Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une lettre courageuse au MRAP.

 

( Une louche d'ironie, beaucoup de courage - vertu fort rare par les temps qui courent,- un soupçon d'amertume, à laquelle il ne faut pas céder.Une lettre qui dit la vérité, à contre courant des medias de la pensée unique, à laquelle le Scrutateur applaudit vigoureusement. LS ).

 

antiblanc.jpg

 

 

 

Monsieur,
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Vous avez organisé récemment, en tant que président du
> > > MRAP, un colloque à l'Assemblée nationale intitulé "Du racisme
> > > anti-arabe à l'islamophobie". Vous y avez dénoncé, en France, « les
> > > mosquées souillées, les discriminations à l'emploi et au logement, les
> > > appels au meurtre, les violences et agressions à l'endroit des
> > > populations et des lieux de culte musulmans. Vous avez montré du doigt
> > > l'impunité dont bénéficient les auteurs de ces délits, appelant à un
> > > réveil de l'opinion publique, un sursaut des institutions (Police,
> > > Justice, Education nationale, etc.), une mobilisation des grandes
> > > consciences intellectuelles.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Vous avez raison ! De plus en plus de Français sont
> > > racistes. De plus en plus en ont par-dessus la tête de ce qu'il
> > > appellent (à tort) l'invasion islamo-maghrébine. De cet afflux de
> > > populations inassimilables qu'ils croient (à tort) être le ressort
> > > principal de la délinquance et de la criminalité. De plus en plus sont
> > > épouvantés (à tort) par l'afflux de populations qui, ayant chassé
> > > l'occupant raciste des territoires qu'il exploitait, ont rendu ces
> > > terres à l'heureux état de nature mais sont contraintes de chercher,
> > > auprès de l'ancien colonisateur raciste, les remèdes à la misère
> > > provoquée par la décolonisation.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? De plus en plus de racistes ont (à tort) des idées de
> > > violence en entendant sur les radios les poésies du groupe
> > > afro-maghrébin Sniper qui chante, par exemple : « La France nous ronge,
> > > le seul moyen de se faire entendre est de brûler des voitures. La France
> > > est une garce. On nique la France. »
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Oui, Monsieur Aounit, la triste vérité est là : les
> > > racistes n'entendent rien à la rude poésie des cités et ils en ont
> > > par-dessus la tête d'entendre des hexagonoïdes chanter qu'ils niquent la
> > > France, et qu'ils baisent leurs mères.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? C'est sûr qu'il y a quelque racisme à ne pas accepter
> > > ces coutumes de baiser notre mère et de niquer notre pays, mais c'est
> > > ainsi, Monsieur Aounit : les racistes ne sont pas tolérants.
> > > > > ? ? Et ils ont tort. Vous avez raison !
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils
> > > assez évolués, ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des
> > > populations qu'ils ont accueillies, nourries, soignées et enseignées
> > > leur crachent leur haine et leur mépris à la figure ?
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Vous faites bien de dénoncer ce racisme-là en France
> > > dans la Chambre des députés de cette République qui vous a fait tant de
> > > mal.. La dignité de l'endroit ajoute à la force de votre réquisitoire.
> > > Mais vous feriez mieux encore en allant le prononcer là-bas, au bled.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? C'est sur place, chez eux, alors qu'ils sont encore
> > > libres, qu'il faut alerter les milliers d'Afro-musulmans et
> > > d'islamo-maghrébins qui s'apprêtent à céder au mirage du RMI, de la
> > > Sécu, des allocs, et à basculer dans le piège affreux que leur tendent
> > > les racistes français.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Monsieur Aounit, dites-le à vos frères, à vos cousins,
> > > à vos femmes, à vos enfants, à vos voisins, à tous ceux du bled et de la
> > > brousse : la France raciste ne veut pas d'eux parce que dans son
> > > aveuglement raciste, elle les regarde (à tort) comme des envahisseurs et
> > > des prédateurs.
> > > > > ? ? Dites simplement cette sinistre vérité aux vôtres
> > > Monsieur Aounit.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Ne les laissez pas se jeter dans la gueule du loup. Il
> > > est de votre devoir de protéger ces malheureux contre cette effrayante
> > > menace. Les laisser venir, serait se rendre coupable de non-assistance à
> > > personnes en danger.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? D'ailleurs vous-même, Monsieur Aounit, vous et tous
> > > ceux qui comme vous, êtes condamnés à vivre dans cet abominable pays
> > > raciste, n'hésitez pas : brisez vos chaînes, secouez la poussière de vos
> > > sandales et quittez cet enfer.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Ne faites pas plus longtemps aux racistes le cadeau de
> > > votre enrichissante présence.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Ne soyez plus le gibier de ces chasseurs impitoyables
> > > qui attaquent vos mères dans le métro, violent vos filles dans les
> > > caves, pillent vos supermarchés, brûlent vos voitures dans vos cités,
> > > vendent de la drogue à vos enfants. Ne leur laissez aucun homme à
> > > discriminer, aucune femme à insulter, aucun enfant à battre, aucune
> > > mosquée à souiller.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? N'hésitez pas : vengez toutes ces années de terreur, de
> > > souffrance, d'humiliation, d'exploitation qu'ils vous ont infligées :
> > > privez-les de la chance que vous représentez.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Et puis, pourquoi vous gêner ? En partant, emmenez vos
> > > amis. Les grandes consciences intellectuelles, les militants
> > > immigrationnistes, les journalistes amis, les dirigeants socialistes,
> > > communistes, trotskistes et autres.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? D'abord cela leur épargnera l'insupportable peine de
> > > vivre sans vous, ensuite cela privera la France raciste de la formidable
> > > force intellectuelle qui fait son rayonnement dans le monde entier. Ils
> > > seront bien punis, les racistes !
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Songez-y, Monsieur Aounit : ils auront l'air de quoi
> > > les Le Pen, les Gollnisch, les militants du FN et les électeurs de tout
> > > ce monde quand, le dernier bateau ayant franchi la ligne d'horizon,
> > > l'ultime avion s'étant évanoui dans l'azur, la dernière camionnette
> > > étant passée de l'autre côté de la frontière, ils découvriront qu'ils
> > > sont désormais entre eux ?
> > > > > ? ? Entre racistes.
> > > > > ? ? Tout seuls.
> > > > > ? ? Ah, on voudrait voir ça ! Rien que pour le plaisir.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Cette lettre circulait par EMail dans un petit circuit,
> > > maintenant osons la diffuser largement.
> > > > > ? ?
> > > > > ? ? Cordialement
> > >> > ? ?
> > > > > ? ? / Major Alain PINON
  
