Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

 Clio.jpg ( Clio, muse de l'histoire. Il ne faut pas trop se fier à son apparente douceur ). 

 

La semaine dernière Le Scrutateur publiait un article de M. Philippe Girard sur Toussaint Louverture.

Or ce jour, je reçois un message ( en commentaire ) de M. Jacques de Cauna, historien et docteur, dont voici la teneur :

 

« Cher Monsieur,


 Il semblerait que vous ayez été abusé par cet impudent usurpateur. Voyez mon blog ou tapez le nom de ce monsieur sur le site de Nouvelliste pour voir ma Lettre ouverte publiée dans le même
journal à la suite de cet article. La communauté scientifique historique réprouve ces pratiques et me manifeste son soutien en provenance de plusieurs pays.


J. de Cauna, docteur d'Etat (Sorbonne), CNRS/EHESS CIRESC Chaire d'Haïti à Bordeaux, Commandeur de l'Ordre National Honneur et Mérite de la République d'Haïti ».



Le lien ci-dessous renvoie au blog de M. Jacques de Cauna. Je le publie, d'abord par souci d'équilibre, ensuite parce que la comparaison des deux articles pourra être utile aux jeunes élèves des classes terminales, et aux étudiants ( débutants ) en histoire.

Utile pour réfléchir quand ils en viendront à étudier, dans le cadre de leurs programmes des questions qui ont leur importance, comme :

 

«  Y a -t-il une objectivité en histoire »?

 

Ou : «  la méthode en histoire ».

 

Ou : «  que peuvent bien vouloir dire les historiens ( même docteurs ) quand ils parlent du Tribunal de l'Histoire ». Cela arrive. ( Histoire avec une majuscule H ).

 

Ou : Méthodologie : l'enquête historique; la critique historique, externe, interne, etc.

 

A l'heure où la télévision nous présente sur tous les sujets, notamment historiques, des sommités supposées avoir fait le tour des sujets dont elles sont invités à parler ( par qui? dans quel but ? ), toutes ces questions de méthodologie ne sont pas inutiles à méditer.

 

Je remercie M. de Cauna, pour la courtoisie avec laquelle il m'a demandé l'hospitalité en vue de rétablir une « vérité » telle qu'il l'a voit. Et sans préjuger du fond de la question, n'étant pas un spécialiste de Toussaint Louverture, comme les deux docteurs.

 

Le Scrutateur.

 

Lien avec le site internet de M. Jacques de Cauna.

  :http://jdecauna.over-blog.com/

 

 

PS : «  L'histoire est le produit le plus dangereux que l'alchimie de l'intellect ait élaboré ». Paul Valéry. ( ce Post scriptum est du Scrutateur ). 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ch Etzol 09/11/2013 20:04


Les domaines scientifiques se multiplient,chacun souhaitant avoir le "label":sciences historiques,humaines,économiques,politiques,expérimentales,etc, mais les controverses se succèdent et se
ressemblent. Celle entre Luc Montagnier et Robert Gallo avait alimenté les revues médicales à partir de 1983 jusqu'à une querelle juridique franco-américaine en 1985, à propos de la
paternité de la découverte du virus du SIDA.  Après accord entre les gouvernements?, le prix Nobel de Médecine était attribué en 2008 à Luc Montagnier et Françoise Barré-Sitoussi.


 Dommage que les retombées financières aient paru plus importantes que la connaissance acquise par la recherche. Tout le monde n'a pas la passion ni l'abnégation de Lemaitre ou de
Mendel.


               


 

castets 09/11/2013 07:40


Bonjour Mr Boulogne,


Je reste pantois devant de tels cerveaux  "doctorés" ! Tout est utile certes, tout au moins on peut le croire. Mais imaginer occuper des neurones d'un telle capacité pour des missions de ce
type, me font penser qu'un Ordonnateur serait bien avisé de répartir aussi bien les tâches que les deniers. Que de futilités dans ce creuset d'intelligence supposée ! J'ai eu l'occasion
d'approcher un de ces scientifiques qui ne manquait pas d'humour, membre éminent de ce bel ensemble CNRS marseillais et qui m'avouait humblement qu'il avait paisiblement passé sa vie à chercher
dans des domaines variés sans trouver grand chose, et que les collègues dans son cas était la généralité au CNRS !


La finalité serait-elle de charcher sans jamais trouver ? Fédérer et organiser me parait bien plus essentiel.


Sans pour autant jeter le bébé et l'eau du bain, la Recherche Fondamentale gagnerait certainement à être plus transparente et surtout mieux encadrée. Nos temps sont durs et savoir ce que digérait
telle momie ou animal retrouvé intact après quelques millénaires ne me parait pas apporter une lumière indispensable à nos  difficiles vies actuelles .


Bonne journée


Cjj