Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Algérie : 48 ans après l'indépendance, le désanchantement. 

 

drapeau-algerie-772063.jpg

 

 

( 48 ans après l'indépendance les Algériens sont des désenchantés. Misère, exploitation par une minorité bourgeoise, implacable. De plus en plus nombreux sont ceux qui ne rêvent que d'émigrer en France, l'ex métropole, où ceux qui y parviennent sont trop souvent embrigadés par des associations aussi arrogantes qu'antifrançaises, parmi lesquels, hélas! de nombreux métropolitains décadents d'extrème gauche, qui au nom d'une utopie dévastratrice, ne rêvent que d'instaurer une société multiculturelle, dont l'aboutissement ne peut être que la guerre civile, et la chute de la société d'accueil. Le site Les manants du roi, nous offre quelques documents d'une vérité effarante sur la réalité de la société algérienne telle qu'elle est en cet an de disgrace 2010. Le Scrutateur).

 

 

« Révolution Africaine » qui fut l'organe – en français- du FLN...
Et comme il se doit, les résultats tant attendus parlent d'eux-mêmes...

« L’école, c’est la Révolution qui continue » ; le journal « Révolution Africaine » nous donne un aperçu de cette éducation… Mais ouvrons quelques pages du livre édité par la Commission Nationale d’Alphabétisation, livre obligatoire dans toutes les écoles algériennes. Sa lecture y est édifiante :
« Pas d’autre Dieu qu’Allah » … « L’Arabe est notre langue et l’Islam notre religion. » … « La colonisation a mangé tous nos biens. » … « Notre pays a été ruiné par la colonisation : vengeance du peuple par la guerre sainte. » … « La colonisation a procédé au sabotage de notre pays dans plusieurs domaines : dans l’industrie, dans l’enseignement et dans l’agriculture. » … « En Algérie, avec le socialisme, il n’y a plus d’hommes agenouillés… » … « Le socialisme fait le bonheur du peuple ! Le socialisme met fin à la misère du peuple… »
Il est intéressant également de relever (dans les textes arabes) le texte d’explication réservé au maître : « Le maître, dans ce texte, doit lire et faire répéter à ses élèves la phrase « la colonisation a mangé nos biens » et il doit expliquer fortement comment, « parmi les pays où la colonisation a mangé leurs biens, il y a notre pays à nous, Algériens ». On appelle cela l’alphabétisation…

 

Remercions José Castano pour son envoi...

Une occasion pour lire ou relire :

Au lendemain de l’indépendance de l’Algérie, dans une démarche inconsidérée de ré-appropriation identitaire, Ahmed Ben Bella, le premier président de la République, dans sa première allocution publique et officielle, installe sans équivoque le cadre dans lequel doit se définir l’identité algérienne : « Nous sommes des Arabes, des Arabes, dix millions d’Arabes. […] il n’y a d’avenir pour ce pays que dans l’arabisme »(discours du 5 juillet 1963). Il perpétue ainsi le monisme qui caractérise le mouvement national algérien dans ses options idéologiques. Hors de l’unité arabe point de salut pour la nation algérienne. D’emblée, la pluralité est niée et la diversité linguistique est considérée comme un germe de division menaçant une unité nationale ayant pour socle l’arabe et l’islam. Toute référence à la berbérité est alors tenue pour un instrument au service de l’étranger et du néo-colonialisme. Elle est considérée

… comme une redoutable volonté de semer la division au sein d’un peuple et d’une culture unique pour atteindre un objectif politique qui est la déstabilisation de cette jeune indépendance acquise après de lourds sacrifices.

http://mots.revues.org/index4993.html

 

En attendant le jour où naitra un grand élan de « résilience » sur les deux rives de la Méditerranée, notre « Mare Nostrum », il n'est pas vain de mettre les points sur les « i »...

