Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Les lecteurs du Scrutateur sont de fins lettrés. Au cas où vous prendriez en défaut ce petit catalogue de curiosités linguistiques; ce serait avec plaisir que nous publierions vos remarques et corrections. LS.

a-la-loupe-early-spring-cover-2.jpg

 


1. Le plus long palindrome de la langue française est « ressasser »
On peut donc le dire dans les deux sens.
  
2. « Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette ».
  
3. « Institutionnalisation » est le plus long lipogramme en « e »
C'est-à-dire qu'il ne comporte aucun « e ».
  
4. L'anagramme de « guérison » est « soigneur ».
  
5. « Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave
Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !
  
6. Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot.
 Tout comme « triomphe », « quatorze », « quinze », « pauvre », « meurtre , « monstre », « belge », « goinfre » ou « larve ».
  
7. « Endolori » est l'anagramme de son antonyme « indolore », ce qui est paradoxal.
  
8. « Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d'être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle
Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l'amour au pluriel. C'est ainsi !
  
9. « Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x]
 « Oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles. Eh oui !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guillerm FX 14/03/2014 22:36

"tu l'as trop écrasé césar ce port-salut" est le plus long palidrome en français souyqs forme de phrase

Ch.Etzol 13/10/2013 22:12


La ligne de partage entre le bien et le mal passe par le coeur de chacun d'entre nous. Peut-on couper un Homme en deux ???

Don Giovanni 12/10/2013 16:33


Le Bien et le Mal peut être

Ch.Etzol 12/10/2013 14:45


L'Effusion de l'Amour Divin est un singulier pluriel qui ne compte ni ne mesure.


En ce mois d'Octobre, une Prière à Marie, chantée par Georges  Brassens
:


 


Par le petit garçon qui meurt près de sa mère,     Par les quatre horizons qui crucifient le monde,


Tandis que des enfants s’amusent au parterre.    Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe.


Et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment,     Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans


Son aile tout à coup s’ensanglante et descend.     Par le malade que l’on opère et qui geint,          mains,


Par la soif et la faim et le délire ardent,                  Et par le juste mis au rang des assassins,


Je vous salue
Marie.                                                   Je
vous salue Marie


 


Par les gosses battus, par l’ivrogne qui rentre,       Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids,


Par l’âne qui reçoit des coups de pieds au ventre   S’écrit Mon Dieu ! Par le malheureux dont les bras


Et par l’humiliation de l’innocent châtié.                  Ne purent s’appuyer
sur une amour humaine.


Par la Vierge vendue qu’on a déshabillée,                Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène,


Par le fils dont la mère a été insultée,                        Par le cheval tombé
sous le charriot qu’il traine


Je vous salue
Marie.                                                      Je
vous salue Marie.


 


                                                
  Par
la mère apprenant que son fils est guéri,



                                                 
 Par l’oiseau rappelant l’oiseau tombé du nid,



              &

Don giovanni 12/10/2013 02:48


Pour prolonger la réflexion : y a-t-il une différence entre l'Amour pluriel et les amours plurielles , et laquelle ?

Edouard Boulogne 12/10/2013 03:44



Inéressant. Dîtes-le nous. 



Ch. Etzol 11/10/2013 22:02


Pour les férus de grammaire et de temps, à votre présent poour que votre futur soit plus-que-parfait, un poème sur deux verbes
ennemis:   (plus connu que son auteur?)


Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.


Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau.


Bien qu’opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.


Ce qu’Avoir aurait voulu
être, Être voulait toujours l’avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s’est fait avoir.


Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu’Être, toujours en manque.
Souffrait beaucoup dans son ego.


Pendant qu’Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.


Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu’Être, un peu dans la lune
S’était laissé déposséder.


Avoir était ostentatoire
Lorsqu’il se montrait généreux,
Être en revanche, et c’est notoire,
Est bien souvent présomptueux.


Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l’abri.
Alors qu’Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.


Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l’esprit.
Le verbe Être est tout en
pudeur, Et sa noblesse est à ce prix.


Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se
faire,Ils conjuguèrent leurs efforts.


Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.


Le verbe Avoir a besoin d’Être
Parce qu’être, c’est exister.
Le verbe Être a besoin d’avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.


Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

sophie 11/10/2013 02:15


Oiseau n'est pas le seul mot de la langue française qui contient toutes les voyelles, ou alors le y n'en est pas une. Certes, il est grec, mais aussi bien français ...