Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le visage resplendissant d'amour du chef d'Octuor.

Le visage resplendissant d'amour du chef d'Octuor.

Le 13 mai dernier, dans un article intitulé L'Eglise de Guadeloupe remet les pendules à l'heure, ( http://www.lescrutateur.com/2015/05/l-eglise-en-guadeloupe-remet-les-pendules-a-l-heure.html#ob ) je signalais l'attaque basse, donc Hamotiste, dont était victime Mgr Riocreux, l'évêque si longtemps attendu dans le diocèse de Guadeloupe, laissé en déshérence depuis tant d'années, en particulier de 2008 à 2012, abandonné à l'arrogance de prêtres marxisés, et d'un chanoine ambitieux, sur le retour, au visage chafoin et aux façons archipatelines.

Les marxisés, issus de la « pastorale » de M. l'abbé Chérubin-Céleste, ont été « formés » dans les années où le Concile Vatican II servit de prétexte à la politique des partis communistes pour tenter de phagociter l'Eglise catholique et en faire un instrument docile de la politique impérialiste de Moscou et de ses satellites.

Dans ces années 1968, et années 70, la tactique soviétique faillit réussir, et inquiéta fort le Vatican. Un grand théologien le père Le Guillou, dans l'ouvrage collectif Evangile et Révolution ( éditions du Centurion. Voir aussi mon ouvrage France, Garde-nous, pages 167 à 189 ) fit part de son expérience inquiétante : « Avec angoisse, à mesure que je découvrais la marxisation de certaines consciences catholiques, je me suis demandé si nous parlions encore du même Dieu, du même Seigneur, du même Evangile (...).

Des prêtres, des religieux, des laïcs m'ont dit, en effet, le plus sérieusement du monde, qu'ils étaient à la fois pleinement marxistes, et pleinement chrétiens, qu'ils étaient prêts, le cas échéant, à prendre les armes pour liquider tous ceux qui s'opposeraient à la Révolution, que la mort de millions de pauvres, ne les effrayait pas si elle était nécessaire pour la transformation du monde ! A les entendre, la conception traditionnelle des Béatitudes était depuis longtemps dépassée : car, du temps du Christ, la politique n'avait pas encore pris son statut proprement rationnel. »

Etrange théologie, vraiment, que celle-là qui se met ouvertement au service de l'oppression, et du révolutionnarisme communiste, et qui prétend fonder une « Eglise populaire », explicitement condamnée par Jean-Paul II, durant son voyage en Amérique latine : « Le concept d' "Iglesia Popular" échappe difficilement à l'infiltration d'éléments fortement idéologiques dans la ligne d'une certaine radicalisation politique de la lutte des classes, de l'acceptation de la violence pour la poursuite des fins. » '

 Au moins trois des membres de l'Octuor sont issus de cette mouvance.

Pour le chef de file, au moins apparent, de la contestation, il s'agit d'autre chose. Il s'agit de l'ambition dévorante d'un Julien Sorel antillais, qui aurait fait carrière, faute de mieux dans la cléricature, et qui, sans se refuser aux distractions d'Epicure, n'aurait pas renoncé à l'espérance de devenir un Monsignore. « Appelez-moi Monseigneur » disait-il ces dernières années, alors que le retour d'âge frappait sans pitié. Jean Cau a bien expliqué cette évolution : « Lorsque le sang circule moins vite et que la peau se parchemine on peut mentir sans rougir, c'est une des consolations de l'âge ».

C'est cet homme qui, au lieu de faire oraison et de préparer comme il conviendrait l'inévitable et prochaine conclusion, préfère se faire le chef de file d'une « contestation » à l'encontre de ceux qui ont entrepris la lourde tâche de corriger, si cela est possible, les erreurs, pour parler avec pudeur, de l'administration de cet homme, de ses pompes et de ses oeuvres.

Cet ancien administrateur diocésain qui appela les Guadeloupéens à considérer Elie Domota comme l'équivalent du bon Samaritain de l'Evangile, qui brutalisait son clergé ( j'ai un dossier de plus de deux kilos sur ses déplorables activités, et dans...divers domaines, et je n'hésiterai pas à m'en servir si ces petits messieurs persévèrent dans leurs sottises ), qui laissa le diocèse en quasi faillite, revient en donneur de leçons, et bénéficie, évidemment de l'appoint des médias, Hier Guadeloupe 1 ère, ce samedi 16 août, France-Antilles, etc.

J'agis ici, en chrétien mais à titre personnel, et en Franc-Tireur, rôle qui me convient tout à fait.

Mais la réponse du chancelier du diocèse, le père Gilot, publiée intégralement ici ( voir le lien si-dessus ) est douce, et modérée.

Elle n'énonce pas, encore ( ? ) les sanctions légales au point de vue du droit canonique, qui pourraient ( et selon moi devraient ) être appliqués à ces nuls, et à ces malhonnêtes, à ces poux de bois.

