Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

INTERVIEW de Jean Yoyotte, Egyptologue, professeur au collège de France.

(Je reproduis, sans commentaires, une récente interview de monsieur Jean Yoyotte par François-Xavier Guilherm [ FXG] parue dans le blog de ce dernier : fxgpariscaraïbe. E B).Ci-contre une photographie de Jean Yoyotte.

 
Jean-Yoyotte.JPG
 

(Martiniquais par son père, Jean Yoyotte est un égyptologue émérite qui a été responsable du site de Tanis. Il enseigne au collège de France.

 Cheikh Anta Diop (1923-1986), s'est appuyé sur des citations d'auteurs anciens comme Hérodote et Strabon pour démontrer que les Égyptiens anciens présentaient les mêmes traits physiques que les Africains noirs d'aujourd'hui. Sur le plan linguistique, il considère en particulier que le wolof, parlé aujourd'hui en Afrique occidentale, présente de nombreuses similarités avec la langue égyptienne antique).



FXG : Comment êtes-vous venus à l’égyptologie ?

Jean Yoyotte : J’étais élève au lycée Henri IV et l’abbé Vandier m’a fait entrer par dérogation à l’école du Louvres. A 15 ans, j’apprenais l’égyptien ! Le Pr Montet s’est intéressé à moi et en 1965, il m’a demandé d’y aller. Tanis est un site royal qui a fourni une cinquantaine de chefs d’œuvre au musée du Caire. Nous avons trouvé peu de statues, mais nous cherchions les traces de destruction qui permettent de reconstituer plus amplement les édifices.

 

 

FXG : Quel regard portez-vous sur les intellectuels Antillais ?

Jean Yoyotte : A l’âge de l’enseignement supérieur, comme beaucoup d’étudiants à l’âme à gauche, j’ai lu Franz Fanon. Je connaissais Aimé Césaire comme un écrivain français. Dans les anthologies de poésie française, les Antillais et les Africains doivent avoir leur place, comme les Bretons ou les Provençaux. La francophonie est quelque chose d’admirable… Mon père était un parfait produit de la colonisation par ses bons aspects. J’avais le même talent que lui.

 

FXG : Egyptologue vous-même, vous avez-pu confronter vos idées à celles de Cheik Anta Diop ?

Jean Yoyotte : Cheik Anta Diop était un imposteur. Un égyptologue incapable de lire le moindre hiéroglyphe. Dire qu’une partie de l’Egypte… Comme si quelqu’un avait civilisé le monde ! La vision la plus bête d’un instituteur colonialiste et inculte, il l’a retournée ! Les Egyptiens représentaient les hommes en ocre rouge et les femmes en ocre jaune. Cheik Anta Diop n’y voyait qu’une convention esthétique et refusait de voir des Noirs dans les esclaves marrons. Oui, c’étaient des conventions, mais ils représentaient rouge et jaune ! D’autres représentations montrent les Egyptiens rouges, les Canaanéens jaunes, les Lybiens roses et les Nubiens noirs…

 

FXG : Vous l’avez rencontré comment ?
 
Jean Yoyotte : Il était employé à la bibliothèque du Collège de France et il habitait en bas, dans la rue, entre la Bibliothèque et Présence africaine. D’un point de vue scientifique, son œuvre est nulle, c’est une série d’erreurs. Moralement, on peut déplorer que cet homme pacifique ait des successeurs tels que la tribu Ka qui s’appuient sur son ignorance des sciences humaines. Il ignorait qu’il y a des langues sémitiques et non pas des peuples sémitiques. Les Soudanais parlent une langue sémitique… Je lui ai dit : « Assez de ce classement avec pigmentation. Je suis Blanc et mes sœurs sont noires ! » Il acquiesce. «  Tu insultes ma mère ! », lui ai-je dit en le prenant par le col. Il sous-entendait que ma mère se serait mal conduite…

 

FXG : Que représente pour vous le devoir de mémoire ?

Jean Yoyotte : Il ne se pose pas pour moi et je ne comprends pas très bien. Je connais ma mémoire, celle de mes maîtres, de mon père et de ma tante, celle des grands égyptologues. Revendiquer que l’histoire mondiale ne soit pas toujours exposée du point de vue du pouvoir central français est une protestation légitime. Un historien a le devoir de reconstituer des faits du passé mais pas d’opter sur une version ou une autre. On retrouve cela chez Glissant : pas de jugement qualitatif,  a fortiori sur les histoires nationales. Il y a du beau et de l’affreux, il faut l’admettre.

