Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

1 ) Scène de lapidation. 2 et suivantes. Cicéron fustige Catilina au Sénat de Rome il y 2000 ans. Détail du tableau. Catilina isolé et vaincu.
1 ) Scène de lapidation. 2 et suivantes. Cicéron fustige Catilina au Sénat de Rome il y 2000 ans. Détail du tableau. Catilina isolé et vaincu.
1 ) Scène de lapidation. 2 et suivantes. Cicéron fustige Catilina au Sénat de Rome il y 2000 ans. Détail du tableau. Catilina isolé et vaincu.

1 ) Scène de lapidation. 2 et suivantes. Cicéron fustige Catilina au Sénat de Rome il y 2000 ans. Détail du tableau. Catilina isolé et vaincu.

C'est le deuxième texte de madame Lizotte que je publie sur « l'affaire Fillon », cette tentative, par delà la personne de l'ancien premier ministre, d'extinction de la France et de ce qu'elle représente pour ceux qui pensent encore. Aline Lizotte, philosophe, théologienne et enseignante d'origine Québécoise, habite Solesmes et dirige l'AFCP (l'association pour la formation chrétienne de la personne).

Le deuxième texte est plus remarquable encore que le premier.

Je sais bien qu'on lit de moins en moins actuellement, en dehors des SMS et du visionnage paresseux de liens internet sinon toujours vicieux, du moins insipides et soporitifs et/ou vulgaires.

Je suis de ceux qui ne se résignent pas.

Je lis, j'écris, je tente de faire lire, comme je l'ai fait durant des décennies à des générations d'élèves.

Ce blog n'a d'autre intention, que de maintenir un niveau de lecture pour un lectorat qui existe, conscient du danger de l'abâtardissement de nos pensées, et de nos âmes. Et, ce lectorat je le retrouve en vous lecteurs du Scrutateur. D'abord les fidèles entre les fidèles ( 500 par jour, sur le deul scrutateur, en moyenne. Et il y a aussi le lectorat plus modeste de facebook ).

En certaines périodes de crise, comme présentement le chiffre s'élève. Du premier au 10 février compris, la statistique gonfle, 48000 lecteurs, en moyenne toujours, avec une poussée de 12025 lecteurs dans la seule journée du 03 février.

Pour un petit blog guadeloupéen, je crois pouvoir dire que ce résultat n'est pas négligeable.

Et si je m'en réjouis vivement, ce n'est pas je tiens à le dire par je ne sais quel ridicule vanité d'un retraité qui comparerait ses statistiques quotidiennes avec celles des jours précédents, avec une joie sénile.

Si je me bats contre la fatigue, pendant mes heures de confrontation avec un clavier d'ordinateur, c'est parce que je me bats, en fait, pour faire progresser des idées, des valeurs qui sont celles qui sont en péril en ces jours, et dont l'érosion explique la chute de notre société, la crise dans la jeunesse, les signes certains du déclin face à des idéologies de mort.

L'on pensera que j'en fais trop à propos du harcèlement politique à l'encontre de François Fillon.

Je ne suis pas naïf. François Fillon n'est qu'un homme politique, avec ses qualités et ses défauts. Mais, excusez moi, on a vu pire à propos d'hommes et de défauts. Et ce que l'on vise à travers lui, ce ne sont pas ses défauts, ( qui n'en a ? ). C'est autre chose qu'Aline Lizotte nous explique ci-dessous dans un article vibrant et profond.

Un dernier mot avant de lui laisser la parole. Pensez à ceci : si 48000 lecteurs partagent son article, le communiquent à leurs amis, en discutent, en promeuvent les idées et l'inspiration, n'auraient-ils pas le sentiment de contribuer au bien public?

Hardi ! Mes amis. Il n'y a pas de combat perdu, tant qu'on n'a pas appris à se battre, et qu'on n'a pas livré bataille.

 

Le Scrutateur.