 J'ai reçu ce matin d'un ami un courriel que je vous livre :

 « Edouard,

Je crois que même le Christ qui a toujours demandé d'être charitable envers les plus nécessiteux, ne comprendrait pas que des sanctions méritées et approuvées n'aient pas été prises.

Tu verras que le règne des "infidèles, anti blanc" va renaître, avec à sa tête sans doute celui qui voulait nous faire condamner pour avoir révélé ses turpitudes et spoliations des biens de l'Eglise.

Alors Mgr devra réfléchir à ses réponses, qui pour moi devraient être dans la même voie que celle que le Pape FRANCOIS a cru devoir prendre au niveau de la Curie.

A bientôt

Max »

 

Ces sanctions sont prévues par le Code de Droit Canonique.

Par exemple le canon ( article ) 273 du chapitre III du Livre Deux de l'ouvrage prescrit : «  Les clercs sont tenus par une obligation spéciale à témoigner respect et obéissance au Pontife Suprême et chacun à son Ordinaire propre ». ( c-à-d à l'Evêque ).


 

Et le Canon 1373, du Titre VI, du Livre VI; prévoit : « Qui excite publiquement ses sujets à la contestation ou à la haine contre le Siège Apostolique ou l’Ordinaire (l’évêque) à cause d’un acte du pouvoir ou du ministère ecclésiastique, ou bien qui incite les sujets à leur désobéir, sera puni d’interdit ou d’autres justes peines ».

Les catholiques de Guadeloupe en ont assez de ces insignifiants et malfaisants. Ils espèrent ardemment que les autorités du diocèse prendront les mesures chirurgicales qui s 'imposent.


 

Le Scrutateur.

 

L'Octuor des possédés est le cheval de Troie des indépendantistes dans l'Eglise.

En veut-on une preuve? La VOICI. Il s'agit d'un article du sieur Dannick IBRAHIM Zandronis vieux de deux ans et que nous avions publié ici même. La vraie raison de ces messieurs d'attaquer Mgr Riocreux, n'est pas ce qu'ils ont dit ces jours derniers. Elle est que Jean-Yves Riocreux est, je cite : « un blanc-Fwans ». S'il ne s'agit pas de racisme, alors, je ne comprend plus rien.


 

EB


 

L'article d'IBRAHIM ( sic ).


 

http://www.lescrutateur.com/article-les-independantistes-guadeloupeens-et-le-nouvel-eveque-du-diocese-107663889.html

 

Le Scrutateur s'est borné, jusqu'à présent, a présenter le nouvel évêque de la Guadeloupe Mgr Jean-Yves Riocreux, ne voulant pas compromettre ce dernier, vu les rapports tendus que j'ai eus avec, non pas l'Eglise en Guadeloupe, mais avec sa hiérarchie, sortante, si j'ose dire.

Mais, les raisons qui furent ( et demeurent ) les miennes de critiquer le comportement de M. Jean Hamot, et de la petite équipe fortement politisée qui l'entourait, sont les mêmes qui poussent les indépendantistes guadeloupéens à regretter la nomination d'un évêque « blanc » dans notre diocèse.

Je laisse nos lecteurs décrouvrir la prose délicate de M. Dannick Zandwonis, sur son site. Caraïbe Creole News. http://www.caraibcreolenews.com/news,guadeloupe,1,3879,29-06-2012-eglise-le-retour-yy-l-y-poque-colonialiste-y-.html .

Le plus intéressant est sans doute l'avalanche de commentaires qu'il a reçus, et dont la plupart montrent que les Guadeloupéens ne sont pas tous aussi stupides ( tèbès ) qu'il le croit.

A lire.

Le Scrutateur.

 Eglise : Le retour à l'époque colonialiste ?

Deux événements d’ordre religieux, même de manière marginale, font l’actualité de notre pays et méritent qu’on s’y attarde un  peu.
1/ Les catholiques de la Guadeloupe ont dû être passablement surpris d’apprendre que le Pape avait nommé en Guadeloupe un évêque blanfwans. ! Bien que l’actualité des cathos ne soit pas ma vraie tasse de thé, autant que je m’en souvienne, les trois derniers évêques de Guadeloupe étaient tous des Nègwadloup. : Mgr Magloire, Mgr Oualli, Mgr Cabo et l’interim a été assuré par l’incontournable Jean Hamot.
Pourquoi diable le Pape a-t-il  décidé de nous envoyer un évêque européen ?

Ma première réaction a été de me rappeler notre histoire coloniale ; , quand les religieux qui débarquaient au nom du Roy et de Dieu, justifiaient l’esclavage. Il ne faut pas se raconter d’histoire : l’église catholique, apostolique et romaine, comme on l’appelle, a été un suppôt important de la colonisation et de l’esclavage des Nègres.
Faut-il rappeler à nos chers fidèles et dévots que, pendant plus de 15 siècles, l’Eglise chrétienne a justifié, donc a refusé de condamner l’esclavage. D’ailleurs, dans le livre sacré qu’est la Bible, source d’inspiration référentielle des esclavagistes, on considérait « l’esclavage comme allant de soi ».

