Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

big-brother-is-watching-you.jpg( "Big Brother is wayching you." Big Brother vous surveille. Big Brother est un symbole, plus qu'une personne. Le symbole, apparemment bienveillant, du maître le plus impitoyable. Comme dans le film Matrix. C'est aussi l'un des personnages centraux du roman capital de Georges Orwell, que tout lecteur du Scrutateur devrait avoir lu, au moins une fois. ). 

[ Le pire, des dangers qui nous menacent présentement, c'est l'aboulie – ( c'est-à-dire l'avachissement de la volonté, des caractères ) mais aussi l'obturation de l'intelligence. Ceux qui, sous le masque de ce qu'ils appellent la démocratie, veulent nous gouverner, savent que la meilleure de leurs armes est la démobilisation des citoyens, des vrais, de ceux qui pensent vraiment, réellement, obstinément, de ceux qui, quand – par exemple ils votent, ne votent pas seulement, mécaniquement, pour « la gauche », ou pour « la droite » ( termes qui, à force d'habitude, finissent par n'être plus que des stimuli pour gens parfaitement dressés, et dont les déterminations ne procèdent plus d'une vision intérieure, de la patrie, et de principes politiques, mais surtout moraux et spirituels ), mais pour des slogans qui ne sont, le plus souvent que des artefacts, dont les inventeurs cyniques, qui sont les mieux placés pour n'y pas croire, puisqu'ils sont destinés, sous prétexte d'amour de la démocratie, de l'humanité et des « dwas » de l'homme, à nous faire marcher « droit », c'est-à-dire dans le sens voulu par la nouvelle caste des « maîtres », dont le siège est partout, et l'incarnation nulle part.

« Des bêtes, ce serait si simple » fait dire Jean Anouilh à Créon dans son Antigone. Quel merveilleux moyen de régner tranquillement, que de transformer les habitants de la Cité en moutons, parfaitement dressés, sous la surveillance de chiens de garde.

Longtemps il a fallu se résigner à « gouverner ». Il fallait compter avec la rétivité des peuples, avec des principes transcendants, identifiés par des religions et des philosophes, qui venaient nourrir la sensibilité populaire.

Grâce au « progrès », notamment au progrès technique, on a sinon supprimé les problèmes, et les principes qui nous distinguent des bêtes, en tout cas, surtout dans les pays « développés » supprimé (disons, pour l'instant, « infléchi », en attendant mieux ) leur appréhension par la conscience des peuples.

Ah! la généralisation de l'école «  gratuite? Laïque ? Obligatoire! «  Certes!

Mais l'école est souvent devenue l'instrument d'une soumission aux mots d'ordre d'une CASTE, d'autant plus redoutable que ses membres veulent persuader qu'ils sont libérateurs, quand ils ne sont, ces mots d'ordre, que les slogans du parti de la soumission, slogans pervers puisqu'ils asservissent en même temps qu'ils s'affirment comme libérateurs. Ah ces milliers de petits ( et grands, ou plutôt vieux )  « zindignés », qui braillent à nos oreilles, tous les jours sur toutes les radios-TV, pour mieux imprimer les « vérités qu'il faut croire », selon le principe fermement établi par le Big Brother d'Aldous Huxley : «  un mensonge, dix mille fois répété, devient une vérité ». Du moins pour les paresseux, pour ceux qui ne s'intéressent à rien, qui ne font pas de politique ( et font dès lors la pire des politiques ), qui ne veulent pas « se prendre la tête avec tout çà », qui considèrent le fait religieux comme une vieille illusion aliénante, et dès lors mettent toutes les religions sur le même plan, font de l'Eglise catholique un repère pour pédophiles en tous genres, et ne s'indignent pas qu'on la traite, comme on traite n'importe quoi, mais sont prèts à descendre dans la rue, sinon ( pas encore ) pour devenir musulmans, du moins pour défendre l'Islam contre le « racisme » des Français, au nom des « dwas » de l'Homme.

