Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

a_la_loupe.jpeg

 

 

1.  L’accord historique pour sauver l'euro.

Sous une forte pression de la part des marchés, les dix-sept pays de la zone euro sont parvenus à finaliser un accord sur la gouvernance de la zone euro. Si le texte final traite du cas grec, il présente surtout de nouveaux outils de stabilisation de l’euro et de lutte contre la spéculation. Il annonce aussi une accélération de la réforme de la gouvernance de la monnaie unique de la zone. La participation du secteur privé au nouveau paquet d'aides prendra la forme d'une boîte à outils ''à la carte'' et représentera jusqu'à 135 milliards d'euros d'ici à 2020. C'est principalement un accord franco-allemand, conclu entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy qui a permis d'aboutir au compromis. Le FESF, Fonds européen de stabilité financière, créé en 2010 se voit ainsi doté de nouvelles compétences dans le cadre d’un fonds de secours européen, une entité capable d'intervenir sur les marchés pour réguler les mouvements spéculatifs, soit de manière préventive, soit pour les pays en difficultés via des rachats d'obligations sur le marché secondaire. Tous les pays qui sont hors du programme d'assistance devraient en outre s'engager à abaisser leur déficit public en deçà des 3% du PIB d'ici à 2013.

2.   La ''règle d'or'' : une nécessité.

L'appel du président de la république pour une union sacrée afin de remettre en ordre les finances publiques de la France avec la mise en place de la ''règle d'or'' a, bien évidemment, pris un tour polémique. Cette "règle d'or", prévoit d'instaurer une "loi-cadre" avec l’objectif d'équilibrer les comptes de la France sur plusieurs années. Elle prévaudrait sur les lois de finances et de financement de la sécurité sociale et serait votée tous les ans. Les deux favoris de la primaire socialiste à la présidentielle de 2012, François Hollande et Martine Aubry, ont dénoncé chacun de leur côté une opération de communication du président concernant sa proposition qui imposerait à tous les gouvernements de limiter les déficits publics. De nombreux autres responsables de gauche, tout comme Marine Le Pen et quelques autres hommes ou femmes politiques considèrent que le président utilise des artifices de communication pour se faire passer pour un gestionnaire vertueux. Certes, le président de la république profite de la situation, mais peut-on lui reprocher de vouloir mettre en place une règle qui permettrait un retour à l'équilibre des comptes publics. Depuis plus de trente ans nos gouvernants, pour se faire élire, ont pris l’habitude de nous faire vivre au dessus de nos moyens. Il est impossible de croire qu’un ménage, une entreprise ou un pays puissent éternellement vivre à crédit sans qu’un jour une catastrophe ne se produise : les grecs en savent quelque chose. Tout politique qui ne prendrait pas en compte cette règle ne devrait pas être digne de se présenter à une élection, quelque soit sa nature.

3.  L’arrivée du Smartphone ringardise le téléphone mobile.

Selon le cabinet marketing GfK, l'année 2011 devrait voir le Smartphone dépasser le téléphone mobile en termes de ventes. On constate un plébiscite du grand public pour la nouvelle génération de ces terminaux dits ''intelligents''. Désormais sur dans les boutiques de tous les opérateurs, les Smartphones sont proposés à des tarifs défiant la concurrence pour toute souscription d’un forfait mobile et l’iPhone fait un tabac avec près de 5 millions d’appareils vendus.