 

 

 

 

Quand Domota dérape.

 

( Même Frédéric Gircour, le gauchiste métropolitain qui situe - entre autres"hénaurmes" erreurs qui en disent long sur son ignorance de la réalité guadeloupéenne, l'ancienne usine sucrière de Darboussier... au Moule, ( voir notre récent article sur son livre LKP, les 44 jours,  - est resté étonné devant les attaques racistes du sieur Domota contre l'actuel préfet de la Guadeloupe M.Jean Fabre. Il le dit sur son blog Chien créole, dont voici un extrait.Gageons que le cher Frédéric va se faire taper sur les doigts par ses " amis" de l'UGTG ( pseudo LKP).

 

 

 

 

"Elie Domota dérape


Il est encore tôt pour considérer si la bonne volonté des élus, que nous évoquions dans notre précédent article[1], Victorin Lurel en tête, sera suffisante pour désamorcer l’ultimatum lancé par le collectif, et surtout pour faire changer la situation de blocage dans laquelle est empêtrée la Guadeloupe depuis mars 2009. Si on peut néanmoins se féliciter du fait que les élus se rapprochent des positions défendues par le LKP, on doit en revanche déplorer la lamentable tournure qu’ont pris récemment les relations avec l’Etat, et en particulier avec son représentant, le préfet Jean Fabre. On se demande quelle mouche a piqué Elie Domota ce 25 octobre, lorsque sur le plateau de RFO, il a accusé celui-ci d’être raciste[2].

Interrogé par la présentatrice Laura Senné qui cherchait à savoir sur quoi il s’appuyait pour lancer d'aussi graves accusations, le porte-parole du LKP rétorquait que le préfet avait affirmé que tous les problèmes étaient réglés en Guadeloupe, alors même que le collectif lui avait déjà écrit trois fois et que lui-même l’avait personnellement rencontré deux fois pour lui demander de réunir la commission de suivi comme le prévoit le protocole de fin de conflit. Au lieu d’accéder à cette demande et pour toute réponse, Elie Domota a rappelé que le préfet avait déclaré que le LKP cherchait juste à lancer des polémiques avec des histoires anciennes. Il en a donc conclu sur l'antenne de RFO, que le préfet mentait, avant de lui proposer un débat radio et télévisé. On a beau réécouter ses explications, pour fondées qu’elles soient, on ne voit pas bien en quoi elles sont constitutives de racisme… Pire, Domota récidive quelques secondes plus tard, en affirmant que le préfet n’est ici qu’à la seule fin "de casser du nègre"."

 

Inutile de me remercier pour cette pub, Frédéric. Entre blogueurs!EB


 

 

 

 

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CH.FFRENCH 03/12/2010 18:24



Ah! Si cela était vrai!


Ah! Comme nous serions alors heureux de rester entre racistes...


Mais qui sait ? Le français de base commence a se poser de vraies questions...


L'ESPOIR est permis!



castetsjj 03/12/2010 07:16



Bonjour Mr Boulogne,


Concernant la lettre au MRAP, s'il s'agit bien de mon envoi récent, j'avais supprimé les coordonnées de l'auteur supposé, qui en fait après recherches, n'est que le transmetteur de cette copie,
les relations courriels ont fait le reste...


Ce courrier est repris sur le net depuis de nombreux mois... souvent marqué auteur inconnu, repris aussi en Belgique, par le FN, et tant d'autres !


Sur le lien ci après, il est signé anonymement par une adresse mail qui se voudrait à l'origine de l'écrit, je vous joins donc ce lien pour rectification de la vérité, par avance merci.CJJ


http://notrejournal.info/Lettre-ouverte-a-Mouloud-Aounit