Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Une semaine à la loupe.

 

a_la_loupe.jpeg

 

 

1.  Les profits indécents des sociétés du CAC40 !

Pour les grands groupes, la crise semble n’être qu’un lointain souvenir car le bilan de leurs résultats est plutôt flatteur pour 2010. Les stars de la cote ont enregistré, globalement, presque 80 milliards d'euros de profits. Il faut se réjouir de cette situation sauf que deux problèmes se posent. Tout d’abord la majorité de ces profits se font à l’extérieur de la France ou les conditions économiques, financières, sociales et fiscales sont plus favorables. De plus, ces profits sont réalisés, le plus souvent, au détriment des forces vives c’est-à-dire des salariés. La crise a révélé la nécessité pour les gouvernements de tous les pays d’aider certains pans entiers de l’économie, comme les banques qui elles aussi, sortent des profits importants. D’un autre coté, les TPE, les PME et les moyennes et grosses entreprises souffrent toujours de la crise. Ne pourrait-il pas être envisagé que l’ensemble du monde économique de la planète se mette d’accord pour se soutenir et utilisent les profits, un peu indécents, pour maintenir l’emploi ! Voilà une idée à développer au cours du prochain G20. Les dirigeants de plus de 80% du commerce mondial seraient-ils prêts à faire passer l’intérêt général devant les intérêts particuliers : Je n’y crois guère mais on peut toujours rêver…

2.  A quand la Journée du caleçon !

Comme chaque année, la journée internationale de la femme a voulu nous donner de bonnes idées pour améliorer le sort du sexe féminin. On nous a asséné une quantité de chiffres pour nous expliquer que les choses s’amélioraient et que les différences de salaires entre les hommes et les femmes sont derrière nous ce qui reste faux. Laurence Parisot a même eu l’idée saugrenue de donner aux hommes le même congé naissance que les femmes pour qu’ils puissent s’occuper de leur enfant : On rêve, une patronne des patrons qui d’un coôé trouve que les charges sociales sont trop élevées mais qui de l’autre propose, de façon démagogique, de les accroitre ! Ce à quoi des femmes expliquent, à juste titre, qu’il serait préférable que le congé maternité soit plus long : plus de seize semaines serait mieux pour le bien être de l’enfant. Mais dans les deux cas, qui paye ? Les femmes sont majoritaires dans notre pays et ont, de plus en plus, un haut niveau de cursus. On peut envisager qu’un jour les hommes soient dominés par les femmes qui imposeraient leur dictat. Pourquoi pas alors la nécessité d’envisager une journée des hommes que l’on pourrait nommer ''la journée du caleçon'' ! Plaisanterie mise à part, et pour accroître plus vite la parité, ne serait-il pas possible d’envisager de former les petits garçons, dès la maternelle, au partage des rôles de la vie familiale. Cela couterait moins cher, éviterait de créer une nouvelle journée spécifique et aurait l’avantage d’apprendre au futur conjoint qu’il n’est pas moins viril que ses futurs collègues en passant l’aspirateur, en préparant le repas ou en se levant la nuit pour soigner l’enfant malade. Ce serait une excellente façon de rééquilibrer les rôles dans la famille et de faire avancer la parité à la maison mais aussi dans l’entreprise car ce deviendrait la norme. Autre avantage, le jeune garçon aurait une action de formation vis-à-vis de son père.

3.  Le secteur High Tech, locomotive de l’emploi des cadres.

Le marché de l’emploi des cadres dans l’informatique est entrain de retrouver du tonus. La crise étant derrière, les entreprises recommencent à investir ce qui va profiter à la population des cadres informatique car elles auront besoin de développer des applications et donc de faire travailler les SSII. Selon les intentions d’embauche des entreprises, les informaticiens pourraient se voir proposer un peu plus de 30.000 postes de cadres. C’est aussi une bonne nouvelle pour les jeunes diplômés qui pourront retrouver un certain attrait pour les employeurs. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines années, toutes fonctions confondues.

4.  La refonte de l'ISF.

Un ''big bang'' fiscal n’aura pas lieu car il ne peut pas être envisagé à la veille d’une élection présidentielle. Le gouvernement ne peut réaliser qu’un toilettage de l’ISF, alors qu’une réforme fiscale globale serait nécessaire. Seule certitude, le bouclier fiscal, mal compris par les Français surtout avec la crise, a disparu ce qui rapportera environ 700 millions d’euros au budget de l’État et enlèvera à l’opposition un de ses chevaux de bataille. La priorité de la réforme envisagée pour l’ISF est de sortir de l’imposition sur la fortune les quelques 300.000 foyers qui y sont entrés depuis dix ans à cause de la flambée de l’immobilier. Deux options semblent en balance : 1. Un impôt sur l’enrichissement qui serait réservé aux patrimoines supérieurs à 1,3 million d’euros avec un taux de 15 à 20% sur la variation de la valeur du patrimoine. 2. Un impôt réservé aux très riches patrimoinesavec un barème de taux simplifié, deux taux au lieu de six aujourd'hui, et qui exclurait les contribuables entrés dans l'impôt par suite de la flambée de l’immobilier. Une question reste cependant en débat : jusqu'où aller dans le détail présenté publiquement avant les élections cantonales, afin de ne pas fâcher une partie de l'électorat. A suivre…

