Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Vigilance-orange-en-Gpe.jpg



J'entends souvent les reproches qui sont faits aux jeunes concernant la violence.

Le thème de « la violence » est devenu central dans le débat public en Guadeloupe et Martinique . Les responsables commentent en permanence diverses statistiques s’y rapportant : violences sexuelles, violences des jeunes , violences à l’école, homicides, braquages,pillages etc. Les médias relayent et illustrent ces interrogations en puisant dans l’intarissable source des faits divers qui émaillent la vie des Guadeloupéens qui sont par ailleurs stupéfaits d'apprendre que leur département est le plus violent de France . Dans la population, il est fréquent de commenter « toute cette violence » pour exprimer une grande inquiétude sur l'avenir .

Mais regardons la réalité en face à partir d'un éniéme exemple de faits divers mettant en exergue la propension à la violence gratuite des jeunes .

Gabriel Latchoumanaya (44 ans) a été tué d'un coup de fusil, mardi matin, dans un restaurant, au pied de son immeuble (AB), à la cité Henri IV, à Pointe-à-Pitre .

Le suspect du meurtre ( 20 ans ) a été interpellé dès mardi après-midi. Lors de sa garde à vue, il aurait expliqué avoir agi par vengeance , et ce en riposte à une agression dont il aurait été victime peu de temps avant qu'il ne tire sur le quadragénaire pointois.

Autre fait de violence des jeunes , cette fois en Martinique, pour une banale histoire de bistrot fermé par décision administrative .

Grenades lacrymogènes, tirs de flash-ball contre jets de pierres et de bouteilles. Mardi en fin d'après-midi, de sérieux affrontements ont opposé les forces de police à des dizaines de jeunes à Sainte-Thérèse. Des échauffourées qui auraient démarré suite à l'intervention des fonctionnaires pour fermer une épicerie - bar, dépourvue de toute autorisation.

Mais, une partie de la population surtout des jeunes , habituée des lieux ou des environs proches, ne l'aurait pas acceptée. Mécontents, des jeunes cagoulés auraient alors commencé à tout casser et à caillasser les véhicules de police.
Le magasin Sun Motos situé à Kerlys à Fort-de-France, a été cassé et pillé dans la nuit. Pour le propriétaire, Daniel Garcin, c'est près d'une centaine de deux-roues qui ont été emmenés par la force , les vigiles n'ayant rien pu faire . En 2009 déjà, au moment des événements de février et mars, 140 motos avaient déjà été volées dans ce même magasin.

Arrêtons l'hypocrisie ! Les jeunes sont à l'image de la société dans laquelle nous vivons à savoir une société irresponsable . L'éducation commence dès le ventre de la mère! les jeunes fonctionnent dans un monde de non sens !!! Tout ce qui faisait le socle des institutions sociales est démantelé (la famille, l'école, la vie chrétienne, les associations). Nous sommes dans la mondialisation et son libéralisme exacerbé, ce qui a pour conséquence des effets pervers sur la population: souffrance au travail des professeurs , agressivité dans les foyers, démission des parents pour vouloir s'occuper de l'éducation de leurs enfants, disparition d'une culture de la tolérance au profit d'autres qui ne favorisent nullement le lien social, pertes des valeurs humaines , diffusion de la violence gratuite à la télé... Il nous faut revenir sur des valeurs de solidarité et faire prévaloir l'éducation, la prévention et la promotion de la valeur travail et surtout la responsabilisation de tous ( adultes, parents, enfants et institutions);

Jadis , le service militaire permettait de canaliser les énergies en permettant l'apprentissage d'un métier , tout en enseignant des notions de discipline , de responsabilité, de respect, évitant l'oisiveté mère de nombreux vices. Il aurait été certainement utile aujourd'hui aux jeunes inactifs, qui errent sans but et sans repères . En ce qui concerne le durcissement des sanctions , je suis tout à fait pour une répression accrue. Elle découragerait plus d'un, je n'en doute pas. Il serait temps en effet de prendre des mesures à la hauteur du problème, sans se voiler la face et sans fausse compassion sur l'efficacité de la seule prévention .
Mais ne nous y trompons pas, la délinquance ne se constate pas que chez les jeunes. La violence sous de nombreuses formes est courante en Guadeloupe quelle que soit la tranche d'âge et souvent pour des futilités concernant des différends conjugaux ou familiaux . L'agressivité et la provocation sont devenus les moyens de communication en vogue , et la violence mine notre société . Pourquoi la Guadeloupe ne peut y faire face ? c'est un autre débat...qui devrait faire l'objet d'un prochain congrès au niveau des élus en novembre 2011 , mais qui risque de mettre en cause tout le système...car nos élus devront sans conteste se poser la question : Pourquoi la violence est-elle plus importante aujourd’hui et surtout quels sont les moyens à mettre en oeuvre pour y remédier ?

DOLTO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article