je vous laisse deviner lequel...