Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.

 

 

a_la_loupe.jpeg

 

 

 

1.     Les Français de plus en plus adeptes des services sur Internet.

Plus de 80% des Français gèrent leurs comptes bancaires, leurs assurances et leurs crédits sur Internet. Même les opérations très complexes continuent à progresser. Ils réalisent en ligne des virements bancaires et prennent rendez-vous avec leur conseiller sur le Web. Ils apprécient principalement l'information sur les produits financiers et privilégient ce canal plutôt que les agences ou le téléphone. De même ils trouvent intéressant de pouvoir comparer les prix et ainsi que d'effectuer des simulations.

La BCE se méfie encore des banques.

La BCE n'est généralement pas particulièrement optimiste. Selon ses dernières estimations, les banques de la zone euro risquent de devoir inscrire dans leurs comptes 195 milliards d'euros de dépréciations supplémentaires d'ici à 2011. Ce chiffre particulièrement impressionnant, serait du à la seconde vague des pertes occasionnées par la crise financières et ses répercussions. Mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce ne serait pas l'impact des actifs pourris mais plutôt des provisions pour coût du risque de défaut des emprunteurs qui pèserait le plus fortement sur le bilan des banques. Avec la conjoncture économique qui est défavorable, un chômage toujours en hausse, et des marchés immobiliers instables, il est probable que les défaillances des entreprises et des particuliers se multiplieraient. C’est la raison pour laquelle la BCE reste alarmiste sur les dangers qui pèsent sur le système bancaire européen. Elle envisagerait que le risque pour les banques se développe avant tout à cause des finances publiques car les émissions massives prévues par les Etats risquent de restreindre l'accès des entreprises et des banques au marché du crédit.

Les seniors doivent s'intéresser au Web 2.0.

Si le langage du web 2.0 - deux point zéro - n'a pas de secret pour les plus jeunes qui ont grandi avec Internet, il déroute encore une majorité des seniors. Dans les entreprises, la ligne de démarcation est nette entre ceux qui sont familiers avec le jargon du Web et les autres. Sans le langage Web, il est impossible d'utiliser le potentiel commercial, marketing, communication et politique de l'Internet. Il est donc indispensable de maîtriser ce jargon pour pouvoir manager les plus jeunes collaborateurs. Si l'on n'attend pas des managers seniors qu'ils soient "au top" du langage web, il faut néanmoins qu'ils puissent comprendre les mots clefs pour surfer sur la toile, communiquer sur les réseaux sociaux et soient à même de comprendre chacun des mots. Le décryptage du Web, de ses codes et de son langage représentent donc de vrais défis pour les managers seniors. Alors chers collègues seniors, n'oubliez pas que nous avons connu la très grande évolution de l'informatique et montrons aux jeunes que nous sommes capables "de ne pas lagger" c'est-à-dire de ne pas "être à la traine" !

L'Internet mobile fait un tabac en France.

Plus de 4 millions d'abonnés à l'internet mobile surfent quotidiennement depuis leur téléphone. Si le surf depuis un mobile explose, il reste cependant très en retrait par rapport aux appels téléphoniques et l'envoi des SMS. Pourtant, le potentiel d'utilisation de la radio, la musique, la photo, la vidéo, les MMS et le GPS est immense dès aujourd'hui puisque plus de la moitié des téléphones en usage peuvent se connecter à Internet alors que seulement 29% des forfaits intègrent la toile dans leurs services. Les forfaits Internet mobile illimité devraient donc progresser très rapidement.

Un déficit record de 27 milliards pour la Sécurité sociale en 2010 !

Les prévisions dévoilées par le gouvernement devant la Commission des comptes de la Sécurité sociale affichent un besoin de financement de plus de 13 milliards d'euros pour la branche maladie, soit près de la moitié du déficit global. Celui de l'assurance-maladie est d'autant plus inquiétant que les dépenses ont déjà été rabotées. Les marges de manœuvre pour réaliser des économies complémentaires sont donc extrêmement étroites. En effet si le gouvernement a annoncé il y a quelques jours des gels de crédits pour les hôpitaux et des baisses de prix pour les médicaments, cela paraît presque dérisoire au regard de l'ampleur du trou. De plus il devrait rester aussi important en 2011 en dépit de la volonté du gouvernement d'imposer une progression des dépenses très faible. La branche retraites est aussi déficitaire, sous la barre des 10 milliards, mais elle devrait progressivement se réduire, comme ceux des autres régimes, grâce à la réforme des retraites que le gouvernement doit annoncer cette semaine.

Contrôle de l’utilisation d’Internet par l'employeur.

Un employeur a-t-il le droit de consulter la liste des sites inscrits en favoris sur l’ordinateur de bureau de son salarié absent ? La Cour de cassation, dans une affaire récente, vient de répondre par l’affirmative. En effet, les magistrats ont estimé que les favoris constituent un moyen d’accéder rapidement à un site utilisé fréquemment au travail et que par conséquent, l’employeur est libre de les consulter même en l’absence du salarié.

Doit-on exonérer de charges sociales l'emploi des seniors ?

La France est très en retard en matière d'emploi des seniors. Le taux d'emploi des 55-64 ans est l'un des plus faibles d'Europe : 39% contre 45%. Ce chiffre est peu glorieux alors que le gouvernement prévoit de reculer l'âge légal de départ à la retraite. C'est la raison pour laquelle il en a fait une priorité. Deux pistes sont avancées : l'abaissement du coût du travail et le tutorat pour former un jeune. Les entreprises seraient encouragées à garder leurs seniors en poste alors que leur coût global reste élevé. Pour baisser ce coût du travail, le gouvernement réfléchit à la mise en place d'un "zéro charges". Mais ce type de mesure a un coût élevé pour le budget de l'Etat. De même, l'efficacité de ces exonérations n'est pas avérée car il n'entrainerait pas obligatoirement des créations d'emploi. A suivre...

Après la génération X, voici la Génération Y.

Inventée en 1993 par le magasine Advertising Age, l’expression "Génération Y" désigne les personnes nées entre 1978 et 1994. Ils sont aussi appelés les "Echos Boomers" en référence au fait qu’ils sont des enfants des "baby-boomers". Les américains utilisent également l’expression "Digital Natives" pour pointer le fait qu'ils sont nés avec un ordinateur dans les mains. En France, la génération Y regroupe environ 13 millions de personnes soit près de 20% de la population. Il s’agit de la génération la plus importante depuis celle du baby-boom. Cette dénomination est essentiellement valable pour les pays occidentaux avec des caractéristiques communes pour ceux des pays d’Europe de l'Ouest. Dans la plupart des cas, seuls leurs grands-parents ont connu la seconde guerre mondiale. L'appartenance européenne leur a toujours été inculquée et beaucoup ont participé aux programmes d'échanges européens. Ils étaient jeunes lors de la création de l'euro et ils ont peu été marqués par le rêve américain. Cette génération a grandi devant la télévision et a vécu l'arrivée des séries japonaises. Elle est plus à l'aise que les précédentes dans l’utilisation des technologies de l'information, de la communication et donc Internet. D'ici 2015, la génération Y devrait représenter 15% de la population européenne et 40% des actifs en France.

 

Henri Pauvert.

 

  1.  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article