Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.

 

 

a_la_loupe.jpeg

 

1.     Attention aux nids-de-poule !

L’hiver qui s'est achevé a été très rigoureux et n'a donc pas été tendre avec les routes et autoroutes. Les nids-de-poule se comptent par milliers et coûteront donc très chers pour être rebouchés. L'Etat, les départements, les communes et les autres organismes responsables du réseau routier, des rues et des voies communales devront supporter les plus grosses dépenses de remise en état. Mais est-ce seulement cet hiver qui est responsable de ces détériorations ? Depuis plusieurs décennies, on constate une dégradation du réseau routier car l'entretien des rues des villes et villages laisse à désirer. Les impôts locaux ont augmenté mais l'entretien a diminué de façon significative au grand bonheur des vendeurs de pneumatiques et autres garages. Des jantes pliées, des crevaisons en tout genre, des suspensions et des amortisseurs endommagés, les nids-de-poule ont des effets dévastateurs sur nos voitures. Cela pourrait faire des emplois pour les chômeurs, mais le problème reste posé car les organismes préfèrent privilégier des projets plus rémunérateurs en termes de voix électorales !

2.   Le coût des banques.

Selon une enquête de l'association des consommateurs, les frais bancaires devraient diminuer de 5% en 2010. Une agréable surprise qui cache de nombreuses disparités. En effet la potion s'avère plus amère que l'on pourrait le penser car il existe des écarts importants entre les différents réseaux bancaires et les régions de France : des frais du simple au triple avec une palme particulière pour les DOM-TOM ! De même les services les plus fréquemment utilisés par tous les Français et donc par les plus modestes sont souvent les plus chers. Ainsi les frais sur les incidents de paiements grimpent de façon substantielle dans certains réseaux tout comme les opérations liées aux cartes bancaires. N'oublions pas que même si les carnets de chèques restent gratuits en France, avec le système des jours de valeurs, les banques restent les plus chères d'Europe. De même, n'oublions pas que les banques restent les seules entreprises qui gagnent de l'argent quand elles sont fermées, grâce aux jours de valeur. Cette situation devrait perdurer encore longtemps et ne devrait changer que lorsque la concurrence aura fait son apparition dans ce secteur. De même, le développement des services en ligne sur Internet devrait entraîner la suppression des dates de valeur quelque soit le jour ou se fera l'opération.

3.   Attention au développement des cartes de fidélité !

Si nous pensons que l'ajout d'une nouvelle carte de fidélité dans notre porte-monnaie ne change pas grand chose, il faut cependant rester prudent car ces "petits bouts de plastiques" accordés en quelques minutes par les grandes enseignes cachent souvent des risques. En effet, ce sont souvent des moyens de mieux connaître vos habitudes d'achats mais aussi des cartes de crédit. La plupart des grandes enseignes proposent à leurs clients des programmes de fidélité qui, à première vue, ne présentent rien de bien dangereux. La présentation qui est souvent faite met en valeur la capacité que vous avez de cumuler des points qui donnent droit à des réductions ou à des offres promotionnelles. Alors pourquoi s'en priver surtout que parfois cette carte permet aussi de payer en plusieurs fois sans frais. Mais ce que l’on oublie de vous dire c’est que ce plastique est aussi une carte de crédit qui permet d'avoir une réserve de crédit accordée par un organisme de crédit pour laquelle le détenteur de la carte peut piocher quand il le souhaite, ce qui semble très agréable ! Grâce à la connaissance de vos habitudes d'achats, l'enseigne vous adresse des publicités très alléchantes qui vous incitent à venir dépenser. Alors vous êtes tenté d'utiliser votre réserve de crédit. Sauf que les intérêts payés sont exorbitant, entre 15% et 20%, calculés à chaque retrait : plus le crédit est utilisé et plus les intérêts pèsent sur la mensualité de remboursement qui, si elle est faible, prolonge la durée du crédit et son remboursement qui s'allonge. Ainsi l'utilisateur est piégé et finit par payer plus d'intérêts qu'il n'a emprunté d'argent. Alors méfiez-vous et avant de signer pour ce "bout de plastique", interrogez le vendeur sur la nature de la carte de fidélité et sur les avantages auxquels elle vous donne droit. Ainsi vous éviterez de gros ennuis à terme

4.   La Poste SA, une entreprise en pleine mutation.

Depuis mars dernier, la Poste est devenue une société anonyme à capitaux publics c'est-à-dire qu'elle peut maintenant ouvrir son capital à des personnes morales appartenant au secteur public. C’est ainsi que la Caisse des Dépôts a rejoint l'Etat comme actionnaire pour mettre 2,7 milliards d'euros au capital de la Poste, manne bienvenue dans un groupe déjà endetté à hauteur de 6 milliards d'euros. L'ouverture à la concurrence devrait entraîner une baisse inéluctable de l'activité courrier qui pourrait être compensée par le développement de la Banque Postale et de nouveaux métiers comme le colis et les envois express. De même la Poste devrait poursuivre la modernisation de ses centres de tri, de ses bureaux de poste et aussi s’ouvrir à de nouveaux services. La Poste entre dans une nouvelle ère de gestion mais devra bien négocier ce virage et permettre que ses clients puissent être servis plus rapidement sans les interminables queues qu’ils connaissent aujourd’hui...

5.   Comment aider les enfants à se méfier du Net.

Les enfants qui surfent sur Internet sont de plus en plus jeunes. Leurs parents, même les plus au fait des nouvelles technologies, ne soupçonnent pas les risques auxquels ils sont exposés : 50% des enfants de moins de 10 ans ont un profil sur Facebook ! Or à cet âge, on n'a pas vraiment conscience des dangers du web et les enfants ont l'illusion que le virtuel n'a aucune conséquence sur le réel. Ainsi la toile devient plus dangereuse que la rue par exemple en ce qui concerne les risques de pédophilie. Alors, chers parents, que faire? 1. Installez un logiciel de contrôle parental qui permet d'enregistrer des mots pour lesquels l'enfant ne pourra pas tomber sur des sites qui les proposent. 2. Discuter avec eux de leurs activités sur le réseau Internet en installant une relation de confiance avec eux et en évitant de les juger sur leurs accès. 3. Expliquer aux enfants que la Toile est un lieu public fréquenté par toute sorte de personnes qui sont des inconnus pas toujours bien intentionnés. 4. Installer l'ordinateur dans une pièce utilisable par tous afin d'avoir un œil sur le temps que passent les jeunes têtes blondes et brunes sur ce réseau magique pour eux.

 

Henri Pauvert.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article