5.  Marine, Nicolas, Martine et les autres…

Le sondage réalisé par l'institut Harris Interactive pour Le Parisien Dimanche a fait couler beaucoup de salive et a fait beaucoup discuter dans les états-majors de l'UMP, du PS mais aussi d'Europe Ecologie et bien d’autres… Les médias ont beaucoup glosé durant la semaine passant leur temps à débattre du ''sexe des anges'' occultant quelques peu les autres problèmes, bien plus importants de la planète. L'institut en a remis une couche dans la semaine en intégrant les autres candidats du PS, notamment DSK. Ouf, si c’est Dominique Strauss Kahn, Marine serait out. C'est fantastique de voir certains politiques qui remettent généralement en cause les sondages être très inquiets de voir Madame Le Pen leader du premier tour. Nous sommes à plus d’un an des présidentielles et des sondages que l’on balaye généralement d’un revers de main dérangent ceux qui en usent et en abusent à longueur d'année : il faut bien faire vendre ! Rappelons qu’un sondage est une enquête menée auprès d’un échantillon d’une population étudiée. Celui-ci a été réalisé auprès de 1.618 personnes âgées de 18 ans et plus. Les Français seront près de 45 millions à être appelés aux urnes en 2012 ! J’ai tendance à penser que les Français, qui sont de joyeux drilles, s’amusent à faire saliver les politiques et les médias. Mais la droite et la gauche devraient cesser de jouer au chat et à la sourie et mieux expliquer la situation de notre pays dans le concert des nations. Les Français sont inquiets et la gauche ne propose aucune alternative cohérente à la droite sauf à faire prendre des vessies pour des lanternes. Madame Le Pen ne propose rien sur le plan économique. Or une grande partie de notre avenir se joue sur ce secteur et non pas sur celui de l’immigration, qui inquiète les Français et qui est un tableau de chasse flatteur pour la famille Le Pen. Ceci dit, le score de Madame Le Pen dans ce sondage montre qu’il y a un grand malaise dans la société française qui ne doit pas être occulté. Avait-on besoin de ce sondage pour s’en rendre compte !

6.  Le risque des botnets.

Les botnets sont des réseaux d’ordinateurs infectés qui sont pilotés à distance par des cybercriminels pour lancer des campagnes de spam et des attaques massives contre des portails d’entreprises. Ils diffusent aussi des malwares, logiciels malveillants développés dans le but de nuire etsont destinés à voler des données personnelles stockées sur des ordinateurs contaminés. L’Agence de cyber-sécurité de l’Union européenne, vient de publier un rapport sur les menaces exercées par ces botnets. Ce rapport met en exergue de bonnes pratiques pour attaquer les botnets sur tous les fronts. L’ensemble des propositions couvrent les aspects juridiques, politiques et techniques de la lutte et donnent des recommandations ciblées en direction des différents publics concernés pour lutter contre les réseaux de ces ''ordinateurs zombies''. Si ces mesures de défense s’adressent surtout aux autorisées des Etats membres, elles visent aussi à encourager les utilisateurs et surtout les entreprises pour qu’ils protègent leurs ordinateurs en intégrant des programmes de notification par les fournisseurs d'accès à Internet.

Henri Pauvert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caraibe 17/03/2011 03:03



Bonsoir,


Bien sur que ces aberrations sont inacceptables, comment comprendre que Total, par exemple, fasse des bénéfices outranciers alors que la forte part de la population
n'arrive plus à aller sur leur lieu de travail. Comment voulez vous que ca marche. L'elimination par le portefeuille !


Qu'une entreprise gagne beaucoup, enormement d'argent, ne me pose pas de probleme en soie (faute pour la douceur) mais pourquoi, licencier des personnes fragiles économiquement au nom du "plus de
profits". (cas de bernard arnault, avec une minuscule), cet homme gagne des plusque fortunes, pourquoi licencier, pour gagner plus ( j'ai deja entendu ca quelque part) , pour valoriser sa
societé, ok, mais il a les moyens financiers pour faire autre chose. Il a des moyens collossaux. Ok pour les investisseurs, mais il faut que cela soit ok pour ces ouvriers qui ont tout donné et
qui se retrouvent sur le carreau.


Il y a une mentalité generale et globale a changer.


dans ce commentaire je ne reagis qu'au premier paragraphe, je reviens pour les autres plus tard,


merci pour votre blog