Léon Areva, le 15 avril 2010

 

Mercredi 11 Février 2009 -- Le travail des enfants en Algérie, en dessous de l'âge légal, augmente d'une manière flagrante, menaçant ainsi l'équilibre de notre société, estiment des experts en la matière. De nombreux enfants sont obligés de quitter l’école pour rejoindre, précocement, le monde du travail. Ils offrent leurs bras dans la rue pour se prendre en charge, mais surtout pour soutenir leurs familles. Riyad a quitté l'école à l'âge de neuf ans car il ne trouvait plus d'argent pour assurer ses études à cause de la misère dans laquelle vivait sa famille. Il a aujourd'hui treize ans. Il sait très bien qu'il devait être à l'école avec ses camarades de classe qu’il a quittés sans pouvoir les oublier. Rencontré aux alentours d'un quartier à Boudouaou, Riyad a eu du mal à nous raconter ses déboires, du premier coup, mais, ayant repris confiance, il a décidé de parler à cœur ouvert. «Je sais bien que je devais être à l'école, mais c'est la situation misérable dans laquelle vivent mes parents qui m'a obligé à travailler et à sortir le matin pour ne revenir qu'à la tombée de la nuit à notre baraque de fortune», nous révèle Riyad d’une voix attristée.
Lire la suite:
http://www.algeria.com/forums/algeria-en-alg-rie/14863-children-work-algeria-4.html

Lundi 2 Mars 2009 -- Le nombre d’enfants qui travaillent en Algérie dépasse le million. 2% sont exploités dans le commerce du sexe, selon les enquêtes de l’Agence Nationale de Promotion de la Santé et du Développement de la Recherche, FOREM. Le directeur exécutif de l’Agence Nationale de Promotion de la Santé et du Développement de la Recherche, Abdelhak Mekki, a indiqué qu’il est nécessaire de sensibiliser les algériens car ils sont la première cause de l’apparition du travail des enfants à travers leur exploitation dans les maisons, les entreprises de construction, les coopératives agricoles, les parcs automobiles et le marché parallèle. Selon M. Mekki, dans le but d’alléger les dépenses mensuelles et en vue de réaliser le plus de profits, les directeurs d’entreprises et compagnies privées n’hésitent pas à avoir recours aux enfants.

Lire la suite:
http://www.algeria.com/forums/algeria-en-alg-rie/14863-children-work-algeria-4.html

 

          
 
 

 

 

 

 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CH.FFRENC 21/04/2010 17:18



Il y à 3 degrés dans l'esclavage moderne:


Avec l'oppression capitaliste : l'homme peut encore crier quand il n'est pas d'accord.


Avec l'oppression faciste: l'homme doit collaborer et se taire même s'il n'est pas d'accord.


Avec l'oppression communiste : l'homme doit collaborer et sourire même s'il doit en mourir.


C'est de Pierre-Henri Simon


Mais je trouve que cela convient parfaitement à notre époque complètement déboussolée.



Chantal Etzol 19/04/2010 03:37



Sans parler de la condition féminine à la mode islamique. D'être nées sur le sol français permet à quelques-unes de tout tenter pour y échapper.



hello 18/04/2010 16:19


je n'ai aucune pitié pour eux ; il ne faut pas oublier la haine qui a poursuivi les français jusque dans les cimetières de même que le sort réservé aux harkis ,ou les vieux moines décapités ils
sont les seuls à pouvoir améliorer leur sort ou stagner dans cette situation qu'ils ont voulu


castetsjj 18/04/2010 07:39




Monsieur Boulogne bonjour,


Ce qui est lamentable, c'est de nier les  faits ou les effets dans leur ensemble.


Même si 50 ans après,  on peut discuter longtemps sur les bienfaits ou méfaits de la colonisation sur les Pays concernés selon la position
d'origine des individus, on ne peut nier qu'elle en a réveillé certains et endormi d'autres dans le confort douillet de la non responsabilité !


Il n'est qu'à voir la formation des élites locales, élites qui ont toutes au moins un point commun, celle d'avoir émigré pour profiter de leur nouveau savoir et
fuir l'immense travail qui restait à accomplir... celui de réveiller les consciences, les bonnes volontés, diminuer le poids des traditions ethniques ou religieuses  pour maintenir le Pays
dans le progrès.


Colonisation, décolonisation, s'il est difficile philosophiquement d'en quantifier les effets, on peut juste en mesurer les milliards injectés,
très souvent en pure perte !!!


A la lumière des évènements et de l'évolution depuis 50 ans, on se demande bien qui a asservi l'autre, en tout cas ce n'est pas de mon fait... si je dois porter la
responsabilité de la 3eme République, je demande un droit d'inventaire sur les invasions et occupations précédentes...



 




BODY {
BACKGROUND-POSITION: left top; MARGIN-TOP: 15px; FONT-SIZE: 10pt; MARGIN-LEFT: 30px; COLOR: #008080; BACKGROUND-REPEAT: repeat; FONT-FAMILY: Tahoma
}