FXG : Les lobbyings afro-français et Antillais ont inquiété les historiens. Qu’en pensez-vous ?

Jean Yoyotte : Que veulent le CRAN ou le Collectif Dom ? Que l’on tienne compte de l’enseignement de Pétré-Grenouilleau dans l’enseignement scolaire ? Mais nous allons nous mettre les Arabo-musulmans à dos car ils ont été plus esclavagistes en données numériques.

 
par fxg publié dans : fxgpariscaraibe
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lecteur 27/11/2016 10:40

On voit clairement que M Yoyotte nourrissait une haine viscérale pour le génie et l'érudition de CAD. Pourquoi personne ne parle du colloque du Caire où les plus grands égyptologues de la planètes n'ont pas pu défaire les thèses de CAD. Je pense que si ces propos sont réels La Yoyotte fait montre d'une mauvaise foi à déplorer. De plus les détracteurs de CAD passent le temps à faire sa psychologie psychologie sans l'attaquer techniquement ! Dommage ! l'eurocentrisme dans les sciences humaines ramène l'occident dans les abîmes de la pensée unique

Grouwada 29/05/2012 01:11


Vélo était un éminent égyptologue et Diop n'arrive pas à la semelle de ses mika.


Guadeloupe, champion du monde toutes catégories.


Amen inchallah blo !

Saturnin 28/05/2012 08:26


à Vous lire Chers scrutateur, j'ai l'impression de me retrouver devant un Eric Zemmour ou Nadine Morano. Si c'est le cas, la cause est entendue!!! Bonne journée!!!!

Edouard Boulogne 28/05/2012 12:08



Vous me flattez.



Saturnin 28/05/2012 02:29


Je n'ai pas eu la réponse à mes questions. En outre, sur certains sujets sensibles Encyclopédia Universalis a perdu de son prestige en matière d'objectivité scientifique, nous ensommes sur un. Mr
Yoyote a t-il discuté avec Anta Diop? si nous laissons de côté les invectives infondées, produisez le support audio ou video de cette rencontre. Sur quel plateau? Vous devriez reconnaître si vous
êtes objectif, le parcours assez brillant de CAD! Ce n'est tout de même pas à Dakar qu'il a eu une mention honorable en soutant deux thèses de doctorat le même jour!!!! Ce que j'attends, c'est la
vérité objective sur l'histoire. les allégations de mr Yoyotte semble être une trouvaille pour salir la personnalité et le travail immense de CAD qui a toujours été ouvert au débat
scientifique!!!! Ses détracteurs semblent déserter le terrain de la science en exposant leur aigreur dans des affirmations creuses. Produisez juste une preuve qui contrarie les démonstrations de
CAD. A mon avis, sur l'Egypte, en matière d'histoire le témoignage dans le temps de Strabon etc me semble plus crédible que les travaux de Mr Yoyotte surtout après le passage des siècles d'aleas
qui ont effacé ou détruire des preuves historiques. outre Mr Yoyotte produisez moi un détracteurs crédible de CAD. Travaillons pour la vérité et non pour les ideologies!!!!!


Bien à vous!!!!

Edouard Boulogne 28/05/2012 04:02



Je crois, M. Saturnin ( ? ) qu'il y a peu de chances pour que votre attachement affectif ( que l'on peut comprendre, mais alors nous ne sommes plus dans un débat scientifique ) pour CAD,
laisse peu de place pour le débat. 


Mais je ne saurais trop vous conseiller de méditer la phrase qui est de vous : " Travaillons pour la vérité et non pour les idéologies" (M. CAD étant au-dessus du débat, cela va de soi
). 


Merci pour votre participation à la recherche de blogue. 


LS



Saturnin 27/05/2012 01:27


J'ai de sérieux doutes sur l'honneté intellectuelle de Mr YOYOTTE. Anta Diop a apporté les preuves de ce qu'il a avancé et démontré. la conférence du Caire en 1974 a rassemblé d'éminents savants.
Mr Yotte était-il de la partie? les actes de cette conférences sont là! J'aimerais que Mr Yotte démontre par des arguments scientifiques que CAD a tort ou est un imposteur! seulement j'aimerais
qu'il me réponde à cette question: entre Strabon et lui yotte, lequel a un témoignage plus crédible sur l'Egypte?

