Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Jacques Martial : président du Mémorial ACT.e

Au fond, il y a 34 ans, Guadeloupe 2000 ( Le Scrutateur ) avait vu assez juste ! ( LS )

 

La Région Guadeloupe annonce la nomination de Jacques MARTIAL au poste de président du Mémorial ACTe

Basse-Terre, le 11 juin 2015 – Le président de Région Victorin LUREL annonce officiellement la nomination de Jacques MARTIAL à la Présidence du Mémorial ACTe.

La Région Guadeloupe se félicite de l’intérêt manifesté par Jacques MARTIAL, dont les compétences sont largement reconnues, en quittant la présidence de l'Établissement public du parc et de la grande halle de la Villette, à Paris, pour prendre la direction du Mémorial ACTe.

De même, le Conseil régional salue le travail accompli depuis près de deux ans par M. Pierre REINETTE, dans le cadre de la mission de coordination et de préfiguration qui lui avait été confiée, jusqu’à l’ouverture officielle du Mémorial ACTe.

L’exécutif régional adhère à la philosophie du projet porté par Jacques MARTIAL, pour le lancement de l’exploitation du Mémorial ACTe qui consiste en une Nouvelle naissance collective. Le MACTe doit selon son président désigné, « incarner un digne hommage du monde moderne aux millions de femmes, d’hommes et d’enfants chassés, enlevés, tués, déportés, aliénés, vendus et mis en esclavage durant plusieurs siècles, ces personnes dont le destin, la vie mais aussi les actes de survie et les actes de résistance sont à l’origine d’une part majeure et structurante du peuple et de l’identité plurielle de la société guadeloupéenne, comme des autres sociétés caribéennes, mais aussi américaines et européennes contemporaines… et poursuivre l’objectif d’un Vivre ensemble apaisé et respectueux de tous et de chacun dans la diversité des cultures qui nous enrichit chaque jour. ».

Jacques MARTIAL, prendra ses fonctions de président du Mémorial ACTe, le 15 juin 2015 et présentera, dans le détail, ses orientations stratégiques aux médias locaux d’ici le 7 juillet prochain, date de l’ouverture du Centre caribéen d'expressions et de mémoire de la Traite et de l'Esclavage.

 

 

 

LA DIRECTION DE LA COMMUNICATION

 

 

 

 

 

Curriculum vitae de :

 

Jacques MARTIAL

 

Jacques Martial, artiste, comédien, metteur en scène, milite pour l’égalité des chances des minorités visibles sur la scène française. Depuis 2006, il est Président de l'Établissement public du parc et de la grande halle de la Villette, EPPGHV.

 

Président de la Villette

-          un des plus importants établissements culturels français ; un budget annuel de 40M€ dont 50% de ressources propres et 6M€ consacrés à la programmation culturelle

-          en 2014, 6 000 000 de visiteurs

-          un laboratoire de la démocratisation de la culture, avec 50 000 personnes qui participent chaque année à 1500 Ateliers Villette et à 400 actions d’éducation artistique et culturelle

-          un soutien important à la création contemporaine, avec résidences d’artistes ; en 2014 plus de 120 projets accompagnés et 1500 artistes programmés

-          une politique ambitieuse de promotion du vivant et de la biodiversité en milieu urbain : l’EPPGHV est le premier établissement du Ministère de la culture à s’être doté d’un Agenda 21.

-          le projet phare de Jacques Martial : Les périphériques ; mettre en lien les cultures et les publics de la « marge » avec ceux traditionnels de l’institution, expositions, danse hip hop ou contemporaine, nouveau cirque, musiques du monde, théâtre et nouvelles écritures ; des évènements tels que Kréyol Factory et la Saison créole (2009), font partie des points forts d’une politique culturelle où l’art et la création dialoguent et interrogent la société, où s’inventent au quotidien des outils de médiation culturelle à même de répondre aux enjeux de la démocratisation de la culture autant que de l’éducation artistique et culturelle et du Vivre ensemble.  

 

Distinctions

-          2005, Chevalier des Arts et Lettres

-          2007, Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur

 

Jacques Martial siège ou a siégé sur les instances suivantes

-          Conseil d’Administration de France Media Monde (2014 - )

-          Conseil d’Administration du Centre national de la dance (CND)(2006 - )

-          Conseil d’Administration du Centre national des arts du cirque (CNAC) (2006 -  )

-          Membre fondateur du Conseil représentatif des français d'outre-mer (CREFOM) (2014 - )

-          Membre de droit de l’Agence de promotion des cultures d’Outre-Mer (2013 -  )

-          Membre fondateur de l’Observatoire de la diversité au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) (depuis 2011)

-          Conseil d’Administration de France Télévision (2007 – 2013)

-          Conseil d’Administration de Radio France Outre-mer (RFO) (2004 – 2007)

-          Centre National du Cinéma (CNC) : Commission d’aide aux films d’outremer (2010 – 2014)

 

Parcours associatif

-          1983 : fondateur de l’association Rond-Point des Cultures, visant à mettre en valeur les cultures d’outremer et la créativité des artistes issus des minorités visibles : Théâtre de la  Bastille, Théâtre du Rond-Point, les Déchargeurs, Sentier des Halles… ; programmation de Guy Conquet, Sonia Emmanuelle, Elsa Woliaston, Geoffroy Oriéma…

-          1998 : cofondateur du Collectif Egalité qui milite pour la visibilité et la promotion de la diversité culturelle et notamment des noirs de la société française dans les mondes culturels, politiques et économiques.

