Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Face à la dette publique, qui atteint désormais 90 % du PIB, le gouvernement n’a pas d’autres choix que de lever de nouveaux impôts. Pour ne pas trop pénaliser l’économie, et face à des foyers asphyxiés, les pistes envisagées sont surprenantes

La-mort-Symbole.jpg

 





http://www.funeraire-info.fr/final-exit-tax-un-impot-sur-la-mort-en-2015-9701/

 

Face à la dette publique, qui atteint désormais 90 % du PIB, le gouvernement n’a pas d’autres choix que de lever de nouveaux impôts. Pour ne pas trop pénaliser l’économie, et face à des foyers asphyxiés, les pistes envisagées sont surprenantes

Exit tax

François Hollande

Sur le principe de « l’exit tax » pour les contribuables qui quittent la France pour profiter de pays à l’imposition plus clémente, le Ministère de l’Économie envisage d’élargir le système aux défunts. Pierre Moscovici soutient en effet l’idée que la mort est une soustraction définitive à l’impôt qui peut être taxée.

Le principe divise au plus hauts sommets de l’État : si Matignon considère qu’à terme, des solutions aussi radicales et impopulaires que celle-ci devront êtres mises en œuvre, le Président de la République craint que cela ne fasse baisser encore plus sa côte de popularité. Une chose est sûre : cette « final exit tax » ne sera pas mise en œuvre avant les élections municipales de 2014.

La principale réticence de François Hollande est que cette taxe frappera tous les français, contrairement à ses mesure précédentes, qui visaient des catégories spécifiques, en dehors de son électorat traditionnel. Le fait que le président a promis, lors de son allocution télévisée jeudi dernier, de ne pas soumettre les français à de nouveaux impôts est en revanche balayée de la main par ses conseillers : la mort physique correspondrait légalement à l’extinction de la nationalité.

L’Europe donne son accord

Angela Merkel Francois Hollande

Consulté, le conseil européen a finalement donné son accord. Principale opposante au système, Angela Merkel s’est finalement laissée convaincre sous la pression de ses propres conseillers, qui lui ont fait remarquer que le remboursement de la dette hexagonale serait plus populaire en Allemagne si elle était faite par des français morts que des Allemands vivants.

La BCE a dépêché un observateur, chargé d’établir un rapport sur la mesure. En cas de succès, le principe de la « final exit tax » pourrait être appliqué à d’autres pays de la zone euro, les plus en difficulté.

Reste bien sûr à définir précisément les contours de cette « final exit tax ». L’on sait dores et déjà qu’elle sera votée au mois d’aout, lors d’une cession exceptionnelle, dans la plus grande discrétion.

Les pistes envisagées

Plusieurs pistes sont envisagées : la première passe par une augmentation de la TVA sur les prestations funéraires obligatoires. La TVA sur le cercueil passerait ainsi à 38.7 %. La seconde, une saisie forfaitaire de 50 % des liquidités disponibles sur les comptes du défunt. La troisième piste consisterait à rendre payante la déclaration de décès. Un montant de 450 Euros, forfaitaire, a ainsi été envisagé, preuve que l’état des reflexions est bien avancé.

Une chose est sûre : l’argent des vivants ne suffira plus, désormais, à faire face à la crise de l’Euro. Lors de la réeunion de l’assoications des Maires de France, une réunion secrète avait pour objet l’étude d’une taxe foncière pour les concessions de cimetière, et celle d’une taxe d’habitation étendue aux défunts, saisissable sur leur héritage.

Cette “Final exit tax”, combinée à la législation actuelle sur les successions, pourrait rapidement devenir l’impôt le plus lucratif de l’Etat. Selon nos sources, cela pourrait accélérer la légalisation de l’euthanasie, dont François Hollande souhaite faire la toute première mesure symbolique de son second mandat, à l’été 2017.

 

 

Pour lire la suite et les commentaires, cliquer sur le lien en début d'article. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude HOUËL 28/05/2013 18:42


En voilà une belle idée de gôche : Faire mentir Laffer et sa fameuse courbe qui démontrait que "trop d'impot tue l'impot" en affirmant que "trop d'impots tue le contribuable donc augmente
l'impot", il fallait y penser, à quand la courbe holande sur le sujet ?


Au fait les jeunes soldats morts au combat seront-ils aussi taxés ? Dans ce cas vite une bonne guerre mondiale !


