Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

A monsieur O. Helt.   




Le Lundi 06 Juillet 2009

A Monsieur O. HELFT, (avec l’aimable autorisation de Monsieur E. BOULOGNE, le SCRUTATEUR) cette réponse déjà faite à Monsieur C-B. VIDAL, France Continentale, Réf. : GOUVERNANCE : Question d’Appartenance, Ou, N’est-ce pas là le Hic !

 

 

Eric E.G. NOGARD

                                               Fort-de-France, le 26 Juin 2009

 

                                               A

 

Bien Cher Monsieur VIDAL,

 

Votre regard sur les choses est d’une pertinence qui me laisse admiratif.

Vos critiques sont pour moi une source (fort aimable d’ailleurs) d’enrichissantes réflexions.

Surtout qu’il m’est possible au demeurant de soumettre à votre sagacité les choses qui me tracassent.

Ainsi, la Partition de l’Île (1100 Km2) et le vote des autochtones, seuls juges de leur destin.

 

Commençons par le Vote, si vous le voulez bien.

Sommes-nous une Colonie, ou un Protectorat, ou une Terre d’Annexion… NON.

Nous Martiniquais, tout comme les Bretons, tout comme les Lorrains, nous sommes Département Français.

Nous le sommes pour l’avoir demandé et plus d’une fois confirmé, nous sommes à ce jour, Français.

Donc, s’agissant de l’Indépendance, telle LOI pour les Normands vaut bien pour les Landais et vaut aussi pour Nous.

 

S’agissant de la Partition, une Population avide d’Hégémonie absolue veut soumettre l’autre à son despotisme redoutable.

Tout a été tenté pour une meilleure compréhension, une meilleure entente, un meilleur Modus Vivendi, en vain.

Sans l’Autorité du Peuple de France, tant de fois serions-nous mis à feu et à sang, est-ce vivable.

Epée de Damoclès au dessus de la tête et couvée de serpents qui grouillent sous son lit, est-ce bien supportable.

Salomon nous eût dit, car toujours il fut sage « Partagez l’Île en deux, Monaco n’a pas ça, et l’Île de Malte non plus. »

 

Sans compter, Monsieur VIDAL, qu’il y a de façon avouée :

  • Les Martiniquais Français et qui veulent le demeurer indéfectiblement ;
  • Les Martiniquais qui se proclament sécessionnistes NON Français.

Comme vous le voyez, le Peuple de France devrait rendre son arbitrage :

Que cette fois soit la « derne des dernes », ou vous êtes Français ou vous changez de passeport.

 

Eric E.G. NOGARD



Eric E.G. NOGARD,

24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

Tél. / Fax. / Répondeur :  0596 798102;  Port : 0696 856708;

E-mail : eric.nogard@orange.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Historiquement,nos îles sont plus "anciennement" françaises que Nice et la Savoie.Demande -t-on tous les six ans aux niçois et aux savoyards, sils sont ou veulent rester français?  Enfants, on nous contait que nos ancêtres avaient construit des forts sur les hauteurs qui dominaient la mer, pour voir arriver les anglais et les "boûter hors de France". De célèbres batailles navales attestent de nos liens avec la Patrie, la terre de nos pères.Alors, si une fois DE PLUS, les guadeloupéens et Martiniquais disent qu'ils sont fiers d'être français, que ce soit comme un sacrement : une fois qu'il a été donné, c'est pour TOUJOURS!L'appartenance à une nation ne surait être remise en cause au gré des "états d'âme" de quelques minorités dont le refus d'aller aux urnes montre le mépris qu'elles ont de la population. Sans doute parce que les rares fois où elles l'ont fait, elles se sont priis des "vestes"!                                                                                                             Chantal Etzol
Répondre