Pauvre peuple! Pauvre peuple français notamment, objet plus particulier de la vindicte doucereuse des «  grands inconnus » qui nous gouvernent ( à notre insu ), et d'autant plus qu'il a si longtemps porté ( peut-être même avant 1789, disent des « esprits furieusement réactionnaires ». réacs! Qu'ils disent, monsieur le commissaire! Qu'ils disent! ) le flambeau de l'esprit ( Esprit? ), et la chrétienté, si ...emmerdante aux puissants émasculateurs, malgré, parfois, des apparences contraires.

Faut-il s'incliner, s'abaisser, se soumettre? Que nenni!

Jamais, car je ne veux pas être trop long, ( il y a aussi, et davantage, à lire Calwell ) je n'ai jamais autant ressenti qu'en ce moment la beauté, et la profondeur des propos du général de Gaulle à la fin de ses Mémoires de guerre : « Vieille France, accablée d'Histoire, meurtrie de guerres et de révolutions, allant sans relâche de la grandeur au déclin, mais redressée de siècle en siècle, par le génie du renouveau ».

 

Edouard Boulogne.

 

Dites ce que vous voulez du christianisme! De préférence, traînez-le dans la boue. On ne vous fera rien, on ne vous dira rien. Ou plutôt vous serez traité en héros ( et hérault ) d'une laïcité qui, trop souvent est le masque d'un laïcisme qui se déguise.

Prenez garde, pourtant, à ne pas faire la même chose en ce qui concerne...l'islam.

Monsieur le maire de Paris vous traiterait en paria, en fasciste, en « intégriste » catholique.

Pourquoi? La lâcheté y a sa part, car les musulmans eux ne sont pas très commodes, et, dans certaines limites, c'est à leur honneur.

Mais certains de nos maîtres masqués, poursuivent un autre but. Dans « l'esprit » de ces gens là, la réduction de l'islam viendra. Chacun son tour, et c'est une des conditions de l'augmentation à l'infini de leur pouvoir. «  Des bêtes, ce serait si simple ».

Pour l'instant, question de tactique, il s'agit d'utiliser l'islam comme bélier, pour achever ce qui reste de chrétienté. C'est-à-dire de la « France éternelle », dont parlait de Gaulle dans un discours célèbre d'août 1944, à l'Hôtel de ville de Paris.

« Veilleur où en est la nuit »? comme il est crié au début de l'Agamemnon d'Eschyle.

Nous sommes quelques-uns, dans la nuit, à répondre.

Christopher Caldwell, dans une interview récente au Figaro, apporte le réponse du scrutateur de nuit, aujourd'hui, ce 29 septembre 2012.

LS.

 

 



Le Figaro a interviewé Christopher Caldwell, journaliste américain, dont le livre « Une révolution sous nos yeux ; Comment l'islam va changer la France et l'Europe» qui vient de sortir en France.

Quelques extraits :

« L'immigration, quelles que soient les circonstances historiques,  produit toujours des conflits économiques, sociaux ou culturels.
La diversité n'est pas une richesse comme le proclament certains politiques  de gauche comme de droite
lorsqu'elle est subie.


« Aux États-Unis, nous connaissons aussi le phénomène de l'immigration.  La grande vague migratoire, au cours des dernières décennies, a surgi du Mexique, d'Amérique centrale ou d'Amérique du Sud.
Or cette culture n'est pas étrangère aux États-Unis, pays qui compte depuis l'origine une forte minorité catholique.
 Les gens qui viennent d'Amérique du Sud sont très pauvres, mais
leurs références et leurs façons de vivre sont à peu près similaires à celles des Siciliens, dont descendent la grande majorité des citoyens italo-américains.
 Avec nos immigrés, nous n'avons donc pas un problème culturel comme vous, car
ce sont des judéo-chrétiens et nous aussi. L'islam est une culture religieuse qui veut structurer la société

Est-ce compatible avec la tradition européenne ?
Non.
 
