Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Et voici comment opère la désinformation.

( Comment la presse que certains croient sérieuse, roule pourtant pour une certaine subversion. Ainsi le Nouvel Obs. Cf. le lien ).


La-desinformation--jpg  ( Bel ouvrage de Vladimir Volkoff, très utile pour débusquer l'omniprésente désinformation ).


 http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/economie/20101012.OBS1163/la-france-est-le-troisieme-pays-d-asile-des-millionnaires.html

 Thème : Promotion de l'ISF.
 
 Levier : Article-annonce visant à démonter que la France regorge d'indésirables riches (sous entendus excréments du système égalitaire, libertaire et fraternitaire).

 Objectifs en termes de nuisance politique : Accréditer deux axes, le premier étant de mettre l'accent sur la prospérité (injuste) générée par le système, et en second d'induire la nécessité de clarifier la situation en y mettant plus de justice "sociale" et surtout fiscale. Autrement dit asseoir le mensonge sur le mensonge.
 
Objectifs de communication : Faire d'une prétendue étude, tout ce qu'il y a de plus douteuse et totalement occulte malgré la révélation de sa "source", une vérité première et une référence, grâce à la notoriété et à la diffusion d'un article malhonnête dans un magazine qui est le fer de lance du politiquement correct.

 Premier petit secret : le choix du mot asile, qui signifie aussi refuge, et évoque le lieu où s'opère une protection.

Deuxième petit secret : l'affirmation tout à fait grotesque et invérifiable qu'un millionnaire sur dix vit en France, ce qui laisse penser grâce aux processus de simplification classiques que les "riches" français représentent 10% des grosses fortunes mondiales (alors que la population française représente moins de 1% de la population mondiale, rapprochement que vont automatiquement faire les plus "malins").

 Autre petit secret : Omissions en grand nombre, à commencer par les méthodes d'évaluation et les ordres de grandeur.

 Autre petit secret : Omission (bien compréhensible) sur la nature du séjour en France, ou sur la relation des concernés avec la France puisque le but est de faire croire qu'ils s'agit de nationaux assujettis à la fiscalité française.

 Autre petit secret : Le trépied géographique dans lequel la France représente l'Europe, de manière à désamorcer toute comparaison avec des fiscalités européennes moins brutales (cf. la comparaison discrètement suggérée avec la Grande-Bretagne et l'Allemagne).

 Autre petit secret : La provenance, c'est-à-dire le Crédit Suisse. Ne nous souvenons-nous pas que la réputation des établissements bancaires hélvétiques a sérieusement été mise à mal depuis 24 mois ? La mise en circulation de documents farfelus et de commande à des fins tout à fait précises ne serait-elle pas le plus sûr moyen d'obtenir des... compensations ?

 Autre petit secret : La brièveté de l'annonce. Tout est dans le titre qui n'est qu'un slogan. Il suffira de raccrocher celui-ci comme justification à toute logorrhée visant à alourdir, en France, une fiscalité déjà écrasante sur le patrimoine contrairement à toutes les annonces faites en ce sens, puisque les chiens montent la garde, qu'ils aboient, et que le Nouvel Obs en est la voix.
 
 Petite contradiction : Voudrait-on faire croire que 2,2 millions (et bien davantage, puisque le club est ouvert à partir de 790.000 euros) de foyers fiscaux devraient s'acquitter de l'ISF ?

 SI c'est le cas, pourquoi n'est-ce pas dit plus clairement ?
 
 Parce que ce n'est pas l'objectif. Et que si par malheur quelqu'un soulevait la question avec autorité et audience, l'annonce en deviendrait contre-productive.

 Mais le secret de la désinformation réside dans le fait que personne ne prend le temps pour essayer de comprendre le contenu d'une information. Son effet premier suffit, il est vrai, à épuiser le potentiel d'attention et d'intérêt autour d'une information - même stupide, tant la stupidité elle-même est une quasi garantie d'efficacité dans le domaine de "l'information".