Si on exclut le plaidoyer dénonciateur de Bartolomé Las Casas (1516) contre les crimes  monstrueux perpétrés par les colons espagnols sur les Amérindiens, jamais l’église européenne  n’a  fait preuve de cette humanité dont elle nous rabat  les oreilles à longueur de psaumes.

Il va falloir attendre le 19è siècle pour entrevoir un changement d’attitude de la part de l’Eglise. Personne n’a d’ailleurs oublié que ce n’est qu’en 1992 que le Pape Jean Paul II « demande (enfin) pardon à l’Afrique ». Etait-ce un acte sincère ? Car l’église catholique n’a pas toujours fait preuve d’une grande humilité dans ses déclarations.
Donc la nomination, en Guadeloupe, d’un évêque occidental, mérite une attention. C’est comme un retour à la « case départ ». Il s’agit, pour le pape actuel, qui est loin d’être un progressiste, de mettre une sorte de coup d’arrêt à la théologie de la libération qui, depuis 1968, autorisait les religieux à prendre le parti des pauvres et même à s’impliquer dans le combat politique anti colonial, anti impérialiste. L’arrivée en Guadeloupe de Mgr Riocreux n’est donc pas un geste innocent.

2/ L’autre événement religieux, qui n’a pas échappé à notre regard, c’est l’irruption, sur la scène médiatique, de la Communauté des Musulmans de Guadeloupe. (CMG). Pour la première fois, ce courant a décidé de se présenter au public. Avant même leur conférence, l’info publiée sur CCN a fait le buzz. Certains CCnautes anti islam, sans doute intoxiqués par la presse occidentale, laquelle est souvent contrôlée par des lobbies pro israéliens, se sont déchaînés. Les clichés habituels sont revenus. Les Arabes étaient des esclavagistes. Qui peut le nier ? Le sont-ils encore aujourd’hui ? On cite le cas de la Mauritanie ou de certains émirats, mais est-ce pour cela qu’il faille stigmatiser et discriminer le millier de Musulmans Guadeloupéens qui souhaite vivre une foi différente ?

Les milliers de Guadeloupéens qui vont chaque semaine à l’église, savent-ils même que leur église catholique fut jadis esclavagiste ? Ont-ils lu les chroniques du Révérend Père Labat qui expliquait avec jubilation, comment les prêtres de  l’époque détruisaient les gris gris africains des esclaves fraîchement arrivés pour leur imposer la croix, mais aussi le fouet ?

Cela n’empêche  à aucun catholique de Gwada d’assister aux célébrations dominicales.
Alors, on se calme, ! soyons tolérants. L’Islam a parfaitement le droit d’exister en Guadeloupe et peut-être (qui sait ?) si, un jour, il ne va accompagner notre lutte de libération nationale. Enfin, si les « frères » musulmans de Guadeloupe regardent vraiment notre réalité politico- économique avec d’autres yeux, et ont  surtout une lecture plus « sociale » et plus politique du Coran. Inch allah !

 

 

( 2 ) Deux des "responsables" de l'ancienne équipe dirigeante du diocèse de la Guadeloupe. Radieux, comme toujours. ( 3 et suivantes : divers documents ayant trait à notre sujet ).
( 2 ) Deux des "responsables" de l'ancienne équipe dirigeante du diocèse de la Guadeloupe. Radieux, comme toujours. ( 3 et suivantes : divers documents ayant trait à notre sujet ).
( 2 ) Deux des "responsables" de l'ancienne équipe dirigeante du diocèse de la Guadeloupe. Radieux, comme toujours. ( 3 et suivantes : divers documents ayant trait à notre sujet ).
( 2 ) Deux des "responsables" de l'ancienne équipe dirigeante du diocèse de la Guadeloupe. Radieux, comme toujours. ( 3 et suivantes : divers documents ayant trait à notre sujet ).

( 2 ) Deux des "responsables" de l'ancienne équipe dirigeante du diocèse de la Guadeloupe. Radieux, comme toujours. ( 3 et suivantes : divers documents ayant trait à notre sujet ).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dissident 17/05/2015 14:28

Ils ne savent faire qu'une chose, une chose qu'ils font très bien et c'est de haïr leur prochain d'une haine quelque fois forcenée, et, généralement, c'est leur prochain blanc qu'ils haïssent le mieux, le plus parfaitement. Certains même parmi ces possédés, car pour haïr à ce point il faut être possédé, disent avoir vu leurs ancêtres en songe, leurs ancêtres qui réclamaient vengeance...contre les blancs naturellement. Ben tiens. Ouais, ouais, ouais, et bien - entre nous - ce que ces couillons ont vu en songe ce sont des démons.