Edouard Boulogne 27/05/2012 02:42



 


Jean Yoyotte


 


Cher lecteur, sur Jean Yoyotte je ne peux que vous renvoyer à Wikipédia, et à une référence encore plus prestigieuse, celle de l'Encyclopédie Universalis. Bonne lecture. Je suis heureux que le
Scrutateur permettent aux lecteurs curieux, il y en a, de s'instruire au delà des idéologies et de la pensée unique, sur des grands sujets comme ceux qui firent l'objet de la recherche de toute
une vie d'honnête homme, je veux parler de M. Yoyotte. LS


 


 


( I ) Jean Yoyotte dans Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Yoyotte


 


( II ) Jean Yoyotte dans l'Encyclopédie Universalis :


 


Dans le domaine de l'égyptologie et même bien au-delà, le nom de Jean Yoyotte restera toujours présent, tant son œuvre s'impose déjà comme une source
inépuisable d'informations et de réflexions. Cet historien d'une érudition et d'une curiosité immenses, dont les travaux se sont nourris du contact direct avec les vestiges du passé, s'est hissé
parmi les rares égyptologues à avoir de l'Égypte ancienne une perception aussi pénétrante que globale. Ouvert aux divers aspects de la civilisation pharaonique, il n'en a pas moins montré une
prédilection pour deux sujets : la géographie politique et religieuse du Delta du Nil, d'une part, et le dernier millénaire de l'histoire pharaonique, d'autre part.



Né à Lyon le 4 août 1927, le jeune Yoyotte se trouve dès 1932 à Paris où, pendant ses études au lycée Henri-IV, il se passionne vite pour l'Égypte des
pharaons, parvenant même à se faire admettre aux « cours d'égyptologie » de l'école du Louvre, puis à ceux de l'École pratique des hautes études (E.P.H.E.). En 1945, âgé de dix-huit
ans, il entame une licence d'histoire. Devenu stagiaire au Centre national de la recherche scientifique (C.N.R.S.) en 1948, il rejoint le cabinet d'égyptologie du Collège de France où, au
contact de Pierre Montet, il parfait son sens de la recherche, notamment en matière de géographie historique. L'année suivante, il signe ses premières publications, avant d'obtenir en 1952 un
diplôme d'études supérieures qui lui ouvre au Caire les portes de l'Institut français d'archéologie orientale (I.F.A.O.), où il sera pensionnaire pendant quatre ans, le temps d'explorer les
sites antiques du Delta, dont Tanis.


De retour à Paris en 1957, Jean Yoyotte retrouve le C.N.R.S. avec le statut de chercheur qui lui donne la
possibilité d'enrichir une bibliographie déjà abondante. En 1964, il est élu directeur d'études à la Ve section de l'E.P.H.E. Commencent alors vingt-six années d'enseignement
consacrées à de multiples sujets se rapportant à la « Religion de l'Égypte », conformément à l'intitulé de son cours. Devant un auditoire séduit par son approche des problèmes, il
aborde nombre de thèmes peu explorés et privilégie l'étude des documents négligés ou même ignorés, en sacrifiant à une méthode aussi exigeante que rigoureuse. Ses conférences deviennent ainsi
une étape aussi incontournable que décisive dans la formation de plusieurs générations d'égyptologues. Parallèlement, il organise ce qui devient le Centre Wladimir Golenischeff, faisant d'un
simple centre documentaire un véritable laboratoire de recherche où il permet à divers projets de se développer malgré des moyens modestes. Dès 1964, il est en outre chargé de prendre la suite
de Pierre Montet à la tête de la Mission française des fouilles de Tanis, afin de relancer une prospection interrompue depuis 1956. Dix campagnes menées entre 1965 et 1984 lui permettront
d'explorer systématiquement plusieurs secteurs de la concession et de procéder enfin à un relevé topographique complet du site. Son activité dans ce domaine l'amène en 1987 à jouer un rôle
déterminant dans l'organisation de l'exposition Tanis. L'or des pharaons en mettant à l'honneur les dernières découvertes ; cette manifestation prestigieuse fit d'abord étape au
Grand Palais à Paris puis à Marseille, avant de se déplacer à Édimbourg et sur le continent austral. En 1991, le travail de Jean Yoyotte est récompensé par son admission au Collège de France,
où il est élu professeur avec un programme centré sur l'Égypte tardive qu'il présente dans sa leçon inaugurale le 27 mars 1992. Jusqu'en 1997, il occupe la chaire inaugurée par
Jean-François Champollion en consacrant notamment ses cours à l'étude de la Naucratis « égyptienne » – ville connue comme une enclave commerciale grecque –, alors que ses
recherches le conduisent également à analyser le matériel récemment découvert au large d'Aboukir, là où prospéraient jadis Thônis-Heracléion et Canope. Une fois à la retraite, la partie
occidentale du Delta restera, comme au début de sa carrière, sa préoccupation essentielle.