________________________________________________________

 

Une seule issue, la colère du peuple Quousque tandem abutimini, vos, patientia nostra ?1

(Oui, jusques à quand abuserez-vous de notre patience ?)1

L'affaire Fillon, qui semble se tasser, mais non se régler, dépasse largement la personne même de l'ancien premier ministre. C'est toute une partie de l'électorat qui a été prise à la gorge et qui devient l'otage d'un pouvoir occulte, dont on pressent qu'il existe et que l'on ne saurait nommer. Les faces sont masquées, non identifiables, les complots rampent, les acteurs les plus impliqués se réjouissent de leur coup, les vrais auteurs espèrent que cette invraisemblable comédie aura pour eux son happy end. Les élus de la Droite s'énervent et demanderaient à leur chef de se retirer. Voir leur champion anéanti devant leurs yeux n'a rien d'agréable. Le chef est là pour leur faire partager la victoire, non pour les amener à la défaite. L'assemblée triomphante de La Villette est déjà oubliée Il ne faut pas gagner hier, il faut gagner demain ! Et demain, leur répètent les sondages du moment, est incertain. Qu’attend-on ? Que le Parquet financier proclame un jugement ? Oui, mais ce Parquet, qui a été d’une célérité inhabituelle pour intervenir, pourrait, pour les mêmes raisons, être d’une lenteur épuisante à donner ses conclusions ! Et les élections approchent ! Sur les lèvres et dans les cœurs, une seule question : Fillon s'en sortira-t-il ? Comme si s'était la bonne question !

(1 Quousque tandem, Catilina, abutere patientia nostra ? est une expression latine tirée de la première des quatre Catilinaires de Cicéron. Elle signifie : «Jusques à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?» Ces mots violents constituent l’exorde du premier discours contre Catilina prononcé par Cicéron le 8 novembre 63 av. J.-C. pour démasquer et punir la deuxième conspiration de Catilina, une tentative de coup d'État contre la République romaine. Catilina était impudemment présent ce jour-là parmi les sénateurs, alors que sa tentative d'assassinat de Cicéron et son complot venaient d'être découverts).

Pour trouver la réponse, changer la question

Supposons le scénario le plus sombre : Fillon retire sa candidature à la présidence, il se désiste de la campagne électorale et, avec sa femme, ils partent quelques mois dans les Caraïbes. Les enquêtes du Parquet financier n'auront plus aucun intérêt et, dans six mois environ, un non-lieu sera probablement prononcé. Plus personne ne s'intéressera aux emplois supposément fictifs de Penelope ! Autrement dit, ce n’est pas aux actes légaux ou moraux du candidat que l'on s'intéresse. Mais c'est au candidat qui a remporté le vote incontestable que l'on sait, au soir de la primaire de la Droite, et qui représente une force politique dangereuse ! Et ce candidat n'est pas seul ! Il a déjà derrière lui quelques millions de citoyens qui ont manifesté avec leurs pieds et leurs mains quel type de personnalité, quel choix de société, quelle sorte de gouvernement ils souhaitaient. Ce n'était pas une force en fin de course ! C'était une force en début de course. Une force qui ne pouvait que grandir, se développer, et vaincre ! Cette force-là, il fallait la miner, la disséminer, l'anéantir, la faire mourir !

Il fallait dès maintenant lui couper sa voie électorale, lui voler son droit de s'exprimer. L'affaire Fillon, ce n'est pas une attaque maladroite sur la réputation d'intégrité d'un homme : c'est la spoliation concertée du droit moral du vote, l'attaque camouflée de l'authenticité d'une démocratie politique. François Fillon s'en sortira-t-il ? Non, si l'on continue à se centrer sur cette question. Car tout a été fait pour qu'il ne s'en sorte pas !

Comprendre le processus

Pour comprendre l'importance de la stratégie, il faut analyser minutieusement le processus. Le Canard enchaîné reçoit un dossier. Lequel ? De qui ? Le saura-t-on jamais ? Si, comme le laisse entendre la rumeur publique, c'est une fuite du Service des Impôts, ce dossier donne au journal une matière sur laquelle travailler. Car les salaires de Madame Fillon ont été déclarés. On fait simplement l'impasse sur cette faute grave contre l'obligation du secret professionnel, une faute grave qui relève du Code pénal ! Il faudra, un jour, faire la lumière sur cette faute grave.