La France va imploser dans 15 ou 20 ans dans le sang et les larmes. 
C'est maintenant
irréversible. sauf.... 
 
Tous vos dirigeants, hormis De Gaulle, n'ont pas été responsables et visionnaires.
Aujourd'hui, ceux qui gouvernent la France n'ont pas la
capacité à réagir face à ce drame programmé. 
D'autres demain vont se plier aux exigences des islamiques et vont
collaborer

-cole-musulmane-295x190
 
Vous subirez la Charia.
« Vous me demandez en quoi l'immigration en Europe concerne les Américains. Ce n'est pas pour en tirer des  leçons pour les États-Unis, car la situation est très
différente.
En fait, les Américains s'y intéressent pour des raisons géostratégiques : leur interrogation porte sur les populations non assimilées de l'Europe, vues comme des
sources potentielles de terrorisme ou d'antiaméricanisme..
« Dans une démocratie, il faut partager des règles.
Or
deux cultures incarnant des visions différentes du monde ont du mal à s'accorder sur de telles règles. 


Cela ne veut pas dire qu'il est impossible d'y parvenir, mais que c'est difficile
Verrons-nous un jour un féminisme musulman ? Je ne sais pas. Ce que je sais, aujourd'hui, c'est que
la conception occidentale de la femme ne s'accorde pas avec la conception arabo-musulmane de la femme.
Ce sont les mêmes problèmes qui reviennent d'une manière ou d'une autre (partout en Europe).
Pour commencer,
l'intégration des immigrés s'apparente globalement à un échec.
Et les mêmes questions sont posées partout : les taux de chômage et de délinquance supérieurs à la moyenne  dans les quartiers peuplés de migrants, les revendications concernant les prescriptions alimentaires islamiques, les demandes de séparation des sexes à l'hôpital ou dans les activités sportives, la recherche d'interlocuteurs musulmans modérés.
Quand on voyage d'un pays européen à l'autre, comme je l'ai fait pendant plusieurs années, on entend les  mêmes préoccupations, les mêmes mots,  et jusqu'aux mêmes
blagues...
Quand vous allez vous réveiller il sera trop tard


Si l'on cherche une différence entre pays européens quant au traitement de l'immigration, elle est précisément là :
en France, la parole est verrouillée, contrairement à la Grande-Bretagne , l'Italie ou  l'Allemagne.
Pierre-André Taguieff a raison quand il évoque l'idéologie de l'« immigrationnisme ».
Chez vous, il est presque
illégal d'avoir une réflexion négative sur un phénomène qui, comme tout fait de  société, ne devrait pas échapper  à l'esprit critique.
La France va  payer très cher son "politiquement correct".
Ce qui m'inquiète pour vous, c'est que la situation européenne commence à ressembler au
problème racial qui a longtemps empoisonné la vie américaine.
Cela ne veut pas dire qu'il n'existe aucune solution pour l'Europe, ni que deux groupes ethniques ne peuvent pas travailler ensemble pour bâtir quelque chose qui soit mutuellement satisfaisant.

 
- multiculturalisme en Hollande,
- laïcité en France,
 -laisser-faire en Grande-Bretagne,
- pointillisme constitutionnel en Allemagne,
 ce problème existe dans tous les pays européens.
C'est avec l'islam et l'immigration que l'Europe a un problème et non avec l'usage impropre de certains moyens mis en place pour le traiter.
Il est sûr que l'Europe sortira changée de sa confrontation avec l'islam.
Il est bien moins sûr que ce dernier se révèle assimilable.
Pour l'heure, l'islam est en meilleure position pour l'emporter à la fois
démographiquement, c'est une  évidence, et philosophiquement,  même si cet avantage paraît moins net.
Quand une culture peu sûre d'elle, malléable et relativiste, rencontre une culture ancrée, confiante et renforcée par des doctrines communes et surtout religieuses, c'est généralement la première qui change pour s'adapter à la seconde car elle a perdu les moyens de réagir.