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Antoine de Panou 14/10/2010 14:14



Souvenons-nous des “grèves” de 2009 ou plus exactement de la mise en
coupe réglée de la Guadeloupe et de la Martinique pendant quelques semaines par des factieux, et de la diffusion sur Canal Plus d’un certain “reportage” (un modèle de falsification mielleuse)
parfaitement synchronisé avec le déclenchement des “mouvements sociaux”, autrement dit des troubles graves de l’ordre public assortis de haine raciale et d’exactions en grand nombre. Qui peut
encore croire à la coïncidence, alors que tout était planifié et synchronisé de longue date ? Qui peut douter de l’efficacité de la désinformation, quand l’information est asservie à la
subversion et en ayant des objectifs très précis dont l’article ci-dessus nous donne une illustration. Cette fois, les désinformateurs se sont fait pincer par le Scrutateur. Mais avec la quantité
d’informations qui nous passent sous le nez, si je puis dire, imaginez combien nous sommes livrés à la malhonnêteté de ceux qui mettent en avant l’honneur de la presse, la liberté de la presse,
la déontologie de la presse, le devoir d’informer !!! En réalité, il n’y a rien de plus opaque que “l’information”, qui, accessoirement passe sa vie à montrer du doigt le reste du monde tout
dissimulant soigneusement tout ce que la presse cache d'elle-même et que le grand public ignore forcément. Arrêtons ici notre diatribe, sinon nous allons devenir à notre tour des… rapporteurs.
Car en toute logique, si on ouvre cette porte-là, aux Antilles françaises, nous risquons de libérer le Kraken... À chacun, donc, d'ouvrir les yeux et les oreilles - et surtout de faire preuve
d'acuité - s'il ne veut plus que ses désinformateurs attitrés le prennent pour un imbécile. 



André Derviche 14/10/2010 13:37



Bravo pour cet article frappé au coin de l'évidence. Quel dommage que les gens ne soient pas plus attentifs ! Après avoir lu votre article, j'ai cliqué sur le lien et tout s'est éclairé : une
fois qu'on a quelques clés, il ne fait aucun doute que nous sommes très sournoisement manipulés par des donneurs de leçons qui sont des Tartuffe et par des donneurs d'information qui sont des
Sganarelle. Comme par hasard, le Nouvel Observateur a servi sa bouillie le jour même où le Président Sarkozy a reçu à l'Élysée des élus du Nouveau centre pour parler de... la fiscalité du
patrimoine. C'était un des titres du journal télévisé, c'est encore tout frais dans les mémoires, puisque c'était hier : on a longuement entendu le député de Courson s'exprimer sur "la chose".
C'est à vomir, de s'apercevoir que l'on nous bassine toute la journée avec de vieilles recettes verbales de démocratie, de transparence, de valeurs etc. Ha ! Ha ! Ha !  Tous des Pharisiens,
tous copains, tous coquins. Sauve qui peut ! Ce matin, comme par hasard, le sémillant Baroin avec l'assurance de son ignorance harangue les médias, associant le bouclier fiscal à un "symbole
d'injustice". On ne saurait tenir propos plus inadéquat, car un tel propos est assurément le symbole de quelque chose d'autre : par exemple que M. Baroin est lui aussi victile de la
désinformation sur la question, à moins qu'il ne qu'il cherche à désinformer lui-même avec on ne sait quelle arrière pensée. Allez savoir ! En tout cas, petite leçon de chose à l'intention des
ignorants qui nous gouvernent : quand un commerçant ou un artisan (dont l'activité est la seule source de revenu) a eu un exercice déficitaire, autrement dit quand il a perdu de l'argent et n'a
pas de revenu cette année-là, où est l'injustice du bouclier fiscal quand celui-ci permet à l'infortuné déficitaire de récupérer une partie de sa taxe d'habitation (car il n'est ni nourri, ni
logé, ni servi, ni véhiculé, par l'Etat et ne tette pas la France, lui, pour assurer son train de vie et en fait de retraite, il sait qu'il n'aura rien, moins que ses propres salariés quand il en
a). C'est pourquoi, à force d'entendre les saillies de nos élus-dirigeants se superposer à celles des parasites sociaux que sont les agitateurs de tout poil, cela finit par devenir un peu
irritant, surtout quand on a pu - par hasard - et parce  Le Scrutateur nous en donne la possibilité - mesurer le degré de cynisme mafieux avec le quel on nous promène, en contrôlant notre
réflexion grâce à la falsification de l'information et à la certification du mensonge comme étant LA vérité...