Le journal commence son «travail». Il ne s'agit pas seulement de comptabiliser les montants et d'aligner les jours de travail. Il s'agit de faire de cette «matière» non un simple fait, mais une cible médiatique. Véritable mob trigger (déclencheur de la populace), le Canard enchaîné est spécialiste en ce domaine : rappelons-nous les diamants de Bokassa évalués bien au-dessus de leur valeur, les emplois fictifs reprochés à Juppé, etc. La technique est simple : dépouiller les faits de tout leur contexte, de toutes les circonstances réelles qui les entourent. Les rendre totalement nus. On exagère les chiffres – montant brut et non net –, on minimise les périodes de rémunération, on évite de dire que le geste est légal, que les montants ont été déclarés aux impôts. On présente Madame Fillon comme une «bonniche», alors qu'elle est juriste de profession, capable de fournir une contribution professionnelle à son mari, membre du Conseil municipal de son village, etc.

Le fait, une fois dépouillé de toutes les décisions humaines qui l'ont engendré, réduit à sa seule matérialité, devient ainsi une pâture bonne à être jetée aux chiens. L'on est sûr de l'effet qu'il produira, de l'effet que l'on veut qu'il produise. À partir de ce moment, l'homme politique pris dans les filets dans lesquels on l'a enfermé sera condamné, quoiqu'il fasse pour rétablir la vérité humaine de ses actes. Tout ce qu'il dira se retournera contre lui. Fillon dit qu'il n'y a qu'un compte en banque, au Crédit agricole de Sablé. On dit qu'il ment ! Obligatoirement, il doit avoir un compte administratif et un compte personnel ! Qu'il veuille simplement affirmer qu'il n'a pas de compte caché à Singapour, à Genève ou à Kuala-Lumpur ! Peu importe ! Il ne peut pas dire qu'il n'y a qu'un compte, puisqu’il en a deux ! Madame Fillon dit, en 2007, qu'elle n'a jamais été l'assistante parlementaire de son mari, autrement dit, elle ne joue, ni ne veut jouer, les Carla Bruni ou les Cherie Blair. On ne veut retenir qu'une chose : elle n'a pas travaillé pour son mari !Ce processus est connu ! C'est celui de tous les accusateurs publics, depuis Marc-Antoine, le Sanhédrin, Cromwell, Fouquier-Tinville et aliis. Contre ce processus, la défense est perdue d'avance ! Plus Fillon tentera de se défendre, plus il s'enfoncera ! Plus on se demandera s'il en sortira, moins il en sortira.

Ce n'est pas Fillon qui est vraiment accusé ! C'est le peuple lui-même ! C'est le peuple que le hollandisme finissant, moribond, a méprisé, ignoré, injurié, trompé, qui est attaqué. C’est ce peuple, qui a commencé à dire qu'on abuse de sa patience, qui est bafoué ! Ce peuple qui veut en finir avec les conciliabules des «énarques», avec les théories sociologiques des Pierre Bourdieu en matière d'éducation, avec les manipulations des Taubira et de ses amis, qu'on veut à tout prix faire taire. Ce peuple à qui l'on veut opposer un Macron télégénique, sans assise politique, sans expérience de gouvernement, aux théories économiques de Thomas Piketty.

Une façon de s'échapper du filet !

Tant que la Droite se dissociera de son chef et qu'elle continuera à douter d'elle-même, elle est finie. Bientôt, avant la fin de la campagne électorale, elle sera morte ! Ce ne sont ni les Juppé, ni les Larcher, ni les Bayrou, ni aucun autre qui maintenant, à 70 jours des élections, peuvent remplacer Fillon. François Fillon a mis trois ans à construire son programme, il a parcouru toute la France, il a interrogé toutes les catégories d'électeurs. Il a bâti un programme en consultant des experts et des hommes de terrain. On a tout à fait le droit de critiquer ses solutions, tout-à-fait le droit de dire sur quoi l'on n'est pas d'accord. On ne peut, tout de go, faire le jeu du pouvoir occulte, le mettre sur une tablette et croire que l'espoir que l'on a mis en sa personne se reportera sur un quelconque valet qui endossera sa livrée ! C'est de la pure folie. Forcer le retrait de Fillon pour la Droite, c'est se suicider. Une bonne partie des électeurs, dégoûtés, ne voteront pas ! L'absentéisme aidant, ni Macron, ni encore moins Hamon, plus rien n'empêchera le FN de l'emporter. Et si Macron, par miracle, l'emportait ? La République serait-elle gouvernable, face à quelle Assemblée législative ?