Après une soixantaine d'années mises à profit pour rédiger près de trois cents contributions, Jean Yoyotte ne laisse pas seulement une œuvre scientifique
aussi variée que lumineuse, mêlant enquêtes thématiques et éditions de monuments où ses compétences et sa rigueur donnent toute leur mesure. Très respectueux de l'intérêt porté par le grand
public à l'Égypte, il s'est aussi attaché à répondre à son attente en s'imposant comme un virtuose de l'art difficile de la vulgarisation, qu'il ne se résignait pas à abandonner à des
égyptologues improvisés. Outre sa participation au Dictionnaire de la civilisation égyptienne (1959) avec Georges Posener et Serge Sauneron, chacun retiendra ses collaboration avec
Pascal Vernus pour produire deux ouvrages de référence : Les Pharaons (1988) [réédité sous le titre Dictionnaire des pharaons, 1996] et le Bestiaire des pharaons
(2005) où ses notices parviennent à plonger le lecteur dans l'intimité du panthéon égyptien.




Olivier PERDU





 



JT 30/10/2010 00:55



 Pour un grand spécialiste des mots nazi & nazisme !!!


 « Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde. »


Cette citation correspond en fait au dernier vers de l’Epilogue dans « La Résistible Ascension d'Arturo Ui » (trad. Armand Jacob) (1941),
de Bertolt Brecht …



Edouard Boulogne 30/10/2010 05:34



Dont acte!



bubu 29/10/2010 21:11



Drôle dépoque , quand les vrais savants ne sont pas reconnus- sauf par les gens sérieux-, alors qu'atteignent la célébrité des branquignols surréalistes, genre cheik machin, qui ne savait rien,
et a dit n'importe quoi toute sa vie ( je l'ai entendu dire à une conférence aux U.S.A que l'expédition Napoléonienne en Egypte avait eu lieu... à la fin du dix-neuviéme siécle!!!);mais il
suffit d'une thése "réconfortante", genre 'on n'est pas si nuls que ça nous les noirs, on a tout inventé méme l'i-phone et le poulet rôti', pour passer à la postérité. Pouah!



Edouard Boulogne 29/10/2010 21:41



Accordons à M.Diop le bénéfice du doute sur la campagne d'Egypte située à la fin du XIXème si-cle. C'était  ( tout de même!) sans doute un lapsus. Cela arrive à tout le
monde.


Mais ce genre de spécialiste en tout, qu'il prétendait être, ne peut être qu'un farceur, ou un mythomane. Ou, plus vraisemblablement un idéologue rempli de haine et de ressentiment,
passions dangereuses et morbides, extrêment méprisables quand on veut les comminiquer à des catégories entières de populations ( ici nos frères en humanités, les noirs), pour semer le désordre,
le malheur et la confusion. Ainsi procédèrent Hitler et ses nazis, promoteurs d'une humanité pure ( arienne, jusqu'alors, selon ces criminels, victimes de tous les compots d'Israël, et du reste
de l'humanité ) face aux "impurs"!


Oui! le ventre est encore fécond qui engendra la bête immonde" comme écrivit le poète Eluard.


Les hommes sensés doivent rester vigilants.


Edouard Boulogne ( le scrutateur).



Hervé JOSEPH 07/09/2009 18:59

Madame Desroches-Noblecourt est connue dans d'autres cercles que celui du "monde de spécialistes" dont vous faites souvent allusion, pour son manque d'objectivité scientifique qui frise la falsification historique. Se réferer à cette dame, au demeurant respectable, quand on parle de Jean Yoyotte, me semble tout à fait à propos. La lecture de son livre "Ramses II, la véritable histoire" édition Pygmalion et celle de "Civilisation ou barbarie " de Cheikh Anta Diop, Présence Africaine, éclairera plus d'un. .De plus toute idéologie ne conduit pas au nazisme. Ce reflexe europeocentriste, n'a pour effet que de noyer le poisson dans l'eau.Reconnaître la noirceur des Egyptiens ne relève pas d'onanisme béat, juste d'objectivité scientifique.En revanche, vous avez raison de dire qu'il faut rester critique.Respectueusement

Edouard Boulogne 07/09/2009 20:32


Heureusement madame Desroches-Noblecourt, moi-même et l'immense majorité des habitants de cette planète pouvons compter sur l'immensité du savoir de spécialistes comme vous pour nous
éclairer;
merci, cher monsieur, merci infiniment!
Le Scrutateur.