Il n'y que le
nationalisme qui pourra vous sauver ; la guerre en ex-Yougoslavie en est un exemple.
 
Les musulmans, craintifs et soumis lorsque qu'une autorité les domine, n'imposeront pas leur manière de vivre à celle-ci, à l'instar de chez vous.

Allez visiter la Croatie, la Serbie ou bien, plus près de chez vous, la Corse. Pourtant dans cette île, ils représentent 10% de la population autochtone et n'inquiètent pas outre mesure les Corses.
N'oubliez pas que ces trois peuples, comme par hasard, était les seuls en Europe à se libérer du joug nazi sans
 l'aide de personne. Il en est ou sera de même avec l'occupation musulmane car le patriotisme est leur  ciment.
On dit bien chez vous "on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs ?"

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dissident 30/08/2012 18:04


Torture abominable perpétrée par ces infames suppots de Satan : Un homme est crucifié au Yemen...


http://www.postedeveille.ca/2012/08/crucifixion-au-yemen-video.html


 


 

Dissident 30/08/2012 13:18


La France de Jeanne d'Arc ne tombera jamais sous la domination de Mahomet. Pas plus que celle de St Louis et des autres Louis de France. Non plus que celle de Napo et de de Gaulle d'ailleurs.
Alors qu'est-ce qu'ils foutent chez nous, nous qui n'en avons nul besoin, nous qui ne pouvons que jeter dehors ces étrangers, ces insolubles, ces inassimilables, ces infidèles ? Mystère
d'iniquité et haute trahison crapuleuse : La république décadente a vendu la France pour quelques misérables deniers energetiques. Le Fils a été vendu, la Fille Ainée de
l'Eglise aussi et c'était prévisible. Dame, l'eleve n'est pas plus que le Maitre et le Satan est toujours le meme, donc, paf, vendue la Fille Ainée. Vendue aux hordes sataniques de l'Islam,
car l'Islam est satanique vu que son prophète l'est evidemment. Regardez les fruits de l'arbre veneneux islamique ! La mort, le desespoir, la mort, la crasse, la mort, la tyrannie, la
mort, l'imbécilité, la mort, la nullité, la mort, partout la mort. Mais l'Islam périra, c'est écrit noir sur blanc et en clair, ca fait au moins 2000 ans que c'est écrit, c'est St Jean qui le
dit, et il dit que le Faux-Prophète sera jeté vivant dans l'étang de soufre et de feu. Le Faux-Prophète, c'est Mahomet et c'est la France qui le terminera, comme elle a détruit les 3
premières hérésies majeures qui menacaient l'Eglise.

castetsjj 30/08/2012 06:41


Bonjour Mr Boulogne,


Le grain ou l'ivraie ? Après Zemmour, Millet sera peut-ête écrasé par le politiquement correct...


Relevé sur le Point du jour !


" "Je ne suis pas raciste (...) Ce que je n'aime pas, c'est l'idée d'un immense village global", a-t-il déclaré mardi sur iTélé. Dans les actes du tueur de l'île d'Utoya, "il y a une beauté
fascinante du Mal", ajoute Richard Millet. "Breivik lui est un monstre".


Il se flatte d'avoir lu les 1.500 pages du manifeste délirant mis en ligne par le Norvégien, prévient qu'il n'approuve pas ses crimes mais encense sa prose et crie sa haine de la
social-démocratie, de l'immigration et du multiculturalisme. "Breivik est sans doute ce que méritait la Norvège", écrit-il. "


Bonne journée ! Cjj


http://www.lepoint.fr/culture/eloge-de-breivik-le-pamphlet-de-trop-de-richard-millet-30-08-2012-1500585_3.php