Il n'y a qu'une façon de sortir du tunnel ! Une seule ! La COLÈRE. Le peuple français doit dire qu'il en a assez d'être méprisé. Il doit le dire, haut et fort. Il doit le dire avec colère, c'est-à-dire avec la véritable vertu qui régule la colère : la vengeance. Car, la vengeance, nous dit saint Thomas, est la vertu de la colère (S.Th., IIa-IIae, q. 108). Elle a comme objet de détruire le mal, pour que le bien soit possible. Le peuple doit le dire non seulement dans le secret des urnes, mais il doit le dire partout, en famille, dans les salons, à l'usine, à son cercle d’amis. Il doit dénoncer les accusations fausses, dénoncer les manœuvres qui spolient ses droits. Il doit reprendre les mots d'ordre de son hymne national : Aux armes citoyens ! Non pas s'armer de Kalachnikovs, mais se munir du bouclier de la vérité dans l'intelligence, du feu de l'amour du bien commun dans la volonté, du courage dans l'irascible et de la tempérance dans les moyens.

Autrement, nous deviendrons un peuple d'esclaves ! Et cela, ce n'est pas français !


 

Aline Lizotte

 

4 ) Et comme avec le Scrutateur il faut toujours un peu relativiser......!PSC.

4 ) Et comme avec le Scrutateur il faut toujours un peu relativiser......!PSC.

Commenter cet article

Etienne 22/02/2017 18:43

Beaucoup de commentaires sont passionnés, mais le spectacle de comédie auquel nous assistons vaut-il la peine que nous songions à nous étriper ? Nous avons devant nous une brochette de marchands de lessive, dont nous savons qu'ils ne respectent rien, sauf leur appétit de pouvoir.

Qui ne se souvient des promesses trahies de Sarkozy ? Même si nous avons naturellement tendance à croire à ce que nous voulons croire, la réalité est cruelle !

Fillon demeure un politicien de seconde zone, son passé ne plaide pas pour lui. Pour "sauver la France de la ruine et du chaos", ce qu'il se propose modestement de faire, il lui faudrait quelques qualités supplémentaires. Avant même d'être élu, il commence à dire le contraire de ce qu'il avait dit, et je crains qu'une fois élu, si cela arrive, il ne finisse par manquer de promesses à ne pas tenir. Avec l'autorité qui sera la sienne suite au PénélopeGate.

Qu'un certain nombre de ménagères de 50 ans ne jurent que par lui à cause de sa tête de gendre idéal, je le comprend. Mais de là à en faire un petit saint, il ne faut pas exagérer.

Mieux vaut Fillon qu'Hamon, Mélenchon, Macron, ou Le Pen, me direz-vous ? C'est possible, mais pas certain : souvenez vous de l'histoire des deux grenouilles, l'une au contact d'eau bouillante et l'autre au contact d'une eau qui devient progressivement bouillante. C'est la première, qui a survécu.

Aussi, comme ce n'est pas certain, mais que ce qui est certain, c'est que les électeurs sont cocufiés à chaque élection, je n'irai certainement pas voter pour lui au premier tour. Au second, je ne l'exclus pas, mais ce sera sans illusions, et sous réserve qu'il fasse preuve d'ouverture à droite, pour compenser la funeste ouverture à gauche de son prédécesseur, de funeste mémoire.

pascal 20/02/2017 12:26

EXCELLENT

cricri 01/03/2017 12:49

bravo très juste

pervers 15/02/2017 15:01

Vous avez raison de défendre votre poulain de la sorte car les seuls que vous pourrez convaincre sont ceux qui sont déjà séduit par lui. Les autres seront encore plus méfiants après tant de mauvaise foi.

PS La lettre d'Ormesson n'a pas été écrite par lui.