4.  Trop de mails tueraient le mail.

Le bon vieux courrier électronique, ou e-mail ou courriel perd de son intérêt. Inventé dans les années 1970, il ne se passe pas une semaine sans qu'il subisse des attaques violentes et frontales. S’il a explosé à la fin des années 1990, avec la percée d'Internet dans le grand public et chez les professionnels, il est vu aujourd’hui comme un frein à la bonne communication. Si à l'origine, le courriel était utilisé comme un moyen d’échange entre deux individus, il a largement débordé ce cadre. Certes, il permet d’envoyer une information de façon instantanée à une multitude d’interlocuteurs mais il est très mal utilisé et aucun tri n’est fait entre le décisionnaire et ceux qui le reçoivent pour information. De plus les gens répondent en incluant tous les récipiendaires, sans tri et à la fin, on ne sait plus où l'on en est car il peut y avoir mes milliers d’échanges les uns en dessous des autres. Ainsi dans beaucoup d'entreprises, le temps consacré à trier, répondre ou supprimer ces messages électroniques ne cesse de croître au fil des ans. Certains salariés passent plus d’une heure par jour pour traiter les centaines mails reçues, sans compter les spams. De plus maintenant avec l’arrivée des Smartphones, les détenteurs sont à pied d’œuvre 24 heures sur 24. Le déploiement de Facebook et autres réseaux sociaux change la situation en entraine un bouleversement dans les modes de communication. Echanger à plusieurs, ''tchatter'', partager de l'information, des photos, des vidéos, donner son avis, permettent de retrouver un usage plus agréable du courrier électronique car tout se passe de manière plus fluide, plus conviviale et plus organisée. Mais ne risque-t-on pas de se retrouver dans quelques années dans la même situation que pour le mail, le mobile ou le SMS ? Tous ces moyens de communication doivent être utilisés ''avec modération'' sans empêcher les rencontres face à face.

5.  Près de ¾ des grands groupes prêts pour le ''cloud''.

Petit rappel, le ''cloud computing'', en français l’informatique en nuage ou informatique virtuelle est un concept qui consiste à déporter les traitements informatiques sur des serveurs distants interconnectés. Les utilisateurs et les entreprises ne gèrent plus leurs serveurs informatiques mais peuvent accéder de manière évolutive à de nombreux services en ligne sans avoir à gérer l'infrastructure souvent complexe. Les applications et les données ne se trouvent plus sur un ordinateur local, mais dans un nuage composé d'un certain nombre de serveurs distants. Les grandes entreprises françaises sont prêtes à passer au ''cloud computing'' privé et non pas public car elles sont soucieuses de protéger leurs informations. De plus elles disposent de leurs propres infrastructures. Ayant de grands besoins pour la consolidation, le ''cloud'' leur permet une mutualisation des ressources informatiques.

6.  France, pays ou l’électricité est la moins chère du monde.

Malgré les récentes hausses de prix, la France reste un des pays où la facture d'électricité des entreprises est la moins élevée du monde. Selon une étude internationale réalisée par le cabinet NUS Consulting un client industriel français paye son électricité 6,70 centimes par kilowattheure en moyenne, alors qu’un industriel allemand la paye 12,94 centimes, près du double. Même la hausse moyenne des prix de 10% imposée aux entreprises en un an pourrait passer pour négligeable au regard des augmentations recensées à l'étranger : entre 20 et 30%. Il en est de même pour les consommateurs qui bénéficient d’une électricité peu chère grâce au nucléaire. Mais la tendance des prix est à la hausse et directement imputables aux troubles du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, de même qu’à la crise nucléaire japonaise et à la hausse des produits pétroliers. Ceci s'observe également pour les autres types d’énergies.

7.  La ''deuche'' fait son show !

Jusqu’au dimanche 31 juillet, la ville de Salbris, en Sologne, a accueillie la 19èmerencontre mondiale des amis de la Citroën 2CV. Pendant 42 ans, la ''deuche''a fait son cinéma sur les routes du monde entier. J’ai même vu, en 1973, une 2CV sur une autoroute américaine ! C’est à l’aube de la seconde guerre mondiale qu’elle est née mais c’est après la fin de la guerre que le rythme de conception s'est accéléré. Le 7 octobre 1948, au salon de l'automobile, Citroën a présenté la 2CV type A. La longue carrière de la 2CV a lors commencé et, dans les années 60, la possession d'une 2CV est devenue un signe d'appartenance. En près d’½ siècle de commercialisation, Citroën aura construit et vendu plus de 5 millions de 2CV. Symbole d'une époque, mais aussi d'un certain art de vivre, la 2CV compte toujours de nombreux passionnés qui prolongent son histoire et organisent des rassemblements partout. Qui n’a pas possédé ou conduit une 2CV ? Et pourquoi Citroën ne construirait-elle pas une ''new 2CV'' ?

 

Henri Pauvert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article