On comprend mieux aussi pourquoi il faut encourager l'euthanasie quoiqu'un bon virus mortel serait pas mal non plus et retablir la peine de mort on y songe? 


Cela dit une bonne taxe sur les cons, les vrais, pas ceux affichés chez les juges rouges,aurait un meilleur rendement tant l'assiette est large.


 

Ch Etzol 28/05/2013 18:09


Déjà appliqué : info reçue ce jour du SNEC - CFTC (syndicat de l'Enseignement Catholique )


En février 2013, le gouvernement a diminué fortement le montant de la retraite additionnelle des maîtres contractuels (RAEP).
Ce dispositif créé en 2005 a pour finalité de corriger progressivement l’écart de pension entre les maîtres du privé et ceux du public en versant une indemnité proportionnelle aux prestations du
régime général et de la retraite complémentaire (ARRCO et AGIRC). Pourtant, l’Etat avait augmenté ce taux en 2006… 


Exemple :Un enseignant
partant en retraite en 2020,après 41,5 ans touchera une prestation RAEP de 71,13 € par mois, soit 90,87 € de moins que ce qu’il aurait touché si le décret du 18 février 2013 n’avait pas été
publié.

Dissident 28/05/2013 15:33


RUMEURS DE DEUX NOUVEAUX IMPOTS !! du 27 au 30 mai 2013 : J'ai eu écho de deux "nouveaux" impôts, dont un particulièrement ignoble. A moins que cela soit un 1er avril, LaVieImmo.com rapporte ceci: "Un nouvel impôt serait
actuellement en préparation, qui frapperait les ménages pleinement propriétaires de leur résidence principale. Non pas lors de sa revente via une taxe sur la plus-value, mais alors même qu'ils
l'occupent. Libération, qui évoquait le premier l'éventualité d'un tel impôt, expliquait au mois d'août dernier que l'idée [est] de soumettre à l'impôt sur le revenu les revenus fictifs, que
constituent l'absence de loyer pour les millions de propriétaires ayant remboursé leur emprunt. La suggestion, précisait le quotidien, émane de Cartes sur tables, think tank créé en 2008 et
composé de jeunes sympathisants PS, Front de gauche ou Europe Ecologie-les Verts. La mesure, si elle était effectivement adoptée, rapporterait 5,5 milliards d'euros par an à l'Etat".
Lire ici,merci à Mr Lem.


Ca ne m'étonne pas de ces socialo, des communistes et pseudos verts. Le second impôt, eh bien, il s'agit ni plus ni moins que de remettre la vignette automobile. Bonne chance... Revue de Presse
par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

Ch.Etzol 28/05/2013 13:32


A quand le "recyclage" imaginé dans le film SOLEIL VERT : après une IVV (  ou interruption volontaire de vieillesse, déjà réclamée à l'U.E)., les cadavres pourraient servir de nourriture aux
vivants  sur une terre surpeuplée.  Aucune limite à la barbarie quand le sens du sacré a été perdu.

CH.FFRENCH 28/05/2013 13:04


Si on faisait les elus payer des impôts et qu'on baissait vraiment par un loi, leurs salaires cela rapporterait de l'argent à l'Etat!


Donc Hollande va "tuer" des gens pour avoir du fric ?


Et fini les maisons de retraites, donc encore du chômage!


Quel vilaines gens ces socialos!

Henri Andesloy 28/05/2013 12:22


A l'attenfion de Detoussa : pour la précision de votre commentaire, veuillez prendre note que nous n'avons plus affaire à Groland, mais à Taxland. Groland est mort, vive Taxland !

Aymar Detoussa 28/05/2013 12:15


Groland est fou. Est-il pervers parce qu'il est fou, ou est-ce la perversité qui l'a rendu fou ? Il appartiendra aux psychiatres de se prononcer dans quelques décennies. Et encore. Soixante-dix
ans après sa mort, les spécialistes ne sont pas tous d'accord sur leprofil psychiatrique d'Hitler. Staline, en revanche, c'est assez tranché. Les cocos, du reste, avaient tranché du vivant du
petit père de speuples : il était "l'homme que nous aimons le plus". Preuve qu'à gauche, en matière de profilage, on s'y connaît. Donc, pour en revenir à notre petit pèpère des cons, il va y
avoir débat, comme on dit.