Steph 15/02/2017 02:23

Que vous préfériez avoir un petit malfrat, mais de droite, a un gauchiste à la tête de la France, c'est votre droit.

Mais que vous vous drapiez dans du latin, de la justice, et des pages d'histoire pour masquer votre esprit partisan, ça c'est un peu fort !

Fillon joue au père la morale, mais il n'est qu'une petite fripouille, comme les autres. Et la façon dont il traite cette crise, comme la façon dont il avait traité son pugilat ridicule avec Coppé, ou la façon transparente dont l'ancien Premier ministre n'était que le petit collaborateur de Sarkozy démontre s'il le fallait encore qu'il n'a pas d'envergure politique au delà d'un hobereau de province. Vous pensiez vraiment que c'est lui, le sauveur de la France ? Laissez moi rire ! A peine élu, comment voulez vous qu'il ait une quelconque autorité ??!!

S'il avait le moindre sens des responsabilités, et le sens de l'honneur, il se serait retiré depuis bien longtemps. Au lieu de cela, il va porter la responsabilité de la défaite de la droite, dans un pays qui est largement à droite.

Votre article est pitoyable de réflexion, et insulte l'intelligence de vos lecteurs.

Edouard Boulogne 15/02/2017 02:48

ça va mieux après ce vomi? Tant mieux. Bonne nuit.

christine thomas 14/02/2017 19:35

Excellent article que je vais partager. Oui, la colère du peuple, il est temps, et cela devient urgent. Ceci dit il faut un leader, j'en propose un, Mr #François Asselineau du mouvement UPR, je vous invite à le découvrir.

jean cotten 14/02/2017 16:58

bravo formidable article

Pillonjean 14/02/2017 15:08

Très partisant.Il me semble que la vérité est tout autre. Quand un homme politique attaque sans arrêt les autres se plaçant au-dessus des autres, beaucoup plus vertueux que les autres en les critiquant sans cesse :"Vous imaginez le général De Gaulle avec des affaires...Attaquant Sarkozy,Juppé etc...Il donne dans la provocation. Ah bon tu es vraiment mieux...? et certains ont voulu fouiller...Et pour être quequ'un de plus vertueux que les autres en donnant des leçons ...Chapeau !Quand on tire le fil que découvre t'on ? Pas très reluisant et en plus il y a des mensonges, des omissions. Qui est le coupable de ce qui lui arrive ? Lui seul !!!. Les hommes politiques ne devraient jamais bâtir leurs aguments sur la critique des autres mais seulement sur ce qu'il veulent présenter eux. Voilà l'effet "boomerang" qui lui revient en pleine figure. Se rappeler d'une chose : Quand on pointe un doigt vers un adversaire, on a aussi trois doigts contre soit. Faites le geste et vous verrez. Il est facile de trouver toutes sortes de "bouc émissaire".En plus faire référence à la chrétienté...il faut en ce domaine aussi se conduire en chrétien...

carotte47 18/02/2017 18:04

Mais Fillon n'a pas "d'affaires" sauf celles crées de toutes pièces et qui vont se dégonfler quand elles ne seront plus nécessaires......Vous ne l'avez pas compris? et apprenez l'orthographe en passant.... contre soi ( et non soit)...

Pillon jean 14/02/2017 15:03

je viens de l'écrire il ne fallait pas l'effacer!!!

Yves GRISONI 14/02/2017 14:09

Une autre approche non dénuée de bon sens !

louis !arie 14/02/2017 12:02

Que de bêtises , que d'ignorance. Pour commencer Fillon s'est pendu tout seul, il est certes le bouc émissaire et paie pour les autres. De plus il est mal conseillé , si il avait la stature d'un president , l'affaire n'aurait plus d'importance. Sa société est un délit beaucoup plus important.
Quant à ceux qui ont glissé la peau de banane , regardez de plus près . Le risque Le Pen est de plus en plus réel , Fillon ou pas. C'est un mauvais candidat, Pareil pour Hamon . En revanche Macron n'est pas prêt mais il a le temps, lui.