-          2000 : fondateur et directeur artistique de la Compagnie de la Comédie Noire, dont la mission de promouvoir la présence des minorités visibles sur la scène

o   L’échange de Paul Claudel : créé en 2001 au Festival de théâtre des Abymes et au Théâtre Municipal de Basse-Terre ; tournée : 20e théâtre à Paris, l’Artchipel et le Centre des Arts en Guadeloupe, Damas, Alep, Saint Germain en Laye.

o   Cahier d’un retour au pays natal, d’Aimé Césaire : 2003, (voir détails page 3)

o   2004 : Cannibales de José Pliya : créé au Théâtre national de Chaillot en co-production avec l’Artchipel (Guadeloupe) et le CMAC (Martinique) ; tournée : Nouvelle-Calédonie ; Avignon Off 2011 ;

o   2010 : Hansel et Gretel d’Engelbert Humperdinck : créé au Théâtre du Tambour Royal, Paris

 

En tant qu’interprète

-          A la télévision

o   la série Navarro (1989-2004)

o   Une famille parfaite, de Pierre Trividic et Patrick-Mario Bernard (2005)

o   Cahier d’un retour au pays natal, adaptation en téléfilm du poème d’Aimé Césaire sous la direction de Philippe Bérenger, France 3 et RFO (2008)

-          Au cinéma

o   Claire Devers, Noir et Blanc

o   John Berry, Il y a maldonne

o   Robert Kramer, Walk the walk

o   Samuel Fuller, Street of No Return

o   Paul Vecchiali, De sueur et de sang

o   Alain Malisne, Jean Galmot aventurier

o   Pascal Légitimus, Antilles sur Seine

-          Au théâtre

o   Les Voisins, James Saunders

o   L’île des esclaves, Marivaux

o   William 1er, Jean-François Prévand

o   Liens de sang, Athol Fugard

o   Cahier d’un retour au pays natal, Aimé Césaire

o   Juliette et Roméo, d’après William Shakespeare

o   Electre, Jean Giraudoux

o   L’échange, Paul Claudel

o   Songe d’une autre nuit (2014), d’après William Shakespeare, Théâtre Ecole Kokolampoe à Saint-Laurent du Maroni, avec de jeunes acteurs de Saint-Laurent, saramakas, haïtiens et métropolitains, amérindiens, et des comédiens de l’Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre de Lyon, (l’ENSATT) : Mana, St Laurent de Maroni, Cayenne, Festival Paris Quartier d’été, l’Artchipel de Basse-Terre, l’Atrium de Fort-de-France.

 

Films récompensés

-          1984 Solitaire à micro ouvert de Julius Amédée Laou : Lion d'Or du court métrage, Venise 

-          1986 Noir et Blanc de Claire Devers : Prix Perspectives du Cinéma Français et Caméra d'Or, Cannes ; Grand Prix du Festival de Belfort ; Prix Spécial du Jury du Festival de Grenoble 

-          1993 Omnibus de Sam Karman : Oscar du court métrage ; Palme d'Or, Cannes ; BAFTA, Londres

 

 

o   Cahier d’un retour au pays natal, d’Aimé Césaire

 

§  2002 : lecture au TOMA, Festival d’Avignon

§  2003 : création à l’Artchipel, Basse-Terre, Guadeloupe dans le cadre d’un projet pédagogique de 10 jours avec les élèves de la 1ère promotion des classes à options fortes théâtre/cinéma/arts plastiques du lycée Poirier de Gissac de Sainte-Anne

§  tournée Nouvelle Calédonie et création en langue anglaise, au Ten days on the Island Festival, Hobart, Tasmanie, Singapour, Fiji, New York, (Florence Gould Hall Theater) 

§  2003 - 2005, Guadeloupe : représentation au Centre des Arts de Pointe-à-Pitre, lectures/spectacles dans les médiathèques de l’île, (Basse-Terre, Gosier, Le Moule, Lamentin), Maison d’arrêt de Basse-Terre

§  2004, 2005, Martinique : Théâtre de la Ville de Fort-de-France, Ville de Basse-Pointe ; Réunion, Saint Benoît, Saint-Denis, Prison du Port

§  2004 Paris : Foire Saint-Germain, Halle Saint-Germain

§  2005 Avignon Off, Théâtre des Halles

§  2006 Extraits dits à l’occasion de la 1ère célébration du 10 mai, Jardin du Luxembourg

