Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

index_g_monnerville.jpg

 

 

Je propose à votre lecture, ou plutôt à votre attention et à votre écoute ce film très intéressant réalisé sur un éminent compatriote antillo-Guyanais, l'ancien sénateur et président du Sénat de la république : Gaston Monnerville.

Evidemment le film est l'oeuvre d'une équipe. Celle-ci voit son modèle à partir de ses propres principes philosophiques et politiques. Une autre équipe, à partir d'une autre grille de lecture, eut peut-être cité d'autres épisodes de la vie de monsieur G.Monnerville, souligné d'autres anecdotes, que celles qui figurent dans l'oeuvre ci-dessous.

Le profil général du modèle, peut-être modifié, n'en eut pas été cependant profondément altéré.

Les très légères réserves que l'on devine, peut-être, de ma part, sont de même nature que celles que formulait Gaston Monnerville, dans la belle lettre qu'il me fit l'honneur de m'adresser en février 1989, que je publie ci-dessous, en fin d'article, à l'occasion de la sortie de mon livre France, garde-nous, et dont je suis, légitimement très fier.

C'est que Gaston Monnerville était Franc-Maçon, et que je ne le suis pas. Ce disant, je n'ai pas l'outrecuidance de situer ma personnalité au niveau de celle de cet éminent personnage. Je signale cependant des divergences, raisonnées de part et d'autre.

Venus d'horizons et de générations différentes nous avons la chance d'appartenir à un pays, où les divergences philosophiques ne sont pas, ou ne sont plus, l'objet de règlements de comptes violents, et vulgaires ( malgré des dérapages, humains, trop humains ), ou le débat d'idées prédomine, ou du moins a la possibilité de s'exercer, et où les divergences sur certains points n'altèrent pas nécessairement des convergences plus essentielles.

J'ai exposé d'ailleurs mes raisons de n'être pas franc-maçon, dans un chapitre de mon livre Libres paroles, que je reproduis ci-dessous, auquel on peut accéder par le lien n°II, juste après celui qui conduit au film.

J'ai eu le plaisir de constater, que certains francs maçons avaient parfaitement compris le niveau où je me situe dans l'analyse que je propose de leurs activités, et l'on pourra s'en apercevoir en cliquant sur le troisième lien.

 

Edouard Boulogne.

 

 

 

( I ) Film sur G.Monnerville : http://documentaires.france5.fr/documentaires/gaston-monnerville-la-memoire-retrouvee

 

 

( II ) Qu'est-ce que la Franc-maçonnerie? : http://www.lescrutateur.com/pages/la-pensee-du-jour-26-11-2010-franc-ma-onnerie-4142711.html

 

 

( III ) Un point de vue franc-maçon sur l'article d'E.Boulogne : http://www.gadlu.info/la-franc-maconnerie-par-le-blog-le-scrutateur.html 

 

 

 

Lettre de M. Gaston Monnerville à Edouard Boulogne.

 

Lettre-Gaston-M-I.jpg ( Page I ). 

 

 

 

Lettre-Gaston-Monnerville-II.jpg  ( Page II ).

 

 

 

Ajouté ce dimanche 13 novembre 2011, à 20h : Quelques lecteurs m'ont signalé que la lecture de la lettre  du président Monnerville leur était rendue difficile par son caractère manuscrit.

Je la reproduis donc en lettre d'imprimerie.

 

Sénat, G.Monnerville.

 

Paris 27 février 1989.

 

Cher monsieur,

 

J'ai reçu des éditions "Albatros" l'exemplaire dédicacé de votre ouvrage : "France, garde-nous! Le cri de l'Outre-Mer français".

Je vous remercie d'avoir pensé à m'en faire l'aimable envoi.

Je l'ai lu avec un intérêt soutenu. Je vous tromperais en vous disant que je partage toutes vos options; vous le savez du reste. Mais, et vous le savez aussi, j'approuve et je respecte les propos réfléchis, exprimés de manière forte et directe.

C'est, je crois, l'une de vos meilleures qualités. Vous n'avez pas l'habitude d'abriter vos propos derrière la prudence proverbiale de l'autruche.

Et je me permet de vous en féliciter.

Ce livre, écrivez-vous est un "recueillement" avant une nouvelle étape. Je souhaite pour nos compatriotes, - antillais et "hexagonaux" - mieux que comme un profond avertissement, mais comme un appel clair et courageux devant un évident péril.

Croyez, cher monsieur, à mes sentiments solidaires dans la défense de la présence culturelle, et spirituelle de la France dans notre "Méditérranée Caraïbe".

 

Gaston Monnerville


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article