Derail 14/02/2017 11:23

M. Boulogne que c'est il passer dans votre esprit lorsque vous avez voulu illustrer cet article en mettant la photo d'un etre humain mort lapider par des etres malveillant et sournois, comment avoir aussi peu de sensibilite face a la mort d'un etre fait de chair et d'os, le niveau de malhonnetete dont vos faites preuve en comparant cette mort ( une des pire agonie et soufrance existante) avec ce que vit M.Fillon actuellement fait horreur et donne la nausee. Je pensais que seule Mme Lepen etait capable d'une telle bassesse, je vois que je me suis tromper. Mais qu'importe pour vous les proches de cette personne sont loin et ne verrons probablement pas votre blog et tant mieux pour eux.

Emilio 14/02/2017 10:48

article null ... seulement une pauvre tentative de justifier le vol des deniers publics par quelqu'un qui prêché l'exemplarité .. et demande notre confianze de quelqu'un qui demande de teavailler 0lus aux faibles et fabrique un emploi fictif de complaisance.
Vraiement null cet article ..

JiPé 14/02/2017 01:04

C'est bien faire peu de cas du 5ième parti politique de France, l'UPR de François Asselineau que de réduire le champs des possibles aux seuls candidats Fillon, MLP et Macron. Ne comptez pas pour quantité négligeable les 16000 adhérents et les centaines de milliers de sympathisants qui se mobilisent pour réveiller les mougeons. Personne n'attendait Donald Trump, le Brexit, et pourtant les faits sont là, la pensée unique des mainstreams ne fait plus recette auprès des peuples, votre monde est en perdition, 2017 va être surprenant à plus d'un titre.

alexterieur 14/02/2017 00:19

La seule chose que le peuple veut savoir c'est : Pénélope a-t-elle fourni le travail pour lequel elle a reçu tant d'argent ??? Le reste on s'en tape le coquillard. Si oui l'affaire est réglée, si non, alors il faudra rendre des comptes !

Dayon Didier 13/02/2017 23:19

Ce texte est hallucinant de mauvaise foi ! Mais enfin qui s'est servi dans la caisse sans faiblir et a bien servi tous les siens avant d'avoir l'ambition de réduire au maximum tous les droits des petites gens ? C'est Fillon ou le grand complot mediatico-gauchiste ? Répondez donc à cette seule question avant tout autre développement hystérique et revanchard !!

francois lambelin 14/02/2017 10:12

ce qui est hallucinant, c'est votre connerie de sans-dents.....et c'est bien là dessus que comptent les socialistes.....auraient-ils raison ?

Konasch Dieter 13/02/2017 23:16

Excellent

alexterieur 14/02/2017 15:59

Connerie de sans-dents vaut mieux que couardise de sans-couilles des républicains et des socialistes ! Assumez vos exactions messieurs qui vous croyez encore les maîtres de la France !

louis !arie 14/02/2017 12:04

Comme la plupart des élus, députés, sénateurs, maires, voire ministres... Il est temps d'ouvrir les yeux aux Français.

Konasch Dieter 13/02/2017 23:15

Excellent

qui? 13/02/2017 13:42

qui? vous voteriez MLP- Marie luce penchard?

Edouard Boulogne 13/02/2017 13:44

PSC. Petit sourire en coin.

Xam CIREDERF 13/02/2017 01:52

Moi je le dis haut et fort, si le PNF doit déterminer qui doit concourir aux élections présidentielles en décidant de l'élimination du candidat de la Droite et du Centre choisi démocratiquement, alors je voterai et ferai campagne pour M.L P, avec un horizon Bleu Marine. Mais j'espère que tous les démocrates de droite oseront se déplacer et renforcer la position de M.FILLON qui sera alors élu le 7 Mai 2017. Confiance et surtout courage.

Ch.Etzol 13/02/2017 01:46

Merci au scrutateur pour les textes et commentaires d'Aline Lizotte, mais aussi de Régis Desmarais qui permettent une réflexion de fond.
En particulier le danger souligné par M.Desmarais que nos démocraties ne soient réduites qu'à des simulacres. Pour préserver notre liberté de choix et montrer aux officines que nous ne sommes pas dupes de leurs mensonges ni de leurs ricanements imbéciles, il est indispensable de maintenir notre soutien à M. Fillon pour, en temps voulu, voter pour lui.