Hervé JOSEPH 06/09/2009 16:42

Alors???Mais cher Scrutateur, il ne manquerait plus qu'il réfute l'essence négroïde de la civilisation egyptienne. J'ai vraiment l'impression que ce français à part entière avait déjà fait le choix de ses référents. N'est-il pas selon lui le produit de la colonisation positive? De plus, avant sa mort, qui a entendu parler de Mr Yoyotte en Martinique?

Edouard Boulogne 06/09/2009 23:27


M.Joseph! Croyez vous que ce soit la notoriété qui fasse les grands savants?
Bien des gens meurent sans avoir été reconnu. Dans la science historique, comme dans les arts, les lettres, etc.
Avez-vous entendu parler  de madame Christiane Desroches-Noblecourt? Cela ne l'empèche pas d'être l'une des plus grandes égyptologues du monde, connue... dans le monde des spécialistes.
Elle est bien moins connue que Cheik Anta Diop. Pourquoi? Ne serait-ce pas pour des raisons idéologiques?
D'ailleurs M.Diop est présenté par ses admirateurs comme un génie universel, un monstre de savoir dans tous les domaines, l'histoire, la linguistique, la physique, etc. C'est beaucoup!
M. Yoyotte est très connu et apprécié des spécialistes, moins du grand public.
Attention au rôle de l'idéologie dans la recherche. C'est un rôle pervers.
Vous savez l'usage qu'en ont fait les nazis.
Donc restons clame, et tâchons, nous qui ne sommes pas des spécialistes de décider arbitrairement d qui à droit à la considération. Faisons abstraction de nos préjugés, et de nos idéologies, mais
mettons en oeuvre notre esrit critique.
Yoyotte prétendait que Diop ne svait pas déchiffrer les hiéroglyphes. Est-vrai? Peur-être pas. Mais une enquête auprès des connaisseurs serait plus utile que des insultes et des "arguments"
réducteurs du type "ce Français à part entière" qui respire son idéologie à plein nez. Sauf à prendre M. Théophile OBENGA pour le pape en matière d'égyptologie (depuis la mort de Diop). Mais
l'infaillibilité est-elle recevable en matière scientfque?
Cela dit je ne serais nullement choqué s'il était démontrée que l'Egypte a été une civilisation "négroide". D'abord parce que seule la vérité compte, et puis pour le plaisir que cela causerait à
certains.
Cordialement vôtre.
Le Scrutateur.


Hervé JOSEPH 05/09/2009 17:08

Monsieur YOyotte semble faire partie de ces pseudo-sommités intellectuelles dont la vocation unique est de travestir les faits historiques irréfutables au nom d'une idéologie aujourd'hui obsolète, selon laquelle rien de bon ne peut procéder de l'Afrique. Traiter Anta Diop d'imposteur après sa mort , alors que de son vivant nul n'a jamais pu contester scientifiquement ses théories, relève de la plus basse lacheté. Il semblerait, à la lecture de l'interview, que l'allusion à la mère de Mr Yoyotte soit mal passée auprès de ce dernier. Ne serait-ce pas là l'origine primaire du mépris incompréhensible manifesté envers l'homme et son oeuvre ?Je suis martiniquais et ne me sens nullement grandi par les allégations de ce Mr Yoyotte.Toutefois, paix à son âme.

Edouard Boulogne 05/09/2009 20:19


Mais, me semble-t-il, M.Ypyotte n'avait pas nié que la civilisation égyptienne vient de l'Afrique!
Alors?
Le Scrutateur.


Francky 12/07/2009 03:26

Alors autrement dit C.A.Diop té ka chèché dot'héros yenki aka Hérodote ? Le plus étonnant c'est que le défunt Yoyotte avait la physionomie d'un vrai égyptien actuel.Il a eu les "cojones" de donner son avis de vrai chercheur, parce que la censure menaçante de nos petits disciples de Goebbels n'est pas d'hier.Quant à nos égyptologues locaux, c'est à pleurer...Sincères salutations Jean Yoyotte !

khemy 10/07/2009 23:20

quel boufont ce yoyotte, raciste, va au diable