§  2005-2011 tournées : Talange, Frankfurt, la Réunion, Cayenne, Ganges, Bordeaux, Martinique, Festival de Sarlat, Slovaquie, Île Maurice, Afrique du Sud, (Pretoria, Durban, Le Cap, Johannesburg), Lesotho, Amiens, Plaisir, Rocamadour, Perpignan, Besançon, Madrid (Festival d’Automne), Dakar, Grande Halle de la Villette, Lisbonne, Guadeloupe, Bucarest, Bayonne, Tremblay-en-France, Le Blanc-Mesnil, Théâtre National de l'Odéon, UNESCO

§  2012 Tournée CEDAC en Guadeloupe et ses dépendances ; tournée au Bénin, (Cotonou, Ouidah, Parakou)

§  2013 Vitry-sur-Seine, Bligny ; tournée dans la Caraïbe : Saint-Vincent, Sainte-Lucie, Dominique, Haïti, (Cap Haïtien, Gonaïves, Jacmel, Port-au-Prince), Martinique ; Festival du Théâtre Francophone de Limoges ; USA : Atlanta, Rialto Theater, New York, Miller Theater

§  2014 Ville de Québec

§  2015 Festival Plein Feu 

 

Au chevalier Jacques Martial !

 

Publié par Edouard boulogne

 

http://www.lescrutateur.com/article-5941791.html

 


D. 24/09/06 (20h30) :


Aujourd’hui le comédien Jacques Martial qui accompagne le ministre des affaires culturelles dans son voyage aux Antilles est décoré par celui-ci de la croix de chevalier des Arts et des Lettres (ou quelque chose comme cela).

Je considère Martial pendant la cérémonie.
Bel acteur dans la force de l’âge, ayant derrière lui une déjà très appréciable carrière tant au théâtre qu’au cinéma. Ets-il au sommet de cette carrière ? Je ne le crois pas, j’espère que non, pour ses parents que je connais et apprécie, pour la Guadeloupe (qui mérite aussi des modèles issus de son sol, et pas seulement des terrains de football), surtout pour lui que j’ai un peu connu plus jeune. La photographie de cet article rappelle que j’avais rencontré Jacques Martial, en octobre 1981, pour le journal Guadeloupe 2000 qui, dans son édition de novembre de cette année là, publiait une longue et très belle interview du jeune acteur (il avait alors 25 ans). Il y faisait part de ses ambitions, de ses projets, de ses admirations, de ses conceptions artistiques.

Il est toujours intéressant de comparer un homme 25 ans après.
Il me semble que J.Martial n’a pas encore tenu toutes ses promesses, accompli toutes ses potentialités.

Si j’avais un conseil à lui donner (aah la prétérition ! ), ce serait d’éviter le piège de l’esprit de sérieux (ah ! les grands écrivains « consacrés » qui paradent sur nos écrans, bouffis de prétention et d’autant plus arrogants qu’ils doutent d’être ce qu’ils veulent faire croire !), et par dessus tout de ne pas accepter (au moins intérieurement) de devenir une sorte « d’acteur officiel ».

« Chargé de mission », c’est bien. Chevalier de ceci ou de cela ? Pourquoi pas ?
Mais tous ces titres ne sont que breloques et pantomimes. L’acteur ici me comprendra sans effort.
C’est parce que je me souviens du J.Martial de 1981, que je le crois encore en deçà de son idéal de jadis, et de ses moyens.
Mais il  y a le piège qui guette le quinquagénaire ordinaire, ce mirage de la considération, des honneurs, de la  menteuse  louange, du confort, de la sécurité, des situations assises.

Au 5è acte de la pièce de Rostand, Cyrano va mourir. C’est une affaire de minutes. Mais le Duc de Guiche qui l’ignore, s’enquiert de lui, cet ancien rival. Guiche a tout, un grand nom, de la fortune, et même du talent. D’où lui vient, dans l’âme, cette amertume, cette incomplétude, ce sentiment si âcre de l’échec ? C’est qu’il a composé, négocié, triomphé, ne serait-ce qu’une fois, par esprit de coterie, avalé les couleuvres par médiocre ambition.
C’est pour cela qu’il admire Cyrano qui n’a pas composé, qui est pauvre, seul, démuni, mais qui court à l’immortalité.

Guiche confesse à propos de Cyrano :

                            « Oui parfois je l’envie.
Voyez-vous, lorsqu’on a trop réussi sa vie,
On sent, - n’ayant rien fait, mon Dieu, de vraiment mal ! -
Mille petits dégoûts de soi, dont le total
Ne fait  pas un remords, mais une gène obscure ;
Et les manteaux de duc traînent dans leur fourrure,
Pendant que des grandeurs on monte les degrés,
Un bruit d’illusions sèches et de regrets,
Comme, quand vous montez lentement vers ces portes,
Votre robe de deuil traîne des feuilles mortes . »

On aura compris que l’estime que je porte à Jacques Martial nouveau Chevalier des Arts et des Lettres, si je ne lui souhaite ni la disette et la cendre, ni le coup de poutre sur la tête (par derrière, évidemment !) dont mourut Cyrano, me pousse à lui souhaiter un autre destin que celui d’un Guiche !

Edouard Boulogne.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article